Plancher Chauffant Rafraîchissant

Accueil > Lexique > Plancher Chauffant Rafraîchissant

Plancher chauffant rafraîchissant

 

Lorsque les premiers planchers chauffants ont été mis en place, si la notion de confort semblait intéressante, elle s’est rapidement confrontée à des impressions de lourdeur de jambes. C’est pourquoi une version basse température est venue remplacer les premiers modèles, encore plus agréable.

Mais le plancher ne sert plus aujourd’hui à seulement réchauffer en hiver, il peut aussi rafraîchir en été de quelques degrés providentiels.

Principe de fonctionnement, économies d’énergie, réglementation, pose, vous saurez tout sur les atouts du plancher chauffant rafraîchissant.


Plancher chauffant rafraîchissant

Les principes

 

Si le plancher chauffant rafraîchissant est une solution employée dans des établissements recevant du public et, surtout, hébergeant du public, comme les enfants ou les personnes âgées, les plus fragiles, c’est bien que ce système est confortable.

Il s’est tellement démocratisé qu’on le trouve désormais employé dans de l’habitat plus traditionnel.

Il est, ainsi, beaucoup plus économique, en version rafraîchissement, qu’une climatisation, puisqu’il prend en charge, non plus l’air mais la surface même des pièces. L’air est alors plus sain, notamment pour les personnes allergiques, moins asséché, mieux réparti et non pulsé par rapport à une climatisation classique. Un fonctionnement silencieux et une absence de radiateur ajoutent à l’intérêt de cette solution.

Enfin, avec une consommation de plancher rafraîchissant qui se limite à 20 ou 30 watts/m², elle se trouve divisée environ par 3 par rapport à cette autre solution classique.

 

Le chaud et le froid

 

Chaud l’hiver, froid l’été, c’est tout le bénéfice de ce double système de plancher chauffant rafraîchissant dont le réseau de tubes permet d’apporter une basse température de l’ordre 50 à 55°C en hiver, chaleur amortie et répartie par votre sol et, à l’inverse, une baisse de température de 4 à 8°C l’été par la circulation d’eau froide renouvelée.

 

La réglementation

 

Le plancher chauffant rafraîchissant basse température se réfère à la norme EN 1264-1 de septembre 2011 sur les systèmes de surfaces chauffantes et rafraîchissantes hydrauliques intégrées, ainsi qu’aux parties suivantes.

Mais elle intègre aussi un certain nombre de dispositions de la RT 2012 ou de règles en liaison avec le DTU concernant la pose particulière de ces planchers, notamment le DTU 65-14 pour les planchers à eau chaude.

Enfin, le cahier CSTB 3164 apporte le complément nécessaire sur les planchers réversibles à eau basse température.

 

Fonctionnement

 

Il existe de nombreuses solutions pour obtenir un plancher chauffant rafraîchissant, et pas seulement en liaison avec une simple chaudière. Le plus courant reste le principe de la pompe à chaleur qui peut être air-eau ou eau-eau.

Mais la pompe à chaleur peut aussi venir en complément de la chaudière. Cette pompe à chaleur est alors prioritaire et la chaudière vient apporter le surplus de fonctionnement lorsque la pompe à chaleur ne suffit plus, notamment en hiver lors des froids les plus intenses, à apporter la chaleur nécessaire.

On peut aussi passer par le géocooling pour le rafraîchissement et par le roof cooling, qui permet de réguler les températures selon celle du sol ou de celle de l’air si elle est inférieure, en été.

Toute une installation tubulaire vient alors serpenter dans votre sol et faire circuler l’eau réchauffée en hiver et l’eau refroidie en été.

 

Principe de pose

 

La pose de l’installation des serpentins laissant circuler l’eau chaude et/ou froide repose, alors, sur 3 possibilités qui sont :

  • la chape flottante béton : il faut s’en remettre au DTU 65-14 déjà cité et déterminant les épaisseurs de béton selon la position des tubes et selon les isolants. C’est aussi la solution la plus souvent employée, notamment dans le neuf. Le cas est différent selon que vous apportiez, ensuite, des revêtements collés / flottants ou scellés et le béton d’enrobage sera alors de 35 à 40 mm dans le premier cas, et de 20 mm avec dalle désolidarisée de 45 mm dans le second cas.
  • la chape fluide : elle est réalisée avec du ciment ou des anhydrites. Elles ont l’avantage de nécessiter moins d’épaisseur (en général 20 mm) et d’apporter plus rapidement la chaleur ou le rafraîchissement. Par contre, des joints de dilatation sont nécessaires par surfaces de 75 m².
  • le système sec : il en existe différents types avec dalle isolante et diffuseurs thermiques recouverts de chape sèche (Fermacell, béton cellulosé ou ciment basalte) ou, encore plus mince, dalle isolante avec tube et recouvert de plaques acier 1 à 2 mm capable de recevoir le revêtement.

Ces solutions sont, ainsi, plus ou moins rapides à mettre en oeuvre, avec des temps de séchage plus ou moins longs. Le choix se fera aussi en fonction de la hauteur disponible (notamment en chantier de rénovation), et de la charge (lors de travaux en étage qui étaient, jusqu’à présent, plus délicats à réaliser).

Enfin, un revêtement de sol viendra terminer le travail, en privilégiant le carrelage, la pierre, le granit ainsi que certains types de parquets, mais en évitant la moquette ou le chêne.

 

Prix

 

Selon la réalisation de ce plancher chauffant rafraîchissant, à l’aide d’une chaudière ou d’une pompe à chaleur, le prix en fourniture et pose peut différer. Il comprend, ici, la pose des tuyaux et leur liaison à votre matériel (dans le cas où sa puissance le permet, bien évidemment), ainsi que leur enrobage dans le béton ou au sein d’une chape fluide :

Principe de plancher chauffant rafraîchissant

Prix en fourniture et pose

par chaudière

de 90 à 120 € le m²

par pompe à chaleur

de 10 à 150 € le m²

 

Les aides

 

Entrant parfaitement dans les solutions d’économie d’énergie, le plancher chauffant rafraîchissant s’ouvre bien sûr à des aides qui vont dans ce sens, telles que le Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique (CITE), voire des aides de l’ANAH ou des aides territoriales. Les services de l’Etat, votre mairie mais, plus simplement, le professionnel auquel vous ferez appel vous renseigneront.

Vous bénéficierez aussi de prêt à taux zéro et même d’une réduction de TVA si vous entrez dans le champ d’action d’une rénovation d’une habitation de plus de 2 ans d’âge.

 

Entretien

 

Enfin, il faut savoir que, même si ce système nécessite une révision moindre qu’un chauffage ou qu’une climatisation classique, un entretien annuel reste nécessaire, notamment en ce qui concerne les filtres et les pots à boue.