Pompe à chaleur eau/eau : fonctionnement, prix, solutions et avantages

Accueil > Lexique > Pompe à chaleur eau/eau : fonctionnement, prix, solutions et avantages

Pompe à chaleur eau-eau
Exemple de pompe à chaleur eau-eau - Source Vaillant

La pompe à chaleur eau/eau puise les calories qui serviront à chauffer le logement ou l’eau chaude sanitaire dans une source d’eau souterraine. Comment fonctionne-t-elle ? Que faut-il savoir et combien coûte une telle installation ? Nous allons nous consacrer, ici, à ce sujet.

La pompe à chaleur eau/eau

Différents types de PAC géothermiques

Dans le principe de la pompe à chaleur eau/eau, il existe plusieurs possibilités de matériels. Directement liée à la catégorie des PAC géothermiques, la version eau/eau se décline en deux options selon le type de captage des calories. Ainsi, il sera question de la pompe à chaleur :

  1. eau glycolée/eau : dotée d’un système de capteurs enterrés horizontaux ou verticaux ;
  2. eau/eau : dotée d’un système de captage sur nappe phréatique.

En termes de technologie, il s’agit de PAC à fluides intermédiaires. Cela signifie que le système englobe 3 circuits de fluides. Le premier fluide circule au niveau des capteurs installés sous terre (les capteurs sont immergés dans l’eau de la nappe phréatique dans le cas de la PAC eau/eau), le deuxième agit au niveau de la pompe à chaleur tandis que le dernier est celui du réseau de chauffe (radiateurs, plancher chauffant, ballon d’eau chaude), au sein du logement.

Dans la pratique, elle s’appuie sur le principe de la géothermie très basse température, c’est-à-dire qu’elle utilise la chaleur captée sous terre afin de produire du chauffage et de l’eau chaude sanitaire. Donc, pour la PAC eau/eau, c’est une sonde qui permettra d’aller puiser les calories présentes dans l’eau.

Le chauffage d’appoint

Si en zone très froide, la mise en oeuvre d’une PAC air/air ou air/eau nécessite le recours automatique à un chauffage d’appoint, c’est un peu moins vrai dans le cas de la version eau/eau qui ira puiser la chaleur sous terre, soit une zone bien plus épargnée par les baisses de températures extérieures. Effectivement, ce système affiche des performances et des rendements bien plus homogènes, quelles que soient les conditions météorologiques.

Une installation professionnelle

La géothermie implique des techniques d’installations particulières. En effet, pour atteindre la nappe phréatique, il faudra en passer par un sondage du sol avec l’aide d’un géotechnicien, puis un forage, avant de pouvoir mettre les capteurs en place. On parle alors de captage vertical sur nappe phréatique.

Que ce soit le montage du projet, le dimensionnement des équipements ou la mise en oeuvre des installations, une réelle expérience est incontournable afin de garantir un fonctionnement optimal et optimisé en fonction des besoins. Seul un expert en la matière sera en mesure de réaliser l’ensemble des opérations d’installation et de réglages indispensables à ce type de système.

Entretien de la pompe à chaleur eau/eau

C’est entre autres le bon entretien de la pompe à chaleur eau/eau qui conditionne sa durée de vie. Un entretien englobe à la fois les contrôles réguliers d’usage, mais également les éventuelles réparations et l’entretien annuel par un professionnel.

Le nettoyage régulier

Parmi les contrôles d’usages qui peuvent être effectués sans avoir recours à votre professionnel, vous pouvez notamment :

  1. Vérifier la pression hydraulique de votre réseau : c’est cette pression qui permet la bonne circulation dans le circuit. Un manque de pression déclenche une mise en sécurité automatique de l’appareil.
  2. Apporter un complément en eau : un apport qui sera fait selon le fluide caloporteur initialement utilisé avec de l’eau ou de l’eau glycolée.
  3. Purge et remplissage des émetteurs de chaleur : cette opération est idéalement effectuée tous les 5 ans. Cette manipulation permet de conserver de bonnes capacités d’échange entre les émetteurs et la PAC.

L’entretien annuel

En ce qui concerne un entretien annuel plus poussé, il est plus que recommandé d’en passer par un professionnel RGE. D’ailleurs, il est à noter que cet entretien est rendu obligatoire pour les PAC présentant une charge de fluide frigorigène de plus de 2 kg, soit 12 kW environ. Un contrat d’entretien peut être mis en place moyennant un budget de 150 à 300 €. Ce contrat, en plus de l’entretien annuel, prend en charge les éventuels frais d’intervention de votre spécialiste en cas de panne.

La fin de vie du matériel

Comme tout matériel, la pompe à chaleur eau/eau ne dispose pas d’une durée de vie éternelle. Ainsi, en fin de vie, elle devra être déposée par un professionnel habilité à manipuler les fluides frigorigènes. Ces fluides pourront d’ailleurs être recyclés si la PAC n’est pas une ancienne version.

Les précautions à prendre pour sa pompe à chaleur eau-eau

La pompe à chaleur eau/eau étant en contact direct avec une nappe d’eau, elle devra donc être en mesure d’en respecter l’intégrité. C’est la raison pour laquelle la commune doit, en amont, autoriser la mise en oeuvre de la PAC, et que cette installation soit effectuée par une entreprise spécialisée qui saura appliquer toutes les règles et préconisations en lien avec le respect de l’environnement.

Et si l’homme doit prendre soin de l’eau, l’eau devra aussi prendre soin de la pompe. Par exemple, une eau au PH trop élevé ne pourra être exploitée car elle endommagerait le matériel.

Les avantages et inconvénients de la pompe à chaleur eau/eau

Les avantages

La pompe à chaleur eau/eau présente un certain nombre d’avantages parmi lesquels on peut notamment citer :

  1. une excellente performance tout au long de l’année
  2. un rendement constant
  3. le recours à une énergie renouvelable
  4. l’eau souterraine ne gèle jamais et reste à température constante
  5. permet des économies d’énergie conséquente, plus particulièrement lors d’un couplage avec un système basse température

Les inconvénients

Cependant, quelques inconvénients restent à déplorer avec ce type d’installation :

  1. une technique inutilisable en l’absence de nappe phréatique à proximité immédiate
  2. la nécessité d’avoir obtenu le droit d’utiliser cette nappe phréatique

Il est à noter que pour atteindre les meilleurs rendements possibles, il faut idéalement prévoir le raccordement de cette pompe à chaleur avec un plancher chauffant.

La puissance et le COP de la PAC eau/eau

La puissance

Les pompes à chaleur eau/eau peuvent afficher des puissances allant de 5 à 20 kW. Le choix de cette puissance sera fonction des besoins du logement. Il pourra notamment dépendre du fait que le système sera simplement dédié au chauffage des lieux ou qu’il aura également en charge la production d’eau chaude sanitaire. La superficie sera un autre critère déterminant dans le choix du dimensionnement de la pompe.

Le coefficient de performance

Le coefficient de performance (COP) est une autre notion à laquelle il faut prêter une attention toute particulière. En effet, cet indice indique la quantité d’énergie que le matériel est en mesure de produire moyennant une consommation électrique de 1 kW. Une consommation visant à faire fonctionner le moteur de la pompe. Plus le COP est élevé et plus l’équipement est performant et économique.

En moyenne, dans le cas d’une pompe à chaleur eau/eau, les appareils présentent des COP entre 4 et 5, soit 4 à 5 kW d’énergie produite pour 1 kW consommé.

L’installation de la PAC eau/eau

Avant de pouvoir mettre en place une pompe à chaleur eau/eau, il faut en passer par différentes étapes. De multiples opérations et démarches sont à effectuer en amont :

  1. via des techniques modernes ou traditionnelles, détecter une nappe phréatique
  2. le volume d’eau naturelle détecté doit être suffisamment important et renouvelé afin de pouvoir être utilisé
  3. une étude de l’eau doit ensuite être réalisée
  4. toutes les autorisations en lien avec l’exploitation de cette eau doivent être obtenues
  5. réalisation du forage
  6. installation de la pompe à chaleur
  7. raccordement au réseau de chauffage et/ou d’eau chaude sanitaire
  8. réalisation des différents réglages

Prix d’une pompe à chaleur eau/eau

De multiples critères viendront influencer le tarif de mise en oeuvre d’une pompe à chaleur eau/eau. De la profondeur de la zone de captage à la facilité d’accès au chantier, de la technicité du forage à la puissance de la PAC, du COP à la marque du matériel… tout doit être pris en compte pour un chiffrage affiné. Toutefois, il reste possible de donner quelques indications de base afin de permettre de se faire une première idée sur le sujet.

Prix de fourniture PAC eau/eau

Lorsqu’il est question d’acheter une PAC eau/eau, il est question d’un véritable investissement qui, à terme, permettra de réaliser de belles économies sur la facture de chauffage (jusqu'à 50% et plus). En moyenne, le prix de la pompe à chaleur eau/eau oscille entre 6 000 à 13 000 € selon sa puissance et son COP.

Prix de pose PAC eau/eau

Pour ce qui est de son installation, un professionnel qualifié pourra présenter une facture de 1 800 à plus de 3 000 € pour votre pompe à chaleur. En outre, il ne faudra pas oublier d’ajouter le coût du forage indispensable à cette technologie, un forage qui pourra coûter une centaine d’€ supplémentaire par mètre foré.

Si le budget semble élevé au premier abord, il faut cependant garder en tête que l’équipement sera assez rapidement rentabilisé. Dans le cas de la PAC eau/eau, ce sont seulement 6 à 10 ans (selon les habitudes de consommation du foyer) qui sont nécessaires pour amortir le coût d’investissement de départ.

Ainsi, d’après ces informations, il est possible de dire que, dans la pratique et en moyenne, une dépense entre 9 000 et 15 000 € sera faite pour la fourniture et la pose d’une pompe à chaleur eau/eau. Si l’on ramène cette dépense au m² chauffé, on peut se baser sur une dépense entre 90 et 150 € par m².

Coût de fonctionnement

Enfin, concernant le coût de fonctionnement de ce type de matériel, selon le niveau de performance de l’isolation du logement, mais aussi selon la profondeur du forage, la pompe consommera entre 5 à 30 € par m² par mois

Les aides financières possibles

Afin de vous aider à franchir le pas, différentes aides ont été mises en place afin de vous permettre de financer une partie de votre pompe à chaleur. Pour pouvoir y prétendre, il vous faudra automatiquement en passer par des professionnels qualifiés RGE (Reconnu Garant de l’Environnement). Des professionnels qui se chargeront à la fois de vous fournir et de vous installer vos équipements.

  1. Taux de TVA : en rénovation, pour une amélioration du confort de l’habitat ou un remplacement, vous disposerez systématiquement d’un taux de 10 % aussi bien sur la fourniture que sur la pose.
  2. CITE : il s’agit du Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique qui peut permettre d’obtenir jusqu’à 30 % d’aide
  3. Eco-prêt à taux 0 : une autre aide qui permet d’emprunter jusqu’à 30 000 € à taux 0, soit sans avoir d’intérêt à rembourser.

 

Au-delà de ces aides, sachez que l’Agence pour l’amélioration de l’habitat (Anah), les collectivités locales et territoriales, certains fournisseurs d’énergie (Prime énergie) ou encore des caisses de prestations familiales et de retraite, voire de grandes enseignes de distribution peuvent proposer des subventions afin de vous lancer de votre projet.

Construction, rénovation, un projet de chauffage ?

En déposant votre projet, un installateur Proactif proche de chez vous, vous contactera. Véritable spécialiste de la marque Viessmann, il dispose des qualifications utiles et se forme régulièrement sur nos produits afin de vous conseiller au mieux.

Sélectionnez les énergies concernant votre projet

FioulGazPompe à chaleurBoisSolaire thermiqueAutres
Passer à l'étape 2

* : champs obligatoires