Grenelle de l'Environnement

Quel impact pour l'avenir en matière d'habitat ?

L'impact réel du Grenelle de l'environnement ne sera visible que dans quelques années.

On peut faire un parallèle avec les mesures prises lors du protocole de Montréal pour supprimer les gaz destructeurs de la couche d'ozone: aujourd'hui (10 ans après), l'expansion trou de la couche d'ozone semble stoppée mais la reconstitution de la couche d'ozone n'est pas encore constatée.

Voici les grandes orientations que nous retenons en ce qui concerne le bâti:

  • Un vaste plan de rénovation thermique concernera en priorité les 800 000 logements HLM
  • Développement des énergies renouvelables pour dépasser l'objectif européen de 20 % d'énergies renouvelables dans la consommation finale en 2020
  • Un plan national santé-environnement concernera notamment l'air intérieur

On constate que ce plan concernant l'habitat n'a rien de novateur mais accompagne une démarche de diminution de la consommation énergétique des logements initiée il y a plus de 20 ans.

Cette mesure est très sage et à la fois ambitieuse par la dimension globale du chantier: réduire la consommation énergétique des bâtiments anciens concerne des millions d'habitations et est le principal gisement d'énergie à notre portée.
Elle implique de ne pas produire plus d'énergie et de fait de transférer des investissement de la production d'énergie (centrales) vers la maitrise de la consommation.

Pour ce qui est du développement des énergies renouvelables, celle-ci va de pair avec la mesure précédente car l'efficience des systèmes de chauffage à base d'énergies renouvelables (bois, solaire, géothermie, aérothermie...) est fondée sur l'optimisation de l'isolation thermique du bâti.

Pour le troisième point (qualité de l'air intérieur) ce sera réellement une avancée importante si des mesures sont prises à grande échelle pour améliorer la qualité de l'air intérieur.

Ces trois points du plan de mesures qui suivent le Grenelle de l'environnement sont en tout cas bénéfiques à court et long terme du point de vue économique, par la relance des chantiers de rénovation et par les économies d'énergie à grande échelle que cela entrainera de fait.


A lire également