Bouches d'aération d'une VMC : conseils, où les placer ?

Accueil > Lexique > Bouches d'aération d'une VMC : conseils, où les placer ?

Bouche Hygroreglable
Bouche de VMC

Si installer une VMC est indispensable dans le cas d’une construction neuve, la solution est aussi à envisager dès que possible dans de la rénovation. Dans chaque cas se posera alors la question de l’emplacement des bouches d’aération d’une VMC. Voici quelques réponses à vos interrogations avec des conseils sur leur choix, leur dimension, leur débit, etc.


Des bouches d’aération pour quoi faire ?

Ventiler son logement pour le garder suffisamment sain et lui supprimer toute trace d’humidité est important et, même, essentiel. Même si ces bouches d’aération, selon le mode de VMC, peuvent vous faire perdre quelques degrés, surtout en simple flux, et vous obliger à consommer plus d’énergie, c’est à ce prix que vous conserverez un logement en bon état et que vous et vos proches bénéficierez de bonnes conditions de vie, à l’écart des allergies ou d’un air chargé en gaz carbonique.

Moins de bactéries, moins de moisissures, le renouvellement s’effectue à partir de ces bouches d’aération placées dans toutes les pièces, en ventilation double-flux, ou dans les pièces à risque, en VMC simple flux, comme la cuisine, les salles d’eau ou de bains, les toilettes et la lingerie, par exemple, où s’y développe le plus d’humidité.

 

Comment installer vos bouches d’aération

Si votre VMC est généralement installée dans les combles, il en part tout un réseau de gaines qui circulent vers vos différentes pièces, gaines qui sont reliées à ces bouches d’aération.

C’est pourquoi vous devez réaliser, ou faire réaliser, des trous dans votre plafond, ou du moins en hauteur, comme nous le verrons, qui permettront de placer ces bouches et d’y relier vos gaines.

Des bouches qui correspondent aux différents diamètres de gaines, c’est-à-dire 80 mm dans une salle d’eau, dans une salle de bains, dans une lingerie ou dans des toilettes, et 125 mm dans une cuisine.

Les bouches d’aération peuvent être encastrées ou clipsées, parfois scellées. 

 

Où placer les bouches d’aération de sa VMC

Les bouches d’extraction doivent toujours être placées en partie haute des pièces afin de récupérer l’air vicié. Lorsqu’il est question de partie haut, on pense généralement au plafond, mais il est aussi possible de les placer sur le haut du mur car les possibilités sont parfois plus compliquées, notamment dans le cadre d’une rénovation, selon que vous allez recloisonner, isoler, etc. Car la mise en place de la bouche ne suffit pas si aucune gaine ne lui est assortie.

Elles sont aussi, généralement, placées en face de la porte pour que la circulation de l’air se fasse idéalement et que l’air vicié prenne la bonne direction à chaque courant d’air.

Un mauvais positionnement de ces bouches rendrait inutile leur fonctionnement ou, du moins, largement moins efficace. Un professionnel vous conseillera si nécessaire.

Les emplacements selon les pièces

Si cette bouche d’extraction prend place en partie haute et face à la porte, des questions plus particulières se posent dans certaines de ces pièces de service dites humides.

En effet, qu’en est-il dans une cuisine qui présente déjà une hotte aspirante ? Doit-on privilégier l’évier, les plaques ou le four ? Qu’en est-il dans une salle d’eau avec douche et vasques ? Sur lequel de ces éléments est-il préférable, également, de récupérer l’humidité ?

La réponse est relativement simple, il s’agit toujours de les placer là où doit être chassé l’air vicié.

Dans une salle d’eau ou dans une salle de bains, ce sera donc au-dessus de la douche ou de la baignoire. Dans une cuisine, ce sera au-dessus d’où provient la vapeur, ce qui sera plutôt le four si vos plaques possèdent déjà une hotte, ce qui est vraisemblablement le cas.

 

VMC simple flux et double flux

Maintenant, il faut aussi envisager que le cas d’une VMC n’est pas unique mais multiple, entre la VMC simple flux et la VMC double flux, sans parler des déclinaisons de cette dernière en autoréglable, hygroréglable, etc.

En effet, dans le cas d’une VMC simple flux, les entrées d’air se font le plus souvent par les menuiseries et il sera intéressant, notamment dans le cas d’une cuisine, que les bouches d’extraction se situent de façon diamétralement opposée à ces entrées, afin d’assurer la bonne circulation et, donc, la bonne sortie de l’air vicié.

Dans le cas de VMC double flux, ces bouches d’aération sont, dès lors, présentes dans toutes les pièces, y compris les chambres, le salon ou la salle à manger, par exemple. Il n’y a pas d’entrée d’air puisque ce sont les bouches d’aération qui servent pour absorber l’air vicié, récupérer les degrés qui sont dedans, et les réintroduire dans l’air sain aspiré à l’extérieur et réinjecté à l’intérieur.

L’idée reste donc de récupérer l’air vicié en position haute et le plus près de sa source (douche, bain, cuisinière, etc.).

 

Les entrées d’air

Si les entrées d’air sont souvent dans les menuiseries dans le cas de VMC simple flux, il est aussi possible de placer des grilles dans les murs, en rénovation, lorsqu’aucune meilleure solution n’est possible.

Il faut également penser à assurer une bonne circulation de l’air en laissant 2 cm d’espace en bas de porte.
Si le remplacement de l’air est automatique dans le cas d’une VMC double flux, dans le cas d’une simple flux, le débit d’air entrant doit correspondre au débit d’air extrait. C’est pourquoi l’intervention d’un professionnel est souhaitable.

Ces entrées d’air se font donc souvent par la présence de réglettes au niveau des fenêtres ou des coffres de volets roulant et se décomposent en un déflecteur en partie externe et un régulateur en partie interne.
Ces entrées d’air peuvent aussi être autoréglables, en fonction d’un débit défini, ou hygroréglables pour agir en fonction du degré d’humidité relevé dans la pièce.

 

Les choix divers de bouches d’aération

Si vous devez veiller au bon débit de votre bouche d’aération, selon le volume de la pièce, notamment, vous pourrez aussi choisir un modèle en fonction de son intensité sonore. C’est en effet un désagrément que vous pourriez trouver, à terme, et surtout lors du fonctionnement nocturne, lorsque les moindres sons donnent l’impression de s’intensifier.

Vous pourrez aussi choisir votre appareil en fonction de sa consommation électrique. Mais c’est alors le principe de VMC que vous devrez privilégier, en sélectionnant, par exemple, des modèles double flux hygroréglables qui ne se déclenchent que lorsqu’ils le sentent nécessaire, que votre taux d’humidité atteint des seuils trop élevés.

Enfin, pour les bouches d’aération, il en existe en multiples matières. Même si on trouve le plus souvent des modèles en PVC, il en existe aussi en aluminium, en fonte, en inox et autres, qui vous permettront de styliser votre intérieur ou, au contraire, d’en atténuer la présence.

Généralement comprise dans le prix de votre VMC, qui coûte de 150 à 250 € en fourniture pour une simple flux, et de 400 à plus de 2.000 € pour une double flux, selon le mode de fonctionnement et le dimensionnement de votre logement, ces bouches d’aération de VMC coûtent de 15 à 80 € selon leur apparence.

 

L’entretien des bouches d’aération

Le dernier point concernant ces bouches d’aération est leur entretien nécessaire. Si elles servent à assainir un logement, elles ne le font parfaitement que si elles sont, elles-mêmes, parfaitement saines.
Il est donc nécessaire de les nettoyer régulièrement, en général tous les trimestres. Dans le cas contraire, c’est tout votre système qui risque de s’encrasser avec un double risque : une surconsommation de votre appareil et un fonctionnement moins efficace entraînant l’apparition de moisissures et un air redevenant malsain.

Il faut donc déclipser la partie supérieure pour la nettoyer, et passer un chiffon humide dans la partie fixe. Pour le nettoyage de l’appareil lui-même, mieux vaut faire appel à un professionnel qui viendra l’entretenir tous les ans ou les 2 ans, pour un tarif d’environ 150 à 200 €.

Construction, rénovation, un projet de chauffage ?

En déposant votre projet, un installateur Proactif proche de chez vous, vous contactera. Véritable spécialiste de la marque Viessmann, il dispose des qualifications utiles et se forme régulièrement sur nos produits afin de vous conseiller au mieux.

Sélectionnez les énergies concernant votre projet

FioulGazPompe à chaleurBoisSolaire thermiqueAutres
Passer à l'étape 2

* : champs obligatoires