L'habitat à énergie zéro : questions et réponses

Accueil > Conseils en chauffage et climatisation > Tendances > L'habitat à énergie zéro : questions et réponses
Maison Basse Consommation, maison à énergie zéro, maison à énergie positive…Toutes ces appellations ont en commun la notion de conservation de l'énergie dans un objectif de développement durable. Faisons le point !

La maison à énergie zéro est un habitat qui donne un bilan énergétique nul, c'est-à-dire qui consomme de l’énergie et en produit autant.

Pour comprendre ce concept, partons d’une maison conforme à la règlementation thermique actuelle, la RT2005.

Sa consommation de confort (chauffage, eau chaude sanitaire, rafraîchissement), peut varier selon la zone de 80 à 250 kWh/m2/an d’énergie primaire, voire plus si vous utilisez l’énergie électrique.

Une maison dite à Basse Consommation se situe en deçà ; soit à un niveau de référence de 50 kWh/m2/an.

Et, pour une maison à énergie zéro, ce chiffre est proche du zéro ! Ce qui signifie qu’en plus de réduire au maximum les consommations de confort il est nécessaire d’intégrer des énergies renouvelables et gratuites, et d’intégrer également une production de type photovoltaïque, voire éolien.

Pour continuer, la maison à énergie positive, produit plus qu’elle ne consomme en fournissant et en vendant le surplus d’électricité produite par des panneaux solaires au distributeur EDF (Pour rappel, du coût actuel de rachat, plutôt avantageux jusqu’à 55c€/kWh !)

source BUDERUS

Quels sont les postes importants de la maison sur lesquels il faut agir ?

  • Une forte isolation thermique et une très bonne étanchéité à l’air.
    Les isolants habituels de 10 ou 12 cm doivent laisser place à des 20 ou 30 cm, voire à une double isolation, extérieure et en partie intérieure. La mixité des isolants habituels et isolants minces peuvent ainsi trouver des applications. N’oublions pas également les surfaces vitrées pour s’orienter vers des triples vitrages par exemple.

  • L’aération de la maison, pour répondre à cette sur-isolation, doit être maitrisée et économe en énergie.
    Fini le temps de rejeter des calories à l’extérieur. Elles sont récupérées par des systèles de ventilation à récupération entre l’air entrant et l’air sortant appelés VMC double flux avec récupérateur. Une avancée supplémentaire pour atteindre la meilleure performance surtout en construction neuve, est de compléter par un puits canadien, pour récupérer en amont les calories du sol, surtout en hiver.
ventilation double-flux
source HELIOS
  • La performance des équipements thermiques.
    Pour cela l'emploi d'énergies renouvelables doit être considéré comme prioritaire et non comme un simple appoint. Si une énergie fossile comme le gaz est utilisée, elle ne peut l’être que comme appoint hivernal par exemple par rapport à une production par panneaux solaires thermiques. De plus, des panneaux photovoltaïques devront compenser la part « fossile » si le bilan et l’objectif est de zéro !

  • La performance des autres équipements tels que les appareils ménagers de catégorie A obligatoirement. L’utilisation maximum de l’éclairage naturel et en parallèle d’ampoules basse consommation. La suppression des veilles électroniques …

  • La performance énergétique « active » de ces équipements : Soit l’automatisation et la programmation des scénarios de fonctionnement, autrement appelée « Domotique ». Par exemple un mode réduit de nuit, réduit en inoccupation pièce par pièce, gestion et extinction des éclairages, des veilles, fonctionnement en heures creuses des appareils ménagers, etc, etc, …

Le confort d’été est-il incompatible avec la maison basse consommation ou à énergie zéro ?

Oui, car une forte isolation apportera une protection solaire et inertie thermique importante d’autant plus si l’isolation est réalisée en extérieur (recommandé).
De plus, une conception bioclimatique demandée à votre architecte optimisera le confort en positionnant les façades en fonctions des vents dominants, de la végétation, des nuisances acoustiques, …Enfin, avec une VMC double flux à récupération, reliée à un puits canadien, ce même puits canadien devient un puits provençal et permet d’introduire la fraîcheur du sol en été dans la maison.

L’habitat à énergie zéro est-il possible en rénovation ?

Oui, cela est possible et il ne faut pas diminuer les possibilités dès lors que l’on parle rénovation. Certes, un appartement bourgeois parisien donnera lieu à plus de réflexion.
S’il ne sera pas possible d’isoler par l’extérieur, une sur-isolation intérieure sera possible, une VMC double flux également si le chantier concerne tout l’immeuble. Le positionnement de panneaux solaires sera possible dans certains cas.
En fait si le niveau de performance de « zéro » est difficile, la rénovation à des niveau basse consommation de 50 ou de 80 kWh/m2/an est un objectif tout à fait réalisable dans le cas de rénovation globale d’immeuble. L’approche projet « basse consommation » de l’architecte ou du bureau d’études doit être identique et aussi volontaire sans aucun frein ni apriori !!

Sources et liens utiles

www.helios-fr.com
www.aldes.fr


Pour en savoir plus : dossier " MAISON A ENERGIE ZERO "



Mars 2008
Construction, rénovation, un projet de chauffage ?

En déposant votre projet, un installateur Proactif proche de chez vous, vous contactera. Véritable spécialiste de la marque Viessmann, il dispose des qualifications utiles et se forme régulièrement sur nos produits afin de vous conseiller au mieux.

Sélectionnez les énergies concernant votre projet

FioulGazPompe à chaleurBoisSolaire thermiqueAutres
Passer à l'étape 2

* : champs obligatoires

A lire également