Le chauffage au bois possible en copropriété

Accueil > Conseils en chauffage et climatisation > Chroniques techniques > Le chauffage au bois possible en copropriété

Le défi énergétique implique l’utilisation d’énergies renouvelables pour se chauffer en copropriété. Le bois est une énergie bas-carbone pour se chauffer et peut être adaptée aux copropriétés sous différents types d’utilisations et selon quelques conditions.

chauffage bois copropriété
Le chauffage bois pour un immeuble de copropriété en IDF

Le chauffage bois pour un immeuble collectif

L’installation d’un chauffage au bois collectif dans une copropriété est tout à fait possible. Parfois conseillée dans les constructions BBC qui se doivent de répondre aux exigences de la réglementation RT2012 (et bientôt de la nouvelle RE 2020, réglementation environnementale applicable mi-2021), il est également envisageable de songer au remplacement d’une chaudière collective au fioul par un modèle de chaudière bois pour assurer une transition énergétique, passant d’une énergie fossile polluante à une énergie renouvelable à bilan carbone neutre.

Bien sûr, la chaudière à bûches ne sera pas adaptée à un usage intensif impliqué par la copropriété. Il convient donc de choisir un modèle à combustion de bois industrialisé. On entend ainsi du bois déchiqueté ou des granulés, plus généralement les combustibles qui peuvent bénéficier d’un chargement automatique via une base de stockage placée à proximité de la chaudière.

Le chauffage bois en collectif est, pour des questions pratiques, privilégié dans les zones péri-urbaines. Les centres-villes sont les moins équipés de ce modèle de chauffage car les livraisons de bois y sont plus contraignantes.

Que ce soit en première installation ou bien en remplacement d’une chaudière polluante de type fioul, le chauffage bois présente plusieurs avantages :

  • Une réduction des émissions de carbone car le bois est un combustible neutre.
  • Une ouverture à certaines aides au financement comme le crédit d’impôt, MaPrimeRenov’, la TVA à 5,5 %, le CEE, certaines aides locales délivrées par la région ou le département.
  • Un prix du combustible qui ne fluctue pas comme le fioul ou le gaz.
  • Un très bon confort thermique.
  • Un rendement élevé (90 voire 100 % pour les chaudières à granulés).

Dans le cadre d’une grande copropriété, il est possible de posséder plusieurs chaudières à bois, il faudra néanmoins prévoir une taille de silo de stockage en adéquation avec le dimensionnement des chaudières.

Ces silos permettent un bon confort d’utilisation, une fois remplis, la chaudière consomme la quantité de bois nécessaire, notamment dans le cas des pellets, grâce à une vis sans fin qui amène le bois jusqu’à la chambre de combustion. Il s’agit ainsi d’une chaudière bois automatique.

Enfin, le chauffage bois s’adapte au chaufferie biénergie. Il sera alors possible d’associer une chaudière à pellet avec une chaudière gaz à condensation. Biénergie = sécurité d’approvisionnement, diversité des énergies, l’une stockable, le bois et l’autre en réseau Grdf, le gaz naturel. Un duo d’énergie fort intéressant même en termes de valeur ajoutée de la copropriété et de ces propriétaires.

chaudière bois collectif
Chaudière au bois pour usage collectif – logements sociaux

Le chauffage bois individuel en copropriété, oui mais …

Très courant il y a plusieurs décennies puis abandonné, le chauffage bois individuel en appartement est aujourd’hui de plus en plus réutilisé.

Énergie moins polluante et moins coûteuse, nous remarquons un réel engouement autour du chauffage bois individuel en copropriété avec la démocratisation du pellet (granulé).

poêle granulé bois
Poêle à bois à granulés – source De Dietrich Thermique

Bien entendu, la chaudière individuelle au bois n’est pas une solution adaptée et le gaz reste favorisé. Soyons clairs, stockage du bois, conduits de fumées indépendants, … font que la solution de chauffage au bois en copropriété n’est pas viable en immeubles collectifs ; La seule solution intéressante avec un chauffage bois, bûches ou pellets, s’applique à une programme résidentiel en copropriété de maisons individuelles voire de maisons jumelées à un étage maximum.

Le poêle ou insert à bûches est aussi une solution compliquée en appartement, vis-à-vis notamment de la contrainte de stockage des bûches, de plus ce dernier impliquerait des livraisons en faibles quantités et donc, un prix bien plus élevé du bois.

Le poêle à granulés est toutefois une solution adaptée aux appartements. Le stockage des granulés est plus simple, il peut s’acheter en sac sans besoin de grands espaces de stockage. De plus, ce type de chauffage est plus sécurisé que les cheminées à bûches, surtout pour les foyers ouverts.

De nombreuses normes de sécurités existent pour les poêles à pellets et l’accès à la flamme n’est pas possible.

Le chauffage à bois individuel permet, si sa position est optimale, de se substituer complètement à tout autre moyen de se chauffer (si le règlement de copropriété ou de la commune le permet). Ainsi, il permet de réaliser des économies de chauffage en plus d’être éco-responsable.

L’installation d’un poêle à granulés individuel ouvre droits aux aides au financement (crédit d’impôt, MaPrimeRenov’, TVA à 5,5 %, le CEE, les aides locales).

L’évacuation des fumées, un point technique à ne pas sous-estimer

L’évacuation des gaz de combustion du chauffage bois en copropriété est un enjeu important qui se doit d’être aux normes.

Dans le cas d’une chaudière bois collective, il convient de penser à un conduit d’évacuation s’il s’agit d’une construction neuve.

Dans le cadre d’un remplacement de chaudière fioul par un modèle bois, un conduit est déjà existant, il faut s’assurer de sa conformité. Sinon, il faudra le faire tuber avec du tube inox, impliquant des frais d’installation supplémentaires.

L’évacuation des fumées est plus contraignante pour l’installation d’un chauffage bois individuel.

Deux possibilités s’offrent au copropriétaire :

  • Relier le poêle à un conduit existant. Souvent compliqué à mettre en place, il faut que le conduit réponde aux normes en vigueur, un tubage sera indispensable. Dans les vieilles bâtisses avec des cheminées hors d’état de marche, il est peu probable que les conduits soient aux normes, une étude doit ainsi être faite.
  • Installer une évacuation ventouse. Ce principe ne demande pas de raccord à un conduit. Peu de travaux sont nécessaires. La ventouse se pose en façade selon des normes de disposition et est parfaitement étanche. Elle implique toutefois le perçage de la façade de l’immeuble. En revanche elle est discrète, aucun tube n’est apparent et elle permet aussi un apport en air “neuf” pour une meilleure combustion et donc de meilleures performances.

Le chauffage bois et la copropriété, accord à la majorité !

Il est certain que le chauffage bois représente un avantage considérable sur les plans économiques et écologiques, pour une copropriété. Il permet une meilleure performance énergétique, un confort thermique assuré et des charges de chauffage modérées.

Toutefois, avant d’en venir à ces constats, il convient de décider de l’installation d’un moyen de chauffage au bois. Dans tous les cas, qu’il s’agisse d’une chaudière collective ou d’un poêle à bois individuel, l’accord de la copropriété est obligatoire.

La chaufferie est un bien commun et les conduits d’évacuation ou la façade pour l’installation d’une ventouse font aussi partie des communs. L’accord des autres copropriétaires est ainsi indispensable pour apporter des modifications sur ces éléments.

Les votes seront différents :

  • Pour un remplacement de chaudière indispensable par vétusté qui est la bonne occasion pour passer au bois : la majorité simple.
  • Pour un remplacement de chaudière en état de fonctionnement dans un but économique et écologique : la majorité absolue.
  • Pour une installation individuelle de chauffage bois qui implique un raccord au réseau d'évacuation des fumées, un tubage (à la charge du demandeur), ou d'une modification de la façade pour l’installation d’une ventouse : la majorité à l'unanimité.

La règle d’autorisation pour un chauffage individuel est plus stricte mais demande l’accord de l’ensemble des copropriétaires qui doivent s’assurer de la bonne sécurité de l’installation et des éventuelles nuisances liées à des fumées trop importantes.

Construction, rénovation, un projet de chauffage ? Viessmann
Viessmann

En déposant votre projet, un installateur Proactif proche de chez vous, vous contactera. Véritable spécialiste de la marque Viessmann, il dispose des qualifications utiles et se forme régulièrement sur nos produits afin de vous conseiller au mieux.

Sélectionnez les énergies concernant votre projet

GazPompe à chaleurSolaire thermiqueBoisFioulAutres
Passer à l'étape 2

* : champs obligatoires

Lectures recommandées

Chauffage au bois, solution économique

Pour en savoir plus

Plancher chauffant et rafraîchissant


A lire également