Le solaire : pour l'eau chaude ou le chauffage ?

Accueil > Conseils en chauffage et climatisation > Tendances > Le solaire : pour l'eau chaude ou le chauffage ?
Nous le savons, la nouvelle réglementation thermique 2012 exige une énergie renouvelable pour toute nouvelle maison individuelle à partir du 1er janvier 2013, soit dans quelques mois. Faut-il utiliser le solaire juste pour produire l'eau chaude sanitaire ou s'en servir également en apport pour le chauffage ? .

Aurotherm


Les investissement ne sont pas les mêmes !

Schéma Aurotherm

Une installation dite CESI (Chauffe-Eau Solaire Individuel) sera en moyenne dimensionnée avec 4 m² de panneaux solaires et un ballon de 200 litres.

Alors qu’une maison avec un SSC (Système Solaire Combiné), c'est-à-dire utilisant le solaire pour produire  l’eau chaude sanitaire et apporter un soutien au chauffage, sera plus dimensionnée autour de 20 m² de panneaux solaires et un double ballon de 500 litres.

Voici quelques indications d'ordre de grandeurs de matériel solaire  thermique en euros TTC avec une TVA réduite de 7% :

  • CESI, chauffe-eau solaire avec ballon et résistance intégrée : entre 4000 à 5500 € TTC
  • SSC ou système solaire combiné pour fourniture d’ECS et soutien de chauffage,  avec 20 m² de capteurs thermiques, entre 20000 € à 25000 € TTC, tout compris avec l'installation de chaudière d'appoint.

Les retours sur investissement non plus !

Si l’on fait un comparatif simplifié car chaque installation dépend de la zone d’occupation, de la qualité du bâti et du comportement des utilisateurs, nous pouvons émettre les pourcentages sur la couverture solaire et par conséquent  les économies d’énergie apportées par chaque type d’installation solaire :

  • CESI, chauffe-eau solaire 50 à 80% d’économies d’énergie sur la consommation d’eau chaude sanitaire,
  • SSC ou système solaire combiné pour fourniture d’ECS et soutien de chauffage,  40 à 60% d’économies sur la consommation totale, eau chaude sanitaire et chauffage.

Par conséquent, nous recommandons 

Maison située en zone climatique froide :
SSC (soit solaire pour l’ECS et le chauffage)

Maison en zone climatique tempérée :
CESI (soit solaire pour l’ECS)


Commentaires 

  • La qualité du bâti (isolation et perméabilité) permettra d’atteindre les économies d’énergies les plus importantes (60% pour le SSC),
  • Plus le logement ou la maison est occupée - exemple un T4 ou un T5 - et plus le CESI contribuera aux économies d’énergie car les besoins d’ECS sont importants,
  • Dans ce sens, nous aurons une meilleure rentabilité avec des besoins dits collectifs (exemple immeuble d’habitations, hôtels, internats, …) de part une meilleure exploitation des calories gratuites eu égard aux puisages/demande et au temps d’utilisation.
  • Rappelons que le temps de retour d’une installation solaire est souvent sous évalué avec un prix de l’énergie fossile économisée, que ce soit du fioul ou du gaz. Or, avec un scénario malheureusement plus réaliste d’augmentation de ces énergie de +20% par, les temps de retour passent alors à des valeurs nettement plus intéressantes et sont de ce fait inférieurs à 5 ans !

Ecorché Aurotherm L’eau de chauffage (env 500 litres) est directement chauffée par l’énergie solaire. L’eau sanitaire (env 200 litres) est chauffée par l’eau de chauffage, par bain-marie.
Si l’ensoleillement est suffisant, la régulation déclenche la circulation du fluide caloporteur dans le  circuit solaire. Le fluide, chauffé dans les capteurs, cède sa chaleur à l’eau de chauffage en circulant dans le serpentin inférieur  du ballon. A son tour, l’eau de chauffage réchauffe l’eau sanitaire par bain-marie.
Si l’ensoleillement est insuffisant, la pompe du circuit solaire s’arrête. La régulation déclenche la mise en route de la chaudière  d’appoint. Celle-ci chauffe directement l’eau sanitaire grâce au serpentin supérieur du ballon. L’eau chaude sanitaire est  immédiatement disponible.
En hiver, l’eau de chauffage sera le plus souvent préchauffée à l’énergie solaire. La chaudière d’appoint modulera sa puissance pour augmenter la température de l’eau de chauffage jusqu’à atteindre la température de consigne.

Exemple de ballon solaire chauffage et production d'ECS

Le solaire SSC est adapté à la rénovation

Bien sur que oui car le parc de la rénovation est d’une part plus dense et d’une qualité thermique mauvaise. Les économies générées par le solaire sont ainsi importantes et se traduisent par des dépenses annuelles  nettement moindre.

De plus, la rénovation est également aidée par un crédit d’impôt développement durable qui est de 32% ou de 40% en cas de bouquet de travaux.

En complément des recommandations du deuxième paragraphe, la rénovation est un contexte où le SSC  - système solaire pour l’ECS et le chauffage – est plutôt adapté comme solution de chauffage de référence.

- Car les travaux sur l’isolation, pour réduire le besoins de chauffage, ne sont pas toujours aisés en termes de mise en œuvre : doublages thermiques, isolation extérieure, raccordements des menuiseries, … De ce fait, les économies sur la part chauffage sont appréciables.

- Car il peut être facile de conserver l’ancienne chaudière, et de moins la solliciter pour augmenter sa durée de vie, au bénéfice du solaire et d’une facture allégée pour l’occupant.

Sources et liens utiles

www.vaillant.fr

Pour en savoir plus

dossier: CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SOLAIRE


A lire également