Pas de chauffage électrique sans une régulation poussée

Accueil > Conseils en chauffage et climatisation > Tendances > Pas de chauffage électrique sans une régulation poussée

Le chauffage électrique est réellement économique à condition d’être installé dans une construction bien isolée et d’être contrôlé par une régulation programmation poussée utilisant le moindre kilowattheure utile. Donc, pas de chauffage électrique sans régulation performante.


Dans cette affirmation, nous pourrions entendre qu’elle s’adresse au chauffage électrique direct, c'est-à-dire au chauffage par radiateur électrique. C’est en premier lieu exact; cependant, même avec une pompe à chaleur fonctionnant à l’électricité, il y a lieu de respecter ces deux conditions. La pompe à chaleur est certes plus performante avec son coefficient de performance divisant par deux ou trois la consommation que produiraient de simples radiateurs électriques, mais attention à son coût d’installation qui est équivalent voire plus cher qu’une installation de chauffage central (cas d’une pompe à chaleur air/eau). L’énergie électrique n'est économique que si elle est maitrisée et optimisée, sinon le montant de vos factures s’envole.



source ACOVA


source ATLANTIC




Le chauffage électrique direct : simple à installer, économique en investissement de départ

Cet aspect positif de ce système de chauffage ne doit pas dissimuler les précautions ayant des incidences économiques en termes de consommation. L’économie à l’installation des radiateurs est une évidence, c’est la raison pour laquelle nombre de promoteurs immobiliers construisent principalement avec ce système de chauffage.
Mais quid de la consommation dans le temps ? Elle peut être très désavantageuse dans le cas d’un habitat mal isolé. De même, une absence de régulation et de programmation horaire et journalière revient à laisser échapper les kWh électriques et les €uros correspondants dans la nature.

Heureusement les contraintes existent : les réglementations dans le neuf comme dans l’existant, qui obligent à isoler thermiquement la construction et à mettre en œuvre un chauffage électrique direct avec une régulation programmation. Voici ci-après les repères réglementaires (RT 2005 et RT existant) que nous rappelons et que nous traduisons avec en complément des recommandations pour aller dans le sans d’un habitat basse consommation.

Repères réglementaires
et recommandations

Réglementation thermique dans le neuf

Réglementation thermique dans l’existant

Radiateur électrique

« Le couple formé par l’émetteur et sa régulation a une variation spatiale de classe B et une variation temporelle de 0,9 K au sens de la méthode de calcul Th-C E.
Programmateur prenant en compte la température intérieure, directement ou par un changement des points de consigne des régulations terminales. »

« Régulation électronique intégré, conduisant à une amplitude de régulation maximum de 0,5 K et à une dérive en charge maximum de 1,5 K. Son dispositif de régulation doit de plus permettre la réception d'ordres de commande pour assurer le fonctionnement en confort, réduit, hors gel et arrêt »



Recommandations de l’expert

Pour traduire les données réglementaires ci-dessus, et pour optimiser investissement + économies d’énergie, nous vous recommandons, dans le neuf comme dans l’existant :

1. Sur chaque appareil : thermostat électronique intégré sur les radiateurs ou convecteurs électriques avec fonctions jour, réduit nuit et hors gel.

2. Pour commander et programmer, utilisation de thermostats électroniques dit "à fil pilote" qui permettent de programmer plusieurs niveaux de température. Le fil pilote est raccordé à un programmateur centralisé qui transmet les instructions aux radiateurs. Les différentes pièces peuvent être regroupées par zones : une "zone jour" avec le salon, le séjour et la cuisine, et une "zone nuit" avec les différentes chambres. Certaines solutions sans fil permettent, sans un réseau de fil pilote, de commander par ondes radio les différents émetteurs à partir d’une commande de programmation centrale. Solution intéressante en rénovation.

3. Pour aller plus loin, mise en œuvre d’un gestionnaire d’énergie qui permet d’adapter le fonctionnement du chauffage au mode de vie des habitants et à la période tarifaire : il centralise l’ensemble des opérations de programmation temporelle, tarifaire, gestion du délestage (c'est-à-dire optimisation des puissances appelées et donc de l’abonnement EDF). Il permet ainsi d’avoir en permanence le chauffage qu’il faut au meilleur coût.

4. Pour aller encore plus loin, une gestion des équipements électriques de type domotique est une action encore plus efficace car elle gère d’une manière globale tous les équipements électrique de la maison : ballon d’eau chaude sanitaire, ventilation, stores, appareils ménagers ainsi que éléments de sécurité : contrôle d’accès, alarme intrusion, alarme incendie,…
source HAGER




Passons maintenons à la solution électrique pompe à chaleur

Repères réglementaires et recommandations

Réglementation thermique dans le neuf

Réglementation thermique dans l’existant

Pompe à chaleur (air/eau)

COP corrigé supérieur ou égal à 2,45

COP pompe à chaleur supérieur ou égal à 3,2 (T extérieur de 7°C et T° d’eau chaude de 35°C)



Recommandations de l’expert

Pour traduire les données réglementaires ci-dessus, et pour optimiser investissement + économies d’énergie, nous vous recommandons, dans le neuf comme dans l’existant :

1. Une pompe à chaleur avec COP mini de 3,2 marque NF PAC vous garantissant les performances techniques, seule ou de préférence en relève de chaudière, surtout en rénovation si une chaudière existante en état de fonctionnement est disponible. Dans les autres cas, l’appoint électrique répondra aux opérations de dégivrage en période de températures extérieures très froides.

2. Les radiateurs dans chaque pièce doivent être munis de robinets thermostatiques permettant une régulation fine pièce par pièce. De même, si la maison est équipée d’un plancher chauffant, des thermostats d’ambiance dans chaque pièce agiront sur les circuits départs d’eau chaude correspondants.

3. Régulation numérique centralisée de la production avec pompe à chaleur voire avec chaudière associée et autres équipements par exemple comme les panneaux solaires. Régulation assurant également la programmation des régimes d’eau chaude en fonction de l’occupation : jour, nuit, hors gel et de la température extérieure (loi dite loi d’eau).

4. Pour aller plus loin, un optimiseur est recommandé pour faire en sorte que les heures de relance du chauffage le matin et les heures de passage en régime nuit soient chaque jour optimisées, ce qui permet d’éviter des consommations de chauffage inutiles. On comprendra que par – 15° extérieure, le chauffage puisse être relancé à 5 heures du matin pour atteindre une température de 20° à 7 heures quand le réveil sonne. Alors que par +7° par exemple, la relance plus tardive à 6 heures 30 pourra suffire. Cette fonction d’optimisation automatique est gérée par un équipement dit « optimiseur ».

5. Pour aller encore plus loin, une gestion des équipements de type domotique ou gestion technique centralisée (GTC) est une action sur le plan de l’efficacité énergétique globale. La domotique gérera d’une manière globale tous les équipements de la maison, qu’ils soient électriques ou hydrauliques (pompe à chaleur, production d’eau chaude sanitaire). La domotique prendra en compte l’ensemble des équipements à dépense énergétique de la maison et optimisera les fonctionnements. Exemple : ouvertures des stores pour bénéficier des apports solaires, enclenchement des appareils ménagers en heures creuses EDF, et bien entendu contrôle d’accès, alarme intrusion, et alarme incendie,…


En résumé


Si la réglementation thermique fixe des exigences de performance énergétique dans l’habitat neuf comme pour les opérations de réhabilitation dans l’existant, nous conseillons de considérer ses éléments comme des bases minimum qu’il y a lieu de dépasser pour obtenir un habitat performant dans le temps. N’oublions pas que les textes réglementaires datent de 2005 et 2007, et la nouvelle réglementation RT 2012 considère comme base l’habitat basse consommation (catégorie A dans le diagnostic de performance énergétique). Dans le domaine du chauffage électrique, les solutions techniques existent et sont faciles à mettre en œuvre si à la conception ou à la réalisation, l’axe de pensée est la performance énergétique dans le temps ! Ceci dans le neuf comme dans l’existant. Par conséquent, nous recommandons le lecteur qu’il soit particulier, installateur, architecte, ou promoteur de s’appuyer sur actions graduées ci-dessus. La différence en termes de performance énergétique sera effective dans la durée tout en optimisant l’investissement de départ.


Sources et liens utiles
www.acova.fr
www.atlantic.tm.fr
www.hager.fr
www.xpair.com

Pour en savoir plus, consultez le dossier
SOLUTIONS DE CHAUFFAGE ELECTRIQUE



Novembre 2009
Construction, rénovation, un projet de chauffage ?

En déposant votre projet, un installateur Proactif proche de chez vous, vous contactera. Véritable spécialiste de la marque Viessmann, il dispose des qualifications utiles et se forme régulièrement sur nos produits afin de vous conseiller au mieux.

Sélectionnez les énergies concernant votre projet

FioulGazPompe à chaleurBoisSolaire thermiqueAutres
Passer à l'étape 2

* : champs obligatoires

A lire également