Pompe à chaleur air-air, digne d'intérêt

Accueil > Conseils en chauffage et climatisation > Tendances > Pompe à chaleur air-air, digne d'intérêt

Pourquoi la pompe à chaleur air/air est-elle si décriée alors qu’elle offre rendement et simplicité d’installation ? En habitat très bien isolé, une installation à eau chaude est souvent couteuse avec un bilan carbone plus élevé qu’une simple PAC air-air qui peut avantageusement remplacer dans bien des cas nos convecteurs des années 80 !

Pompe à chaleur air/air : une solution de chauffage

La pompe à chaleur est pénalisée par les aides fiscales car elle est associée à un climatiseur consommateur d’énergie en été. Par ailleurs, elle essuie une critique faite sur l’usage des fluides réfrigérants. Signalons au passage que celle-ci est aussi valable pour les autres pompes à chaleur bénéficiant d’aides fiscales comme les PAC air/eau ou sol/eau (géothermie). Ce qui est d’autant plus contradictoire que depuis le 4 juillet 2009, un contrôle draconien est mis en place puisqu’une Attestation de Capacité est obligatoire pour acheter et manipuler des Fluides Frigorigènes.

La solution pompe à chaleur est à reconsidérer. Avec les technologies Inverter, elle offre des rendements COP allant de 3 à 5. Certes, ce rendement chute avec des températures extérieures négatives, cependant pour toute la zone du sud de la France, la pompe à chaleur air/air peut travailler avec des COP intéressants de l’ordre de 2,5 à 2 annuel. Dans ces régions où la promotion immobilière a largement installé des simples convecteurs électriques, changer ces derniers par des pompes à chaleur air/air reviendrait à diviser par 2 les consommations.

D’un autre côté, que la pompe à chaleur ait une capacité de rafraîchissement, cela est loin d’être un inconvénient dans ces régions où les températures estivales sont très élevées. N’oublions pas la canicule de 2003 et les risques sanitaires auxquels sont confrontées les personnes âgées et autres populations sensibles.

Revenons à la substitution possible du parc de convecteurs électriques existants dans les régions sud de la France et imaginons quelle pourrait être l’économie de chauffage réalisée, d’autant plus simplement que les travaux d’installation d’une pompe à chaleur air/air ne sont pas si compliqués.

Les concepts multi-splits ou VRV sont rapides à mettre en œuvre en rénovation. Même dans le cadre d’une rénovation globale intégrant l’isolation des parois et autres mesures, l’installation de pompe à chaleur air/air est un concept économique digne d’intérêt sur le plan économique.


Exemple de pompe à chaleur air/air pour un logement





D’autres concepts de pompe à chaleur avec unité de soufflage en faux-plafond dans le dégagement du logement et régulation de débit par pièce sont également économiques tant en rénovation qu’en neuf, et tant en maison individuelle qu’en logements collectifs.
De nombreuses références existent pour en témoigner, dans des régions de France comme d’Europe avec des climats doux.


Système PAC air/air avec unité centralisée dans le dégagement du logement






Pompe à chaleur air/air : une solution basse consommation, oui, mais …

Un BBC bâtiment basse consommation est globalement économique sur le plan des consommations énergétique. Prenons le cas de l’habitat. Il est par conséquent au préalable très bien isolé de sorte de minimiser au plus bas les pertes thermiques et donc les besoins de chauffage.
Par conséquent, si un logement BBC de 120 m² ne nécessite que 2 ou 3 kW de puissance de chauffage pour ces déperditions thermiques. Est-il intéressant d’installer une solution de chauffage « lourde » avec des tubes, etc,….?
Sur le plan économique ? Sur le plan du bilan carbone ? N’est-il pas plus simple et économique de disposer d’un émetteur type pompe à chaleur air/air délivrant cette sa puissance avec un COP annuel de 2 ?

Si cette installation est réalisée dans le sud de la France, avec une eau chaude sanitaire produite par un CESI ou un chauffe-eau thermodynamique, alors nous pouvons décréter que le bilan éco-carbone est plus que positif et que la maison respecte l’objectif basse consommation. Cet objectif doit se situer, pour fixer les idées, en deçà de 50 kWh(ep)/m² et par an dans le neuf. Cette quantité d’« ep » ou d’énergie primaire regroupe le chauffage et l’eau chaude sanitaire, le rafraîchissement éventuel, la ventilation, l’éclairage et les auxiliaires (pompes, …). Et en deçà de 80 kWh(ep)/m² et par an en rénovation.


Pompe à chaleur air/air : oui mais quels inconvénients alors ?

Rappelons que c’est une solution de confort qui brasse l’air par convection forcée. De là peuvent apparaître courants d’air ou bruits des unités intérieurs. Si l’on compare la solution pompe à chaleur air/air à une solution chauffage central ou plancher chauffant, certes la qualité de confort sera moindre. Encore que les dernières technologies Inverter et acoustique permettent d’obtenir des mouvements d’air imperceptibles et des niveaux sonores inaudibles en petite vitesse. Toujours est-il qu’en partant d’une installation avec convecteurs électriques le coût d’investissement d’une pompe à chaleur air/air sera économiquement incomparable à une installation de chauffage central à eau chaude ou avec plancher chauffant.

Rappelons également que la pompe à chaleur air/air ne bénéficie pas de crédit d’impôt depuis 2009. Néanmoins, si son COP est supérieur ou égal à 3,3 pour une température d'évaporation de +7 °C, elle peut être intégrée dans un bouquet de travaux bénéficiant de l’éco-prêt à taux zéro.

Enfin, sur le plan de la performance énergétique, si la pompe à chaleur air/air présente des COP allant jusqu’à 4 et plus, elle voit cette performance chuter lourdement avec des températures d’air négatives. Le COP pouvant alors, dans ces extrêmes, être proche de 1, soit comme un convecteur électrique direct. De plus, la puissance de chauffe chute également ce qui ne permet pas de chauffer quand on en a le plus besoin.

Comparativement aux pompes à chaleur air/eau, la PAC air/air ne permet pas de chauffer l’eau chaude sanitaire avec le même équipement.





En résumé


La pompe à chaleur air/air avec l’arrivée des exigences BBC va retrouver tout son attrait caricaturé par l’effet consommation climatisation. Dans les régions avec hivers doux, pour les logements très bien isolés, la solution PAC air/air deviendra plus que concurrentielle par rapport au chauffage électrique directe, voire par rapport à des solutions à eau chaude telles que pompe à chaleur aérothermie ou géothermie, chauffage avec radiateurs, ...




Sources et liens utiles
www.airzonefrance.fr
www.clim.mitsubishielectric.fr
www.toshibaclim.com
www.pompeachaleurdaikin.fr

www.xpair.com




Pour en savoir plus : dossier
" POMPE A CHALEUR : L'AEROTHERMIE "



Février 2010
Construction, rénovation, un projet de chauffage ?

En déposant votre projet, un installateur Proactif proche de chez vous, vous contactera. Véritable spécialiste de la marque Viessmann, il dispose des qualifications utiles et se forme régulièrement sur nos produits afin de vous conseiller au mieux.

Sélectionnez les énergies concernant votre projet

FioulGazPompe à chaleurBoisSolaire thermiqueAutres
Passer à l'étape 2

* : champs obligatoires

A lire également