Insert à granulés : fonctionnement, solutions et prix

Accueil > Lexique > Insert à granulés : fonctionnement, solutions et prix

granulés
Feu de granulés de bois

En neuf comme en rénovation, en remplacement d’une cheminée à foyer ouvert ou non, l’insert permet de bénéficier d’une chauffe agréable avec, en outre, un excellent rendement. En termes d’insert, différentes options sont envisageables, dont celle de l’insert à granulés qui permet de jouir de l’ensemble des avantages de la cheminée, sans souffrir de ses désagréments. Focus sur ce mode dechauffage de plus en plus prisé.

Qu’est-ce qu’un insert à granulés ?

Présentation rapide de l’insert à granulés

Tout d’abord, il est intéressant de savoir que l’insert à granulés (autrement appelés des pellets) est un appareil dédié à la chauffe et régulé par un thermostat. Il peut soit être encastré dans une cheminée existante, soit être prévu avec un habillage design.

Dans la pratique, l’insert est constitué d’un corps de chauffe. Ce dernier est généralement réalisé en acier ou en fonte (résistance, faible inertie thermique). Le rôle de cet élément est d’accumuler la chaleur produite lors de la combustion des granulés. Il restitue cette chaleur de longues heures après la fin de cette combustion. Son allumage est automatisé et se fait via une bougie d’allumage qui vient enflammer les granulés.

Trois ouvertures permettent une excellente circulation d’air et donc une parfaite combustion. Ces ouvertures sont placées en bas, au milieu et en haut de l’appareil. Celle du milieu a pour vocation de permettre le soufflage de l’air chaud dans la pièce, les deux autres servent à la convection directe pour une chaleur confortable et douce.

Par ailleurs, les modèles les plus récents permettent une double combustion. En effet, lors du processus de combustion, les granulés émettent des gaz qui sont eux-mêmes brûlés avant d’être rejetés via le conduit de cheminée. L’avantage de ce processus est également double puisque qu’il permet à la fois d’optimiser encore davantage la production de chaleur de l’insert et réduit de manière conséquente les émissions de polluants dans l’atmosphère. Le bilan carbone de ce type d’insert est d’ailleurs neutre.

Directement relié à un conduit de cheminée via un tubage, l’insert à granulés est également doté d’un réservoir muni d’un système de chargement. Ce chargement peut se faire de deux manières différentes :

  1. via une trappe placée dans le coffrage ;
  2. via un tiroir situé à l’avant de l’insert.

Le combustible : granulés ou pellets

Véritables biocombustibles, les granulés sont issus de l’industrie de la transformation du bois. Fabriqués à partir des déchets, soit la sciure et les copeaux de bois, ils se présentent sous la forme de petits cylindres dont les dimensions avoisinent les 20 mm de long et 6 mm de diamètre. Pour obtenir ces cylindres, tout une phase de séchage et de compactage à chaud est effectuée. C’est grâce à la lignine naturellement contenue dans le bois que le granulé conserve sa forme et durcit lors de son étape de refroidissement après le compactage.

Un des grands avantages des granulés est qu’ils sont produits au local et permettent de revaloriser des déchets qui, autrement, seraient perdus. Par ailleurs, ce traitement en fait un combustible facile à stocker et à manipuler. En termes de conditionnement, il est possible de disposer de sacs ou de les acheter en vrac.

En outre, le recours à ce type de combustible permet de disposer d’une plus grande autonomie puisqu’une fois l’insert chargé, il suffit de programmer la puissance de chauffe souhaitée pour être tranquille plusieurs heures durant.

Enfin, les granulés, de par leur constitution, produisent moins de cendres et de suies que les bûches traditionnelles. Cela débouche sur une bien meilleure combustion et donc un rendement plus élevé.

L’insert : quelle réglementation ?

Etant donné son lien avec le feu, l’insert est automatiquement concerné par des règles de sécurité. C’est la norme de l’ANOR, NF EN 13229, qui détermine l’ensemble des attentes minimales en lien avec la pose d’un insert. Cette norme intègre non seulement les notions de sécurité mais également celles portant sur la production d’énergie.

En règle générale, les appareils respectant parfaitement cette norme se voient également estampillés Flamme Verte, un label mettant à l’honneur les équipements plus performants tant sur le plan du respect de l’environnement que sur celui du rendement énergétique.

Les critères principaux d’un insert à granulés

Lors de la sélection de l’insert à pellets, certains critères seront à prendre en considération afin de disposer d’un équipement avec un bon rapport qualité/prix. Ainsi, parmi les quelques notions à observer, il sera intéressant de se pencher sur :

  1. la puissance de chauffe de l’insert : il faut par exemple une puissance de 11 kW pour assurer les besoins d’un logement de 100 m² ;
  2. le rendement ;
  3. la présence du label Flamme Verte : ce label ouvre droit à la prime énergie et au CITE (Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique).

Différents types d’insert pour cheminée

Les inserts à granulés peuvent se décliner sous différentes versions, notamment en termes de technologie de diffusion de chaleur. Concernant les versions les plus récentes visibles sur le marché, il est notamment possible de trouver des modèles équipés de systèmes de programmation et de sécurité anti-surchauffe.

Les inserts à granulés ventilés

Dans ce premier type d’insert encastré à granulés, la chaleur ne pouvant plus être diffusée par simple dispersion est propulsée sous l’action d’un ventilateur. Elle est alors diffusée de manière frontale, une action qui permet une chauffe plus rapide.
Pour ce faire, les appareils disposent généralement d’un système à vitesses multiples (souvent de 1 à 5) de manière à pouvoir effectuer un réglage manuel. Plus la vitesse utilisée est élevée, plus la chauffe est rapide.
Par contre, ce ventilateur émet un bruit de soufflerie qui peut parfois devenir gênant, notamment sur une période prolongée à une vitesse relativement élevée.

Les inserts à granulés canalisables et ventilés

Basée sur le même principe que l’insert à granulés ventilé, cette autre version dispose d’un ou deux ventilateurs supplémentaires. L’objectif est alors de permettre une meilleure diffusion de la chaleur produite vers d’autres pièces du logement.
En termes de nuisance sonore, selon l’emplacement des ventilateurs complémentaires, il est possible d’avoir une certaine gêne. Toutefois, il est à noter que, selon les marques, il est possible d’avoir pour ces autres ventilateurs le même principe de réglage de vitesse.

Les inserts à granulés à eau chaude

Autre version d’insert à granulés, celle de l’appareil relié au réseau de chauffage central. Cette dernière permet d’alimenter le réseau de radiateurs en eau chaude pour une chauffe homogène de l’ensemble des pièces raccordées tout en offrant une petite diffusion directe dans la pièce accueillant l’insert (par convection naturelle ou à l’aide d’un ventilateur).
Ce type d’équipement présente généralement une puissance supérieure et est particulièrement intéressant dans le cadre d’une rénovation, en complément de la chaudière.

Les options de l’insert à granulés

Au-delà de la puissance et du rendement possibles, quelques options très utiles peuvent être ajoutées à l’insert à granulés.

Le pilotage à distance

Une option de connexion en WiFi peut permettre un pilotage à distance, via le smartphone, afin de réguler la température en la revoyant à la hausse ou à la baisse selon le besoin. Une telle possibilité apporte une très grande souplesse d’utilisation.

La personnalisation des programmes

Selon les modèles, il est possible de disposer jusqu’à trois plages de programmation différentes dans une journée, sachant que chaque jour de la semaine peut également être programmé différemment. Chaque plage horaire permet alors de déterminer une température de chauffe.

A noter que les versions les moins évoluées proposent tout de même une possibilité de deux plages horaires valables pour tous les jours de la semaine.

Le panneau de commande

Tous les panneaux de commande ne sont pas aussi intuitifs. C’est un détail qu’il est bon de vérifier à l’heure de l’acquisition du matériel. En effet, un panneau de commande intuitif sera le gage d’une utilisation bien plus simple et efficace.

Quelle puissance pour un insert à granulés ?

Autre point qu’il est important de prendre en compte au moment de choisir un insert à granulés, celui de la puissance. Celle-ci devra être fonction des besoins du logement et de ses caractéristiques.

Plus le logement sera récent et parfaitement isolé et moins la puissance attendue sera haute. A contrario, dans un logement relativement ancien doté d’une isolation moyenne, il faudra penser à une puissance plus adaptée.

Par exemple, afin d’assurer la chauffe d’une maison de 100 m² avec une hauteur sous plafond de 2.50 m, voici les puissances à prévoir selon les conditions constatées :

  1. excellente isolation d’une maison de 2013 : 6 kW.
  2. isolation moyenne d’une maison de 2004 : 10 kW.
  3. mauvaise isolation sur une maison rénovée : installation déconseillée car inefficace, mieux vaut revoir l’isolation afin d’améliorer la performance énergétique du logement.

Les avantages et inconvénients de l’insert à granulés

Les avantages

Les avantages d’un insert à granulés sont nombreux. Parmi eux, nous pouvons notamment citer :

  1. économie : les granulés sont un des combustibles les moins onéreux
    1. le fioul est 2 fois plus cher
    2. le gaz est 25 % plus cher
  2. écologie :
    1. gestion durable des forêts : bilan carbone neutre pour les granulés
    2. fabrication et consommation au local : réduction de l’empreinte en lien avec le transport
    3. réduction maximale des émissions de particules fines et de gaz à effet de serre
    4. air intérieur parfaitement sain
  3. rendement : bien supérieur à celui d’un foyer ouvert
    1. jusqu’à 75 % de restitution de la chaleur produite
    2. très bonnes performances : très haute valeur énergétique des granulés
  4. autonomie : la capacité de la trémie permet différents niveaux d’autonomie
    1. par exemple : une trémie de 15 kg permet 7 à 25 heures de chauffe
  5. sécurité : un foyer fermé avec insert est plus sécuritaire
    1. réduction des risques en présence d’enfants
    2. suppression des projections de braises et donc du risque d’incendie
  6. confort :
    1. régulation de la température
    2. programmation des plages horaires de chauffe
    3. alimentation automatique
    4. peu d’entretien
  7. esthétique :
    1. possibilité de design contemporain ou d’encastrement dans le foyer existant
    2. feu visible
  8. stockage : manipulation et stockage aisés des granulés

Les inconvénients

Toutefois, quelques inconvénients restent à déplorer :

  1. dépendance électrique : l’insert cesse de fonctionner en cas de coupure électrique
  2. esthétique : perte du contact direct avec la flamme
  3. sécurité : nécessité d’un gainage de conduit de cheminée (tubage)
  4. nuisance sonore provoquées par :
    1. la ventilation
    2. l’alimentation en granulés

L’installation et le tubage

Différents éléments sont à prendre en compte au moment de l’installation de l’insert à granulés. Dans le cadre d’une rénovation avec encastrement de l’insert dans la cheminée existante, il faudra parfois prévoir un agrandissement du foyer ainsi qu’un tubage du conduit. En neuf, l’habillage sera créé et le tubage automatiquement prévu.

Si l’installation en elle-même n’est pas spécialement complexe, elle nécessite malgré tout un certain nombre de connaissances, notamment afin de parfaitement respecter les règles de sécurité tant sur le plan électrique que sur celui du risque incendie.

Le prix de l’insert à granulés

Le coût de fourniture de l’insert à granulés et le prix de la main d’oeuvre en lien avec son installation sont fonction de différents critères que nous allons étudier ici.

Les facteurs impactant

Les facteurs impactant peuvent directement influer sur le prix de fourniture de l’équipement. Ces facteurs sont notamment :

  1. le matériau ;
  2. les finitions ;
  3. les dimensions ;
  4. les options ;
  5. la marque ;
  6. la puissance ;
  7. la technologie.

Et il faut aussi se pencher sur le prix de pose qui peut inclure :

  1. les frais de déplacement ;
  2. les frais de transport du matériel ;
  3. le coût de main d’oeuvre selon la situation géographique ;
  4. l’expérience du professionnel ;
  5. la technique de pose.

Le prix de fourniture

En fourniture, le prix d’un insert à granulés sera donc établi selon les différents critères énoncés dans le précédent paragraphe. En moyenne, il est possible de compter un budget oscillant entre 500 à 5 000 €.

Par exemple, il est possible de s’équiper d’un insert à granulés d’une puissance de :

  1. 10 kW en version standard pour 2 000 € environ ;
  2. 13 kW présenté par une grande marque pour 3 500 € environ ;
  3. 12 kW doté d’un échangeur haut rendement avec modulation automatique pour 4 700 € environ.

Le prix de pose
Pour ce qui concerne la pose, le coût sera autour de 1 000 à 4 000 €. Cette variation prendra en compte les critères vus précédemment mais également la nécessité ou non de réaliser un tubage.

Pour vous apporter quelques éléments complémentaires en termes de tarification, certains professionnels facturent :

  1. 500 à 1 500 € pour un tubage ;
  2. 500 à 2 500 € pour la pose d’un insert.

Les autres dépenses
D’autres dépenses sont à prévoir à l’usage, à savoir, notamment, l’achat du combustible qui sera fonction de la consommation réalisée. En moyenne, il est recommandé de compter autour de 1 à 2 kg de granulés par heure de combustion. A l’heure, le coût de consommation peut alors être estimé entre 0.03 et 0.07 €. Ces prix font des granulés une énergie extrêmement compétitives en rapport du fioul, du gaz et de l’électricité.

L’entretien de l’insert à granulés

Par ailleurs, la possession et l’utilisation d’un insert à granulés implique de faire réaliser deux fois par an à un ramonage et à un nettoyage approfondi de l’insert. Cette action requiert un budget d’environ 150 à 200 €. A noter que, pour des raisons de sécurité, le ramonage est obligatoire. A défaut, les assurances ne pourraient prendre en charge d’éventuels dégâts en cas d’incident lié à l’insert.

Les aides possibles

En vue de la mise en oeuvre d’un insert à granulés, différentes aides peuvent vous être accordées sous certaines conditions. En effet, cet équipement étant reconnu comme étant un appareil performant à haut rendement, il est éligible à :

  1. la TVA à taux réduit de 5.5 %
  2. l’éco-prêt à taux 0
  3. la prime énergie
  4. le Crédit d’impôts pour la transition Energétique à hauteur de 30 %
  5. les subventions de l’Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat
  6. les subventions des collectivités territoriales ou locales

Le recours à un professionnel RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) sera impératif pour prétendre à ces aides. Des critères de performances peuvent également être demandés.

Comment bien choisir un insert ?

Enfin, pour clore cet article, voici quelques conseils qui pourraient vous aider à faire votre sélection d’insert à granulés. Dans les paramètres à étudier vous devrez particulièrement faire attention :

  1. à la puissance et au dimensionnement de l’appareil :
    La puissance, et donc les dimensions de l’insert, seront fonction de votre besoin de chauffe. Surévaluer cette puissance est inutile, mais la sous-évaluer vous doterait d’un équipement incapable de répondre à vos attentes.
  2. à l’éligibilité de l’appareil :
    Des critères particuliers sont définis, vous rapprocher d’un spécialiste en la matière vous ouvrira cette opportunité.

 

Construction, rénovation, un projet de chauffage ?

En déposant votre projet, un installateur Proactif proche de chez vous, vous contactera. Véritable spécialiste de la marque Viessmann, il dispose des qualifications utiles et se forme régulièrement sur nos produits afin de vous conseiller au mieux.

Sélectionnez les énergies concernant votre projet

FioulGazPompe à chaleurBoisSolaire thermiqueAutres
Passer à l'étape 2

* : champs obligatoires