Plancher chauffant-rafraîchissant : la déco absolue ...

Accueil > Conseils en chauffage et climatisation > Tendances > Plancher chauffant-rafraîchissant : la déco absolue ...

Le plancher chauffant (et rafraîchissant) ne présente aucune contrainte technique dans la pièce. Les possibilités de décoration sont ainsi maximum. En revanche, quelques précautions sont à considérer avec ce système de chauffage intégré au bâti.



source GIACOMINI

Aucun radiateur, pas de climatiseur visible, aucune technique visible, …, c’est le rêve pour l’Architecte décorateur. Le plancher chauffant, qu’il soit électrique ou à eau chaude, émet sa chaleur douce sur toute la surface du sol. Seules contraintes à prendre en compte : la surépaisseur due à l’isolant et à la chape de recouvrement et les niches pour les distributeurs dans le cas du plancher chauffant à eau chaude.

La surépaisseur qu’induit un plancher chauffant est fonction de son positionnement au dessus d’un local chauffé ou d’un local non chauffé ou un vide sanitaire. L’isolant sera ainsi plus ou moins important pour respecter les minimum de résistances thermiques imposés par la réglementation thermique (RT2005). De plus, un minimum de chape de 40 mm au-dessus des tubes au sol sera nécessaire. Cette surépaisseur doit être prévue dès le projet car elle a des impacts sur les niveaux, les seuils de portes, les escaliers, …

L’épaisseur du plancher chauffant à eau chaude par exemple, encore appelée réservation, comprenant l’isolant + chape + revêtement de sol est de l’ordre de :

  • 120 à 150 mm avec un isolant ayant une résistance thermique minimale de 2.1 et 1.7 m2.K/W, si le plancher est en contact avec l’extérieur, un vide sanitaire, un local non chauffé, ou bien un terre-plein et ne comporte pas d’isolation particulière.
  • 90 à 120 mm avec un isolant ayant une résistance thermique de 0.75 m2.K/W, si le plancher est en contact avec un local chauffé.


Attention également lors de la pose plancher chauffant durant le chantier

  1. La pose du plancher chauffant doit s’effectuer sur un support sain (dalle le plus souvent en béton), de sorte à poser l’isolant et ensuite les réseaux de plancher chauffant dans de bonnes conditions. Les autres entreprises du chantier ne doivent plus être présentes dans les pièces durant cette installation d’isolant + tubes.

  2. Ensuite, viennent les essais et épreuves à l’eau. Le DTU 65.14, norme d’application, dans sa partie 1 paragraphe 6.3.6 impose un minimum de 2 heures sous 6 bars de pression. Nous recommandons néanmoins une épreuve de 24 à 48 heures (journée ou week-end) afin de s’assurer de l’étanchéité complète de l’installation. Cette phase d’essai est très importante eu égard à la garantie décennale du système de chauffage. Elle ne demande que l’unique présence de l’entreprise de chauffage.

  3. Phase coulage : cela concerne le coulage de la chape au-dessus du complexe isolant + tubes. Si cette intervention du maçon est rapide, entre 1 ou 2 jours, le temps de séchage à respecter sera de 14 jours minimum. Seulement après, la mise en chauffe pourra s’effectuer. La présence du chauffagiste est recommandée afin de prévenir tout risque ou endommagement des réseaux de chaleur par le maçon.

  4. Enfin la pose revêtement : qu’il soit de type carrelage ou plancher bois, le revêtement demandera auparavant une mise en chauffe de l’ordre de 7 à 10 jours (dépendant du revêtement).



Plancher chauffant à eau chaude ou plancher chauffant électrique ?


Plancher chauffant à eau chaude ou plancher rayonnant électrique, le choix s’effectue en fonction de la source d’énergie et des consommations futures à attendre. Le PRE, ou plancher chauffant électrique fonctionne sur le principe de l’électricité directe. Un peu comme un convecteur, exception faite que le plancher chauffant électrique est plus inerte et procure une diffusion globale et douce de la chaleur. Le rendement d’émission est également supérieur au convecteur qui chauffe par convection (mouvement d’air vers le plafond).

Compte tenu de ces exigences et selon le type d’isolant utilisé, l’épaisseur d’un Plancher Rayonnant Electrique comprenant l’isolant + chape + revêtement de sol est de l’ordre de :

  • 100 à 140 mm avec un isolant si le plancher est en contact avec l’extérieur, un vide sanitaire, un local non chauffé ou un terre-plein et ne comporte pas d’isolation particulière.
  • 75 à 105 mm avec un isolant si le plancher est en contact avec un local chauffé.



source ATLANTIC


Le choix entre les 2 techniques n’a que très peu d’incidence sur le plan de la décoration; seulement 2 ou 3 cm d’épaisseur de hauteur de plancher, qui proviennent essentiellement de l’épaisseur du revêtement de sol choisi.

Notons néanmoins que des systèmes extra-plats permettent de limiter au maximum cette contrainte de hauteur qui peut s’avérer majeure dans les opérations de réhabilitation. Le gain en épaisseur est de l’ordre de 50%.




source OVENTROP



Contraintes techniques en réhabilitation

La contrainte est que le choix « esthétique » d’un plancher chauffant (et rafraîchissant) s’effectuera seulement si sur tout le plancher de maison ou de l’appartement, il est possible de surélever de l’ordre de 10 cm l’ensemble du niveau. Dans des cas de réhabilitation, cela peut être possible si des couches de chapes et de revêtements ont été disposés. Il s’agira de les enlever c'est-à-dire de les démolir pour gagner la hauteur nécessaire au plancher chauffant et pour ne pas recréer de surcharges en poids supplémentaire à la structure existante.



Une décoration économique écologique

Cette expression un peu pompeuse peut s’expliquer du fait que le plancher chauffant est un système de chauffage des plus confortables qui permet le plus de possibilités d’expression en terme de décoration, puisque rien n’est visible.

Le confort est de plus « sain » du fait qu’aucun mouvement d’air n’est produit, d'où pas de mouvements de poussières, et la génération de chaleur est douce et uniforme. En été, le rafraîchissement que peut apporter un plancher chauffant rafraîchissant, est modéré et apporte une inertie au bâti, un peu à l’image des anciennes maisons de campagne.
La climatisation est douce et n’apporte que quelques degrés de moins (ce qui peut être suffisant et sera économique par rapport à une climatisation excessive). Ce système de climatisation est très intéressant sur le plan de la décoration, car les systèmes de clim les plus utilisés utilisent les mouvements d’air pour transmettre le froid, ils sont plus ou moins apparents, et bruyants si mal dimensionnés.
Le plancher chauffant apporte ses économies par son rendement d’émission et par les possibilités de raccordement de générateurs performants comme la pompe à chaleur, la chaudière à condensation, …



EN RESUME

Du fait qu’aucun émetteur n’est visible, le plancher chauffant est roi en la matière dès qu’une décoration libre sera recherchée. Le choix de ce système n’est pas dépourvu de contraintes notamment pour sa mise en œuvre qui doit respecter un planning et une coordination poussée avec les autres entreprises du chantier. Son installation intégrée dans le bâti lui confère une garantie décennale, et toute fuite ultérieure, même si elle peut être réparable, sera lourde sur le plan financier.
Enfin la chaleur douce ou le rafraîchissement modéré du plancher chauffant rafraîchissant donnent une valeur ajoutée durable dans le cadre des économies d’énergie à long terme du bien immobilier.



Sources et liens utiles

www.giacomini.fr

www.atlantic.fr

www.oventrop.fr



Pour en savoir plus : dossier CONFORT ET DECORATION



Juin 2008

A lire également