VMC double-flux

Accueil > Lexique > VMC double-flux

VMC
VMC double flux - Source Aldès

La VMC double flux est l’étoile montante de l’univers des systèmes de ventilation. Non seulement, elle vous offre un confort thermique non négligeable, mais elle assainit et purifie l’air de votre maison grâce à ses filtres performants qui retiennent polluants et autres bactéries.

Le principe de fonctionnement d’une VMC double flux

Le fonctionnement d’une VMC

Une VMC, Ventilation Mécanique Contrôlée, est un dispositif qui permet de renouveler l’air de votre maison, essentiellement pour les pièces les plus humides comme la salle de bain, la cuisine, la buanderie ou les toilettes. Ce renouvellement d’air est indispensable et nécessaire pour la santé des occupants car il permet d’évacuer l’humidité de ces pièces et donc d’améliorer la qualité de l’air que vous respirez. Le débit d’air est calculé en m3/h. Celui-ci sera à adapter en fonction de la superficie de votre maison, et sera différent en fonction des pièces. En effet, une salle de bain, par exemple, nécessitera un débit d’air plus élevé qu’une chambre à coucher.

Le fonctionnement d’une VMC double flux

Une VMC double flux est un dispositif composé de deux réseaux de gaines indépendants dotés de leur propre système de ventilation. Un réseau évacue l’air pollué des pièces les plus humides, alors que l’autre introduit de l’air sain dans les pièces à vivre. L’air circulant dans ces deux réseaux ne se mélangent jamais, et ils transitent, tous les deux, par un échangeur thermique qui récupère l’énergie et la chaleur de l’air de votre maison pour réchauffer l’air neuf insufflé. L’air extérieur sera assaini grâce à des filtres très performants avant d’être redistribué et ventilé dans votre logement à l’aide de bouches de diffusion. L’arrivée de l’air se situe sur le toit, et le caisson est très souvent installé dans les combles.

Il est important d’installer une VMC double flux dans une maison bien isolée pour éviter toute déperdition d’énergie. L’air extérieur réchauffé vous permettra de réaliser des économies de chauffage, jusqu’à 15% de consommation en moins sur votre facture. Il existe également quelques astuces pour réduire encore un peu plus vos dépenses énergétiques :

  1. Installer des capteurs de présence pour réduire le débit d’air en cas d’absence prolongé.
  2. Produire de l’air frais les nuits d’été pour réduire le recours à la climatisation, grâce au bypass intégré, qui n’est autre qu’un système de pontage. Il permet à l’air neuf de circuler sans passer par l’échangeur thermique et d’apporter un peu de fraîcheur nocturne si nécessaire.

VMC simple flux vs VMC double flux

La VMC simple flux

Une VMC simple flux a pour rôle d’extraire l’air intérieur de votre maison vers l’extérieur. Elle permet de renouveler l’air de votre maison et de l’assainir. Les bouches d’extraction sont souvent installées dans la cuisine, la salle de bain et les toilettes pour évacuer l’humidité et les bactéries. L’entrée d’air extérieur se fait par des aérations situées le plus souvent sur les menuiseries des fenêtres. Cette VMC évacue l’air de votre maison, et donc l’air que vous chauffez pendant les périodes hivernales. Ainsi, la température intérieure de votre logement baisse, votre chauffage doit compenser et engendre donc des dépenses énergétiques supplémentaires.
Une VMC simple flux est la solution de ventilation la moins chère sur le marché mais la plus énergivore. En effet, les déperditions thermiques liées à la ventilation représentent 20 % de vos dépenses d’énergie.
Certaines VMC simple flux sont toutefois équipées, pour un coût supplémentaire, de systèmes hygroréglables qui permettent d’adapter le débit d’air en fonction du taux d’humidité. Ce dispositif permet de réaliser des économies d’énergie sur le fonctionnement de l’installation et sur la consommation de chauffage.

La VMC double flux

Contrairement à une VMC simple flux qui introduit de l’air froid l’hiver, la VMC double flux évite les déperditions de chaleur en insufflant de l’air sain, renouvelé, épuré et réchauffé. L’apport d’air extérieur ne se fait plus avec des aérateurs de fenêtres mais par une entrée d’air située sur le toit de votre habitation. Si votre VMC double flux est bien réglée, il est même conseillé de ne pas trop aérer votre logement l’hiver pour ne pas laisser entrer le froid et augmenter votre facture de chauffage. L’air insufflé passera par des filtres de haute qualité afin de le dépolluer.
Avec des solutions de chauffage comme le poêle ou une cheminée, vous avez la possibilité d’installer, en plus, une entrée d’air dédiée pour que le dégagement de l’air de votre système de chauffage ne gêne pas le fonctionnement normal de votre VMC.
La VMC double flux est donc bien la solution de ventilation la plus performante et la moins énergivore, mais elle engage un budget plus conséquent tant pour le dispositif en lui-même que pour les aménagements nécessaires à son installation.

Les avantages et les inconvénients d’une VMC double flux

Les avantages d’une VMC double flux

  1. Qualité de l’air optimale assainie grâce aux filtres performants qui captent les polluants, les poussières, les pollens et autres allergènes.
  2. Économie de 15 % sur votre facture de chauffage par rapport à une VMC simple flux.
  3. Confort thermique et meilleure distribution de la chaleur dans chaque pièce.
  4. Diminution des nuisances liées à l’asthme et à certains types d’allergies.
  5. Présence de filtres qui préviennent le risque d’encrassement de votre échangeur thermique.
  6. Isolation acoustique améliorée grâce à la disparition des aérateurs de fenêtres.
  7. Rafraîchissement pendant les périodes estivales si votre VMC double flux est dotée d’un système de bypass, sans avoir recours à une solution de climatisation.

 

Les inconvénients d’une VMC double flux

  1. Solution de VMC la plus chère du marché.
  2. Nécessité d’engager des travaux importants dans le cadre d’une rénovation.
  3. Encombrement et isolation de l’échangeur thermique et des gaines distribuant l’air renouvelé.
  4. Entretien régulier, nettoyage des filtres, et contrôle des gaines nécessaires pour prévenir la présence de moisissures qui infectent l’air évacué, le rendant nocif pour la santé des occupants.
  5. Nuisances sonores éventuelles au niveau des bouches de soufflage, en fonction des modèles et des installations.
  6. Obligation de prévoir une évacuation d’eau pour évacuer la condensation si certaines parties de votre installation ne sont pas suffisamment isolées.

Les aides financières

Si l’achat et l’installation d’une VMC double flux n’ouvrent pas de droit au Crédit d’Impôt Transition Énergétique, le CITE, ils permettent cependant de demander certaines aides et subventions si les travaux sont réalisés par un professionnel du bâtiment RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) :

  1. L’éco-prêt à taux zéro est accordé pour l’achat et l’installation d’une VMC double flux aux propriétaires de logements construits avant 1990. Pour bénéficier de l’éco-prêt à taux zéro, il vous faudra inclure votre projet de VMC dans un “bouquet de travaux” visant à améliorer la performance énergétique de votre habitation. Vous pourrez ainsi obtenir un prêt de 20 000 €, remboursable sur 10 ans, voire de 30 000 € remboursables sur 15 ans pour 3 différents types de travaux au minimum.
  2. La TVA réduite à 5,5 % est accordée pour l’achat et l’installation d’une VMC double flux, depuis le 1er janvier 2014, pour les logements principaux ou secondaires, construits depuis au moins 2 ans. Vous devrez alors remplir une attestation qu’il vous faudra remettre à votre artisan.
  3. Les subventions de l’ANAH, l’Agence Nationale de l’Amélioration de l’Habitat, peuvent être attribuées aux propriétaires de logements construits depuis au moins 15 ans. Elles sont soumises à des plafonds de ressources, et les travaux engagés pour la rénovation thermique de votre logement doivent être réalisés par un artisan du bâtiment certifié.
  4. Certains fournisseurs d’énergie délivrent une prime énergie sous conditions pour les particuliers qui engagent des travaux de rénovation énergétique. Il vous faudra en faire la demande avant le début des travaux. Cette prime énergie est cumulable avec l’éco-prêt à taux zéro mais non avec les aides de l’ANAH.
  5. Certaines collectivités locales accordent également, sur dossier, des subventions pour l’amélioration de la performance énergétique. Il vous faudra pour cela vous rapprocher des services administratifs de votre région.

 

L’achat d’une VMC double flux

Pour l’achat de votre VMC double flux, les critères de choix à prendre en compte sont :

  1. La double certification : NF 205 (Norme Française) ou Phi (norme allemande du Passivhaus Institut) qui est la plus exigeante
  2. La basse consommation électrique de l’échangeur thermique
  3. Le coût des filtres à changer régulièrement
  4. L’étanchéité de l’échangeur thermique et son isolation périphérique
  5. La présence d’un bypass
  6. Les gaines d’extraction et d’insufflation souples pour les maisons individuelles, ou rigides pour les logements collectifs
  7. La garantie de 3 ans
  8. La présence d’une résistance anti-givre interne pilotée par carte électronique nécessaire pour les régions sujettes au gel

Les prix d’une VMC double flux peuvent varier de 700 à 3 200 €, en fonction des modèles, du rendement de ventilation, de la superficie à ventiler et de la configuration de votre logement.

L’installation d’une VMC double flux

L’installation d’une VMC double flux doit être réalisée par un professionnel qualifié et expérimenté. Il sera bien souvent à même de vous renseigner et de vous conseiller sur le modèle et le rendement de ventilation dont votre logement aura besoin pour un confort optimal. Si une VMC double flux n’est pas correctement installée, il peut y avoir des problèmes de condensation, et des nuisances sonores au niveau des bouches de soufflage entre autres. Le prix de la main d’oeuvre pour des travaux réalisés par un artisan du bâtiment RGE varie de 50 et 80 € de l’heure, et vous garantit une installation de qualité qui pourra prétendre à une éventuelle aide ou subvention.

Dans le neuf

Il est conseillé de prévoir en amont l’installation d’une VMC double flux pour la construction de votre logement. En effet, celle-ci nécessite de la place et tout un réseau de gaines qui sera plus facile d'appréhender au moment d’établir le plan de votre maison. Les tarifs d’installation peuvent varier entre 3 000 à 6 000 € en fonction de la superficie, de l’aménagement de votre logement et de la présence, ou non, d’un ou plusieurs étages.

Dans la rénovation

Installer une VMC double flux pendant une rénovation est envisageable, mais cela représente des travaux parfois longs et complexes. Il faut avant tout que votre logement soit bien isolé, et que vos portes et fenêtres soient en double, voire en triple vitrage. Si vos combles ne sont pas assez isolés, il faudra prévoir une isolation performante dans un premier temps avant l’installation. En effet, il faut que votre VMC double flux soit protégée des basses températures de l’hiver pour ne pas réduire son rendement de ventilation. Le caisson comprend l’échangeur thermique, les filtres, les ventilateurs, le bypass et le système de préchauffage anti-givre piloté par carte électronique. Il faudra ensuite installer et fixer tout le réseau de gaines d’extraction et d’insufflation qui alimentent les différentes bouches de chaque pièce. Vous aurez donc peut-être, en rénovation, l’obligation de créer un faux-plafond ou des coffrages pour dissimuler tout le réseau de gainage. Il est à noter qu’il existe des gaines plates qui permettent de prendre moins de place. Toutefois, certaines configurations rendent l’installation d’une VMC double flux impossible. Les tarifs d’installation peuvent varier de 5 000 à 10 000 € en fonction de la complexité des travaux.

L’entretien d’une VMC double flux

Si la garantie des fabricants est généralement de 3 ans, il ne faut surtout pas négliger l’entretien de votre système de VMC double flux. En effet, les conduits ont tendance à s’encrasser avec le temps, en fonction des saisons et de l’emplacement de votre maison. De plus, régulièrement entretenue, l'échangeur thermique aura un bon rendement de ventilation et sa durée de vie pourra aller au-delà de 20 ans.

Voici un petit guide pratique pour un bon entretien de votre VMC double flux :

  1. Nettoyer les filtres tous les 3 mois
  2. Remplacer les filtres tous les 6 mois
  3. Dépoussiérer les bouches d’extraction et d’insufflation tous les 6 mois
  4. Démonter et laver soigneusement l’échangeur thermique 1 fois par an
  5. Inspecter les conduits de ventilation tous les 5 ans
  6. Laver le réseau de gaines de ventilation tous les 7 à 10 ans

 

Les filtres de VMC à changer régulièrement vous reviennent à environ 50 € par an. Il est également conseillé de faire ce remplacement de filtres après la saison des pollens. Si le nettoyage et le remplacement de filtres, sont accessibles à tous, le démontage de l’échangeur thermique, lui, doit être réalisé par un professionnel expérimenté. Vous pouvez même souscrire un contrat de maintenance avec l’artisan qui s’est occupé de votre installation pour un montant allant de 170 à 360 € par an.

La VMC double flux couplée avec un puit canadien

Couplée avec un puit canadien, appelé également puit provençal, votre VMC double flux parvient à un niveau de performance maximum.

Le principe de fonctionnement

Le puit canadien est, contrairement aux idées reçues, une technique ancienne, remise au goût du jour pour participer à l’amélioration des performances énergétiques nécessaire de nos jours. Il s’agit d’un échangeur géothermique. En effet, l’air va circuler par un conduit enfoui sous la terre, où la température y est plutôt constante tout au long de l’année, soit environ 10 °C. La terre devient alors un puissant régulateur thermique qui permettra de réchauffer l’air en hiver, et de le rafraîchir en été. Couplé à une VMC double flux, l’air entrant ne vient plus directement de l’extérieur, mais passe par le puit canadien, avec une température quasi stable de 10° C également. L’air est donc déjà réchauffé, ou refroidi, avant de passer par votre système de ventilation, ce qui réduit encore plus les frais de fonctionnement de votre VMC. Le conduit doit être enterré de 1 à 5 mètres de profondeur au maximum, sur une longueur idéale de 30 mètres. Son diamètre est réglementé et ne doit pas excéder les 200 mm. L’entrée du conduit est souvent placée au plus loin de votre logement pour que la surface d’échange thermique soit optimale et efficace.

Les avantages d’un puit canadien

Le puit canadien comporte les avantages suivants :

  1. Écologique
  2. Système performant été comme hiver
  3. Température constante de l’air entrant
  4. Économies sur les frais de fonctionnement de votre VMC double flux

Les prix de fournitures pour un puit canadien

Pour faire installer un puit canadien, il vous faut d’abord réaliser un bilan thermique afin de définir l’endroit idéal pour implanter votre borne de prise d’air. Il faudra donc prendre en considération les éléments suivants pour calculer le budget de votre projet :

  1. Une étude thermique peut avoir un coût allant de 1 400 à 2 700 €
  2. Une borne de prise d’air peut avoir un coût allant de 900 à 2 700 €
  3. Le conduit collecteur peut avoir un coût allant de 15 à 25 € par mètre

La VMC double flux thermodynamique

Une VMC double flux thermodynamique intègre un système de pompe à chaleur à votre VMC double flux. Elle utilise les calories présentes dans l’air intérieur de votre maison pour les transformer en énergie et donc améliorer la performance de l’échange thermique. Il s’agit d’un dispositif très complet permettant d’allier la ventilation, le chauffage, la climatisation et même la production d’eau chaude sanitaire. L’air de votre maison est renouvelé perpétuellement, utilisé pour créer de la chaleur et vous permet donc de faire des économies d’énergie, tant sur le chauffage que sur la climatisation.
Ce système est privilégié pour les maisons dites “passives”, bien isolées avec une parfaite étanchéité. Il peut même parfois fournir la totalité de vos besoins de chauffage si vous vivez dans une zone climatique favorable pour un coût pouvant aller de 7 000 à 16 000 € selon les modèles et la complexité du chantier à engager.

La VMC double flux connectée

Si la domotique prend de plus en plus d’ampleur, les systèmes de VMC ne sont pas en reste. Équipée de capteurs, votre VMC double flux peut donc être connectée ! En cas de panne, vous êtes directement informé grâce à une application qui vous alerte en temps réel. Ce dispositif est essentiellement avantageux pour les immeubles, les bâtiments collectifs ou les locaux d’entreprises. En effet, les techniciens de maintenance peuvent repérer directement la source de la panne grâce à une interface présente sur leur téléphone, ce qui fait gagner un temps considérable. Ceci évite également les surconsommations et les déperditions d’énergie. La configuration de votre installation est programmable et paramétrable via une application, vous pouvez ainsi :

  1. Surveiller et contrôler l’efficacité de votre VMC à distance
  2. Détecter une panne en temps réel
  3. Repérer l’emplacement de la panne instantanément
  4. Activer votre VMC en fonction du seuil d’humidité dans l’air
  5. Optimiser les flux d’air en fonction de l’occupation des pièces
  6. Rediriger le flux d’air vers les pièces occupées
  7. Anticiper les réparations et la révision annuelle
  8. Collecter les informations venant des capteurs pour programmer les interventions de la maintenance
  9. Mesurer la température et la pression dans les gaines de ventilation
Construction, rénovation, un projet de chauffage ?

En déposant votre projet, un installateur Proactif proche de chez vous, vous contactera. Véritable spécialiste de la marque Viessmann, il dispose des qualifications utiles et se forme régulièrement sur nos produits afin de vous conseiller au mieux.

Sélectionnez les énergies concernant votre projet

FioulGazPompe à chaleurBoisSolaire thermiqueAutres
Passer à l'étape 2

* : champs obligatoires