Isolation thermique de la maison

Isolation thermique des murs et parois

En construction neuve :
Si vous utilisez des matériaux auto-isolants tels que les briques monomurs à isolation intégrée ou non, le béton cellulaire, les maison ossature-bois, ou encore le béton auto-coffrant (néopor-béton-néopor), il n'est pas nécessaire d'isoler vos murs car ceux-ci perdraient leurs qualités intrinsèques pour lesquels vous avez les choisis.

Par contre si vous construisez en parpaing ou en brique classique, il est impératif d'isoler. Si votre maison a plus d'un étage, il est préférable d'isoler par l'extérieur car vous supprimez les ponts thermiques. Si vous n'avez qu'un rez-de-chaussée avec un étage, le surcoût engendré par une isolation par l'extérieur est trop important et le retour sur investissement très long. On veillera cependant à faire poser des rupteurs de pont thermique sur le pourtour de la dalle et d'isoler par l'intérieur. Ensuite, vous poserez une isolation par l'intérieur avec un isolant de votre choix d'au moins 100 mm et une plaque de plâtre ou des complexes « polyplac » pour obtenir une résistance thermique sur l'ensemble R=5 m².K/W. voir plus pour une maison passive R=6,5 m².K/W minimum.

En rénovation ou réhabilitation :
Il est indispensable de mettre un pare-vapeur afin d'éviter la formation de condensation et le développement de moisissure. Le pare-vapeur est placé sur la face intérieure de l'isolant. On veillera à ce que le pare-vapeur soit posé avec soin pour éviter les ponts thermiques.

Murs réguliers : Vous choisirez de poser des isolants semi-rigides composés d'un parement de plaque de plâtre cartonné et d'une plaque d'isolant (laine minérale, végétale ou encore PSE ou polyuréthane). Si votre mur est totalement sain (absence de trace d'humidité), vous collerez votre plaque à l'aide d'un produit appelé mortier adhésif que vous aurez préparé au préalable, vous mettrez vos plots de mortier en quinconce, environ 24 plots par plaque. Ces plaques sont ensuite prête à peindre ou à être revêtues.
En présence d'humidité même faible, choisissez un complexe désolidarisé du mur et vissé sur une ossature bois ou métallique. La lame d'air évitera tout risque d'humidité.

Murs irréguliers : 2 possibilités s'offrent à vous : montage sur ossature ou derrière une contre-cloison.

Sur ossature :
Vous glisserez votre panneau d'isolant entre 2 ossatures, la deuxième ossature servira à visser la plaque de plâtre. Vous pourrez passer vos gaines électriques si nécessaire.

Derrière une contre-cloison :
Ce choix vous permettra de fixer ensuite des charges plus lourdes. Des panneaux sont collés sur le mur en dur et assemblés avec des bandes adhésives prévues à cet effet. Puis vous monterez une contre-cloison en briques, carreaux de plâtre ou béton cellulaire. Si vous vous trouvez dans une pièce humide, vous monterez ce mur sur une semelle.

Murs mitoyens : vous pourrez monter votre isolation sur une ossature bois ou métallique. Celle-ci sera posée sur une bande résiliente de manière à assurer une isolation parfaite à l'air mais aussi une isolation acoustique de grande qualité. Votre panneau ou votre rouleau sera fixé sur cette ossature, de manière à supprimer la transmission des bruits par vibration. Puis vous visserez une plaque de plâtre de part et d'autre.


A lire également