VMC simple flux

Accueil > Lexique > VMC simple flux

VMC simple flux schéma
Schéma de VMC - Source Atlantic





De son nom complet Ventilation Mécanique Contrôlée, la VMC simple flux est la version la plus simple, et donc la moins coûteuse, pour renouveler l’air d’un logement. Si vous voulez tout savoir de son fonctionnement, de son prix, de sa pose ou de son entretien, en voici les différents éléments.

Le principe de la VMC simple flux

Pour renouveler l’air d’un logement, appartement ou maison, il existe toujours la solution d’ouvrir les fenêtres. Mais, si cette solution reste la meilleure, elle se confronte toutefois à certains problèmes :
- les salles de bains et WC, pièces humides par excellence ne disposent pas toujours d’ouvertures ;
- la solution d’ouvrir les fenêtres en été est souvent moins employée en saison froide.

Un extracteur, le plus souvent placé dans des combles ou un grenier, aspire l’air vicié des pièces humides (salle d’eau, salle de bains, cuisine, lingerie) par les bouches d’aération et le renouvelle avec de l’air venu directement de l’extérieur par des grilles d’aération.

Car c’est notamment l’un des problèmes des maisons modernes dont l’isolation est renforcée à tel point qu’elles deviennent presque totalement étanches à l’air provenant de l’extérieur et à son renouvellement, contrairement aux maisons anciennes où on ressent les courants d’air. Mais attention toutefois, les maisons anciennes peuvent aussi devenir tout aussi étanches à la circulation de l’air après une rénovation totale.

Les différents systèmes de VMC simple flux

Malgré un principe simple, il existe toutefois différents systèmes répondant au fonctionnement d’une VMC simple flux.

  • VMC auto-réglable : le fonctionnement ne tient pas compte de l’humidité mais de la pression de l’air pour un débit qui reste constant. Plus consommateur en énergie, ce principe est aussi le plus simple et le moins onéreux.
  • VMC hygroréglable type A : plutôt utilisé dans le collectif ou dans le tertiaire, ce principe propose un contrôle d’humidité dans les pièces concernées. Les entrées d’air sont, pour leur part, autoréglables.
  • VMC hygroréglable type B : principe supérieur, tout est concerné par la sensibilité à l’humidité, aussi bien les bouches d’extraction que les entrées d’air. Un procédé qui est employé dans les logements en neuf. C’est le principe le plus abouti de VMC simple flux, qui assure la meilleure régulation, tenant compte des besoins réels qui sont calculés.

Les bouches d’aération reliées à l’extracteur

La bouche d’aération, avant tout, doit être positionnée dans les pièces humides, en position haute afin de bien récupérer l’air vicié et humide. Elles peuvent être placées en position haute du mur ou directement au plafond et le plus près possible de l’origine de l’humidité, que ce soit une douche, un évier, une baignoire ou autres.

Pour ceux qui auraient à l’idée de boucher la grille de cette VMC, c’est très fortement conseillé, à moins que vous ne soyez passé d’un système simple flux à un système double flux et qu’elle ne vous soit plus d’aucune utilité. Mais, dans ce cas, mieux vaut vous en remettre à un professionnel.

Dans les autres cas, vous pouvez être tenté d’obturer cette bouche d’aération parce qu’elle vous apporte de l’air et vous donne une sensation de froid. Dans un tel cas, le mieux est de placer un radiateur en dessous qui lui fera déplacer de l’air chaud et non plus de l’air froid.

Si c’est le bruit qui vous indispose, changez votre modèle de VMC par un autre plus silencieux.

Selon le principe précédent employé, les bouches d’aération sont différentes :

  • bouches d’aération pour VMC auto-réglable : une fois la bouche réglée, selon le modèle, lors de l’installation, en fonction de la pièce et de ses besoins, ainsi que du logement, l’ouverture reste ensuite fixe, et ne se règle plus. Ce réglage est, d’ailleurs, parfois intérieur et est utilisé par le professionnel, lors de la pose initiale.
  • bouches d'aération pour VMC hygroréglable : les bouches d’aération hygroréglables ont une ouverture que l’on peut varier en tirant sur un cordon qui pend depuis la bouche et qui gère un clapet placé dans l’ouverture. Avant de l’utiliser, il faut toutefois s’assurer que le système est bien, lui-même, hygroréglable.
  • bouches d’aération à détection de présence : c’est un principe qui, en plus du réglage normal d’une bouche hygroréglable, prend en compte, toute seule, si une présence est ressentie dans la pièce afin de réduire ou d’augmenter, personnellement, le débit d’air proposé. Un procédé particulièrement appréciable dans des toilettes ou dans une salle de bains, par exemple, et qui fonctionne à piles.
  • bouches d’aération à ouverture manuelle : c’est une variante du procédé précédent. Il vous faut faire reconnaître manuellement votre présence à l’aide d’un interrupteur, en entrant dans la cuisine ou dans la salle de bains, par exemple, pour actionner une ventilation plus forte, ou à l’aide d’une cordelette dans des pièces plus petites (toilettes).

Les gaines de la VMC simple flux

La VMC simple flux reste un procédé plus simple qui n’utilise qu’un réseau unique de gaines. Généralement fourni en kit complet avec la VMC, le diamètre est donc préétabli. Toutefois, il reste important de s’en remettre à un professionnel qui décidera si le matériel correspond bien aux dimensions du logement, à celles des pièces et au besoin correspondant.

Il est, en effet, important que les débits d’air soient respectés afin de réguler le débit entrant avec celui sortant, pour ne pas avoir une sensation de courant d’air ou, a contrario, une aération inefficace.

Les avantages et inconvénients de la VMC simple flux

La VMC simple flux fait souvent l’objet de deux critiques essentielles dont le sujet a été quelque peu abordé précédemment : le bruit et le courant d’air.

  • Le bruit : si, dans la journée, le bruit n’est pas trop présent, dans le silence de la nuit, on a parfois l’impression qu’il est amplifié. Ce bruit peut provenir de la bouche d’aération elle-même, en provenance de l’extérieur, ou de la vibration de l’extracteur placé dans les combles. Si vous trouvez que le modèle est trop bruyant, évitez tout d’abord de reposer directement l’extracteur sur la charpente, afin d’essayer d’isoler les vibrations et optez pour un modèle plus silencieux qui isole aussi des bruits extérieurs passant par les bouches d'aération. Toutefois, avec des bouches qui ne sont pas directement présentes dans les chambres, contrairement à la VMC double flux, ce bruit est moins intense, à moins d’une chambre parentale avec partie salle d’eau ou salle de bains.
  • La sensation de courant d’air : elle est particulièrement sensible à proximité des ouvertures. C’est pourquoi il vaut mieux placer la bouche d’aération, comme déjà précisé, à proximité d’une source de chaleur.
  • Renouvellement d’air supérieur : c’est aussi une conséquence du défaut précédent. Elle est encore plus sensible dans le système classique simple flux. Le renouvellement d’air est plus fort et implique une plus grande consommation en termes de chauffage.

Mais il ne faut pas oublier que cette VMC simple flux a aussi un rôle essentiel à jouer dans un intérieur et qu’il ne faut surtout pas l’oublier et essayer de s’en passer. Certains la coupent en leur absence, par exemple. C’est une grave erreur. Pour conserver un intérieur parfaitement sain, il faut que la VMC continue de fonctionner jour et nuit, toute l’année. Pas question, par exemple, dans une résidence secondaire, de la couper parce que vous quittez le logement pendant plusieurs mois ou, dans une résidence principale, d’en supprimer le fonctionnement lorsque vous partez en vacances. Même en votre absence, l’aération de votre logement est essentielle.

L’un des avantages majeurs de la VMC simple flux est que son prix reste très abordable et bien en dessous de celui d’une VMC double flux.

Il faut aussi noter une plus grande facilité d’entretien que la ventilation double flux et un encombrement plus faible, également, qui peut permettre de la placer dans certaines rénovations.
Il faut encore tenir compte du fait que, selon le système retenu, la VMC simple flux peut aussi être très efficace, le système hygroréglable de type B, plus particulièrement. Une efficacité que l’on retrouve également par le biais des circuits à deux vitesses.

Les prix de fourniture

Selon le modèle de VMC simple flux, le prix de fourniture pourra varier :

Modèle de VMC simple flux

Prix en fourniture seule

VMC auto-réglable

à partir de 70 € en 3 piquages

VMC hygroréglable de type B

à partir de 180 € en 3 piquages

gaine PVC souple renforcée

de 3 à 5 € le ml

Les kits sont généralement vendus avec les bouches d’extraction, sur une valeur de 3 unités (correspondant au nombre de piquages), mais sans la gaine.

Le choix de la VMC simple flux

Maintenant que vous en connaissez un peu plus sur la VMC simple flux, la question qui se pose est de savoir quel modèle vous devez préférer pour votre installation. En fait, tout dépend du logement concerné :

  • dans un logement récent : il faut opter pour un système performant. Si la VMC double flux est encore la meilleure solution, une VMC simple flux hygrorégable sera déjà une belle solution, surtout si vous retenez une gamme silencieuse qui isole des bruits de l’extérieur et, pourquoi pas, avec détecteur de présence ou, tout du moins, commande manuelle.
  • dans une rénovation : une VMC simple flux auto-réglable suffira si l’étanchéité n’est pas totale et que la circulation de l’air se fait déjà naturellement, en partie. Si, par contre, vous avez effectué de gros travaux, optez pour une VMC simple flux hygroréglable, notamment si vous avez changé toutes les ouvertures et revu l’isolation. Elle vous permettra alors de répondre aux problèmes d’humidité, hormis les remontées capillaires qui doivent être traitées indépendamment.

Vous devez aussi choisir le modèle en fonction du nombre de piquages (sorties pour placer des gaines et des bouches d’extraction). Les modèles les plus simples disposent de 3 piquages, d’autres de 6 piquages. Selon le nombre de pièces humides (cuisine, lingerie, salle de bain, salle d’eau), vous retiendrez le modèle qui correspond à votre habitation. Les piquages sanitaires sont généralement d’un diamètre de 80 mm, contre 125 mm pour les sorties vers la cuisine.

Enfin, selon la place dont vous disposez (présence ou non de combles, par exemple), il existe des modèles plus ou moins compacts. Les modèles compacts sont aussi un peu plus chers.


La pose de la VMC simple flux

La pose d’une VMC simple flux reste plus simple que celle d’une double flux, du fait du système unique de gainage. Toutefois, il faut être au fait des différentes nécessités techniques et respecter toutes les directives du DTU en la matière.

Voici donc les principaux postes sur lesquels le professionnel sera attentif :

  • le groupe d’extraction : il est posé, le plus souvent, dans les combles, lorsque la situation de l’habitation le permet. Il existe aussi des VMC compactes qui peuvent être positionnées dans une arrière-cuisine, un placard, etc.
  • l’alimentation électrique : elle sera placée sur un disjoncteur spécialement dédié afin de mieux en sécuriser l’utilisation et les interventions, si nécessaire.
  • le gainage : les gaines d’une VMC située dans des combles devront être isolées afin de ne pas subir de condensation lors de très grand froid ou d’une coupure de la VMC. Le diamètre de la gaine de sortie doit correspondre au diamètre de sortie sur l’extracteur et correspond généralement à un diamètre de 160 mm. Pour les autres gaines, celles qui vont vers les pièces d’eau, elles sont le plus souvent de 80 mm pour les salles d’eau ou de bains et de 125 mm pour la cuisine.
  • les grilles d’entrée d’air : elles sont souvent placées dans les coffres de volets roulants pour limiter l’apport d’air froid, a contrario des grilles percées directement dans le mur et donnant directement sur l’extérieur.
  • la vitesse de fonctionnement : on a vu que les principes à double vitesse sont préférables. Il faut pouvoir facilement accéder à ces deux vitesses, que ce soit de façon automatique ou de façon manuelle (interrupteur, cordon facile d’accès, etc.).

Dans certains cas, comme la présence de cheminées ou d’insert, il faut parfois prévoir un dispositif facile de coupure momentanée de la VMC, le temps de l’allumage du feu.

Le prix de pose d’une VMC simple flux par un professionnel se situe de 400 à 1.000 €, selon le modèle de VMC et le nombre de bouches d’extraction. Dans les cas les plus complexes, notamment dans certains cas de rénovation, il pourra aller jusqu’à 2.000 €.

Modèle de VMC simple flux

Prix de pose

VMC auto-réglable

à partir de 400 € en 3 piquages

VMC hygroréglable de type B en neuf

à partir de 600 € en 3 piquages

VMC hygroréglable de type B en rénovation

à partir de 800 € en 3 piquages


L’entretien de la VMC simple flux

Il en a été question, l’entretien d’une VMC simple flux reste plus facile que celui d’une VMC double flux. Mais ce n’est pas une raison pour le négliger. Il pourra en survenir un moins bon fonctionnement, qui ne serait pas très bon pour la salubrité de votre intérieur, voire une détérioration de votre matériel. En outre, sur le plan de la salubrité, en plus d’une aération qui pourrait devenir insuffisante, emmagasiner de la poussière dans les gaines et les bouches d’extraction ne serait pas, non plus, très sain pour vous, pour vos proches et pour votre environnement immédiat.

Un entretien, une à deux fois par an, de votre matériel est donc nécessaire et se décompose ainsi :

  • le groupe extracteur : certains moteurs laissent un accès à leur intérieur. Dans ce cas, leur dépoussiérage est conseillé. Il faut aussi veiller à la bonne tenue des roulements et à la bonne suspension du groupe pour éviter qu’il ne devienne trop bruyant.
  • les gaines : le plus grand dommage qui peut leur arriver est la présence d’humidité, ce qui aurait, pour conséquence, de mettre le moteur en danger. C’est pourquoi il faut veiller à l’utilisation de gaines isolées en combles et ne pas couper la VMC durant vos absences. Si cette présence d’eau est effective, il vous faudra démonter les gaines pour les vider, les nettoyer et les assécher avec le remontage.
  • les bouches d’extraction : c’est le point le plus sensible qui doit être fréquemment nettoyé pour éviter la formation de poussières et de moisissures. Pour savoir si votre bouche d’extraction fonctionne parfaitement, il suffit de prendre une feuille de papier toilette et de la placer devant cette grille, elle doit pouvoir rester collée.
  • les grilles d’entrée d’air : c’est le même problème, il faut éviter que la poussière et la saleté ne s’amalgament ou que la moisissure ne s’installe. A l’inverse du cas précédent, la feuille de papier toilette doit être repoussée par l’entrée d’air.

Dans le cas d’une VMC hygroréglable, le test du sèche-cheveux peut aussi être réalisé pour vérifier le bon fonctionnement du système. Le sèche-cheveux utilisé à l’arrivée de la gaine assèche parfaitement l’air et, avec cet air asséché, la bouche d’extraction doit se fermer.

Les aides en matière de VMC simple flux

L’achat d’une VMC simple flux n’ouvre pas à tous les droits en termes d’économie d’énergie mais peut cependant bénéficier de certaines aides. Ce peut être le cas d’un éco-prêt à taux zéro lorsqu’il s’agit d’un principe hygroréglable et qu’il est réalisé avec un ensemble de travaux visant à améliorer l’isolation de l’habitation ou à en économiser l’énergie (nouveau système de chauffage, par exemple). Ce prêt s’adresse aux logements réalisés avant 1990, sans condition de ressources, avec des montants de 20.000 à 30.000 euros, selon les travaux, et des remboursements sur 10 à 15 ans.

Mais vous pourrez aussi bénéficier de TVA réduite à 5,5% pour une VMC simple flux hygroréglable, d’aides de l’Anah sous conditions de ressources, voire de subventions de collectivités territoriales dans le cadre d’économie d’énergie, à condition, également, de faire appel à un professionnel labellisé RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).

Construction, rénovation, un projet de chauffage ?

En déposant votre projet, un installateur Proactif proche de chez vous, vous contactera. Véritable spécialiste de la marque Viessmann, il dispose des qualifications utiles et se forme régulièrement sur nos produits afin de vous conseiller au mieux.

Sélectionnez les énergies concernant votre projet

FioulGazPompe à chaleurBoisSolaire thermiqueAutres
Passer à l'étape 2

* : champs obligatoires