Entretien d'une VMC

Accueil > Lexique > Entretien d'une VMC

Ventilation Mécanique Contrôlée
Conduits souples Optiflex - source Aldes

A l’instar de bien des équipements, la VMC (Ventilation Mécanique Contrôlée) s’encrasse. Afin d’éviter de perdre le bénéfice de cette installation, il est donc important d’en assurer l’entretien. Du simple nettoyage régulier à celui plus ponctuel effectué par un professionnel, voici ce qu’il faut savoir pour prolonger la durée de vie de votre VMC.


Pourquoi entretenir sa VMC ?

Il est important d’effectuer un bon entretien de la VMC puisque c’est elle qui assure l’évacuation de l’humidité et des particules polluantes. Lors de son utilisation, la ventilation s’encrasse de par, notamment, les poussières qui viennent se poser dessus et en son sein. Ne pas les enlever favoriserait l’affaiblissement de l’appareil qui perdrait alors en efficacité et souffrirait d’une usure prématurée.

Les effets sur la santé

Une baisse d’efficacité qui peut en outre permettre la prolifération de moisissures du fait d’une humidité non évacuée. Un tel phénomène peut s’avérer néfaste pour la santé des occupants puisque entre l’accumulation des particules polluantes peu, voire plus du tout évacuées, et l’humidité accumulée, différentes affections peuvent apparaître. Asthme, allergies, conjonctivites, rhumatisme, etc., sont autant de résultantes d’un logement mal ventilé.

Les effets sur l’habitat

Autre argument, et non des moindres, ne pas entretenir correctement la VMC peut favoriser la surchauffe et, par conséquent, augmenter le risque d’incendie. Les gaines d’extraction étant en lien avec différentes pièces du logement, en cas de départ de feu dans le système la propagation pourrait être extrêmement rapide. Si ce phénomène est rare (cas de délabrement avancé des équipements), il n’est toutefois pas à négliger.

Les effets sur les finances

Enfin, une VMC qui fonctionne anormalement sera automatiquement plus gourmande en énergie électrique. En réalité, plus votre circuit s’encrasse et plus il consomme d’énergie pour fonctionner.


Quand procéder à l’entretien ?

La Ventilation Mécanique Contrôlée étant utilisée à plein régime lors des périodes hivernales, il est plus facilement recommandé de procéder à un entretien en profondeur lors de l’arrivée du printemps. En effet, en plein hiver, le logement est moins souvent aéré du fait du fonctionnement des appareils de chauffage et l’arrêt de la VMC pourrait s’avérer gênant. Cependant, comme précisé par ailleurs, un entretien régulier est recommandé. Ainsi, un dépoussiérage trimestriel est donc à effectuer.

Parmi les signes d’alerte devant mener à un contrôle des équipements, vous pouvez notamment noter :

  1. un bruit anormal lors du fonctionnement
  2. une augmentation de la consommation d’électricité
  3. une apparition d’humidité, voire de moisissures

En quoi consiste l’entretien de la VMC ?

L’entretien “quotidien”

L’entretien dit “quotidien” consiste en un entretien régulier tout au long de l’année. Cet entretien ne requiert pas le passage obligatoire d’un professionnel et peut donc être réalisé par vos soins. Afin de vous prémunir de tout accident, vous devrez commencer cet entretien par la coupure d’alimentation électrique.
L’entretien peut varier d’un type de VMC à un autre. Toutefois, l’objectif sera toujours de dépoussiérer et nettoyer l’appareil.

Type de VMC

Entretien à effectuer

VMC simple flux

constituée de :

  1. moteur, gaines souples, bouches de ventilation

objectif :

  1. nettoyer chaque élément selon sa particularité (voir tableau ci-après)
  2. retirer la poussière accumulée
  3. permettre un flux d’air optimal

VMC double flux

constituée de :

  1. moteur, gaines souples, bouches de ventilation, filtres

avantage :

  1. moins poussiéreuse que la simple flux : les filtres à particules fines retiennent la poussière

objectif :

  1. nettoyage ou changement des filtres
  2. nettoyer chaque élément selon sa particularité (voir tableau ci-après)
  3. retirer la poussière accumulée
  4. permettre un flux d’air optimal et une bonne aspiration

Dans la pratique, cet entretien régulier se fera de la manière suivante :

Organe à nettoyer

Entretien à effectuer

gaines et conduits de la VMC

précaution :

  1. couper le courant du système de ventilation

matériel nécessaire :

  1. aspirateur
  2. chiffon microfibre ou lingettes désinfectantes

méthode :

  1. bouches d’aération :
    1. démonter et faire tremper les grilles (opter pour de l’eau chaude additionnée de produits dégraissants)
    2. rincer et laisser sécher avant remontage
  2. intérieur des bouches et des gaines :
    1. aspirer la poussière puis passer un chiffon humide
    2. opération facultative : produits fumigènes pour le nettoyage des conduits de ventilation
  3. entrées d’air extérieures : dépoussiérage et nettoyage
  4. filtres : les nettoyer ou les changer selon le besoin

moteur de la VMC

précaution :

  1. couper le courant du système de ventilation

matériel nécessaire :

  1. aspirateur
  2. chiffon microfibre ou lingettes désinfectantes

méthode :

  1. démontage partiel afin d’accéder à la roue du ventilateur
  2. roue du ventilateur : dépoussiérage avec un chiffon humide
  3. moteur : préférer le passage d’un professionnel pour cette partie

Dans le cas d’une VMC hygroréglables, il faudra préférer un simple chiffon légèrement humide pour un nettoyage plus délicat.

En outre, lors de cet entretien trimestriel, ce sera aussi l’occasion de vérifier l’état des filtres qui sont à changer en moyenne tous les deux ans, de contrôler le bon fonctionnement des piles s’il y en a. Un contrôle de l’alignement correct du caisson contenant la roue du ventilateur est également préconisé ainsi que de la tension de la courroie.

Par ailleurs, tous les 2 ans environ, il est intéressant de vous assurer que les gaines sont bien toutes en place et correctement positionnées, qu’elles ne sont pas écrasées par endroit.

L’entretien par un professionnel

Chez les particuliers

Au-delà de ce simple entretien du quotidien, il faudra également prévoir un entretien annuel par un professionnel. Préconisé pour tous les systèmes de Ventilation Mécanique Contrôlée, cet entretien est même obligatoire tous les 3 ans dans le cas des VMC à gaz afin de garantir la sécurité des occupants.

Ainsi, idéalement une fois par an, voire tous les 3 ans, un spécialiste procédera à un nettoyage en profondeur de l’ensemble des équipements et à un contrôle de toutes les pièces de ces derniers. 

Dans une copropriété

Le contrat d’entretien est obligatoire et sera pris par le syndic. Ce contrat portera sur les parties communes et englobera au moins les missions suivantes à réaliser par un professionnel :

  1. caissons VMC :
    1. nettoyage une fois par an
    2. contrôle du bruit
    3. contrôle de la puissance électrique absorbée
  2. filtres de VMC double flux :
    1. deux fois par an au moins : nettoyage et remplacement
  3. réseaux de gaines :
    1. nettoyage tous les cinq ans

Concernant les parties privatives, le syndic se devra seulement de rappeler aux différents occupants qu’un nettoyage annuel des bouches d’extraction VMC doit être effectué.

Le coût de l’entretien

Le coût de cette opération, qui peut être proposée par votre installateur de VMC sous forme de contrat d’entretien, est d’environ 100 à 150 € pour un logement individuel. Il s’agit en règle générale de votre électricien.

Selon la loi du 6 juillet 1989, la facture sera payée par le propriétaire occupant du logement, ou par le locataire le cas échéant, puisque cette charge entre dans l’entretien courant d’un logement. Seul le remplacement de la VMC sera à la charge du propriétaire bailleur, à condition que ce besoin ne découle pas d’un mauvais entretien.

Construction, rénovation, un projet de chauffage ?

En déposant votre projet, un installateur Proactif proche de chez vous, vous contactera. Véritable spécialiste de la marque Viessmann, il dispose des qualifications utiles et se forme régulièrement sur nos produits afin de vous conseiller au mieux.

Sélectionnez les énergies concernant votre projet

FioulGazPompe à chaleurBoisSolaire thermiqueAutres
Passer à l'étape 2

* : champs obligatoires