La condensation : un marché en devenir

Accueil > Conseils en chauffage et climatisation > Tendances > La condensation : un marché en devenir

Les chaudières à condensation sont en train de révolutionner le marché des chaudières. Alors qu'elles ne représentaient que 2 % des ventes en 2003, la proportion est passée à 20 % en
2006, notamment grâce à l'instauration du crédit d'impôt, entre 25 et 40 % selon les cas (voir notre dossier Aides financières et crédits d’impôt). Ainsi, chez le fabricant e.l.m. Leblanc, propriété du groupe Bosch, le responsable marketing Alexandre Hatt confirme "une hausse annuelle de 100% de ventes depuis quatre ans" de cet appareil qui permet de réaliser de considérables économies d'énergie tout en rejetant moins de gaz à effet de serre. Comme explication, Alexandre Hatt avance bien sûr la fiscalité avantageuse mais également un "marché qui se développe et donc un prix de revient en baisse qui tire les prix vers le bas".Plus de 150 000 chaudières murales à condensation ont été vendues en France en 2006. Un marché dont la croissance a été multipliée par deux en un an !

Poussé par la réglementation thermique !

Comme pour nos voisins européens, la chaudière à condensation est en passe de devenir une référence en matière de chauffage et de réglementation. La prochaine réglementation thermique RT 2010 fixe ce générateur comme référence mnimale pour un logement neuf. Finies les pertes de rendement ! Le législateur a su reconnaître dans la chaudière à condensation un équipement performant, qu’il désire voir standardisé.

La France rattrape son retard

Les chaudières à condensation avaient pourtant bien mal débuté leur carrière. Lancées au début des années quatre-vingt, avec soutien officiel et subventions, ce fut un fiasco complet. Attaqués par l'acidité de l'eau de condensation, les matériaux et les conduits de fumée étaient corrodés en moins de deux ans. Les fabricants s'étaient contentés d'adapter leurs modèles traditionnels en conservant les mêmes corps de chauffe. Depuis, la technique a changé. Aujourd’hui, l’acier inoxydable semble s’imposer fortement en usage domestique. L’alternative : l’aluminium pur extrudé. C’est une solution qui semble aussi pérenne.Et les chaudières à condensation nouvelle génération font leurs preuves aux Pays-Bas, où elles représentent près de 90 % du marché, au Danemark, en Allemagne, en Italie... En France, le marché accélère mais reste en retard sur ses voisins européens. En cause, leur prix, de 30 à 35 supérieur à celui d'un modèle standard, et le peu d'intérêt que les économies d'énergie et une moindre pollution suscitent dans l'Hexagone.

Source : MTS / GFCC
Source : MTS / GFCC
Source : De Dietrich
Source : GFCC
Source : GFCC

EN RESUME

Avec des ventes multipliées par deux entre 2005 et 2006, le marché des chaudières à condensation semble réellement démarrer en France.

Pour en savoir plus consultez le dossier "LE CHAUFFAGE GAZ A CONDENSATION "



Octobre 2007

A lire également