En rénovation, vitrages isolants et surtout ventilation !

Accueil > Conseils en chauffage et climatisation > Tendances > En rénovation, vitrages isolants et surtout ventilation !
Le remplacement des fenêtres est l’action n°1 entreprise par le particulier surtout s’il dispose de simple vitrage. L’autre motivation est le confort acoustique dont il bénéficie avec des menuiseries neuves et bien étanches. En revanche, son habitat ne respire plus.

1°) Remplacement de vitrage et ventilation : le dilemme !

La réaction bien saine décrite ci-avant est un cas classique car l’isolation des murs est relativement difficile surtout en immeuble collectif et d’autant plus avec des façades classées ou simplement travaillées.

Le remplacement des menuiseries et fenêtres est donc une mesure d’économies d’énergie très fréquente. Le gain en performance énergétique est immédiat et le silence traverse l’habitat surtout si celui-ci se situe en zone urbaine et bruyante.

L’habitat est souvent rendu étanche et ne respire plus, pour sa propre préservation (bâti et revêtements intérieurs) et pour les conditions d’hygiène et de qualité d’air intérieur nécessaire pour la respiration et le bien-être des occupants.


2°) Quel type de vitrage isolant ?

Comme dit, les nouvelles fenêtres isolantes sont réellement isolantes et étanches avec pour certaines une rupture prononcée des ponts thermiques. Ceci est excellent sur le plan thermique car tout pont thermique est évité jusqu’à la transmission thermique des montants de fenêtres (les plus mauvaises menuiseries notamment métalliques en aluminium, même équipées de double vitrages, assurant une conduction thermique des plus préjudiciable).

De ce fait, le logement est rendu étanche d’autant plus que la réglementation thermique dans le neuf, la RT 2012 - mais cela se poursuivra en rénovation - améliore et donne une étanchéité à l’air du logement à respecter. Sachant qu’on estime que l'enveloppe non étanche à l'air d'une maison peut représenter jusqu'à 8 kWhep/m² par an de surconsommation, soit plus de 10% de la consommation globale (Source Saint-Gobain).

Pour une très bonne performance, les baies vitrées devront avoir un coefficient Uw < 1,6 W/m2 .°C, soit à minima un vitrage 4-16-4 Argon (verre de 4 mm, gaz argon de 16 mm, verre peu émissif de 4 mm) et un châssis isolant.

Pour les situations les plus froides, il est recommandé d’opter pour du triple vitrage, en particulier sur la façade nord, avec un coefficient Uw< 1,1 W/m2 .°C.

Pour certaines baies vitrées exposées au soleil, et qui ne bénéficient malheureusement pas de masques d’ombre naturelle, il est alors recommandé d’opter pour des vitrages à isolation thermique renforcée et de facteur solaire inférieur à 42 %, c’est-à-dire qui ne laissent passer que 42 % de la chaleur du soleil en été, avantage considérable pour ne pas subir un effet de serre ou de "maison thermos".

Double Vitrage à isolation thermique renforcée (VIR)


L'étanchéité à l'air a pour objectif de traquer les fuites d'air dues aux défauts dans la construction et synonymes de déperditions calorifiques donc de diminution de l’efficacité de l’isolation thermique. Lorsqu'un bâtiment est perméable à l'air, des fuites d'air parasites peuvent générer des désagréments tels que courants d'air, parois froides ou encore fluctuations de température mais aussi, à terme, des désordres ou pathologies du bâtiment. La performance de l'isolation thermique et acoustique s'en trouve aussi compromise.


3°) La ventilation mécanique est obligatoire

Nous le savons, une famille de 4 personnes peut produire jusqu’à 12 litres d’eau par jour sous forme de vapeur (respiration, cuisson, lavages, linge, utilisation d’appareils électroménagers…). Au-delà les apports de polluants internes tels que poussières, poils d’animaux domestiques, odeurs de produits ménagers, génèrent inconfort olfactif, et risques sur le plan respiratoire et de la santé des individus. Rendre étanche un habitacle est simplement un acte non professionnel voire inconscient.
Rappelons également l’arrêté du 24 mars 1982, relatif à la ventilation certes dans un habitat neuf (mais le simple fait d’étancher dans des menuiseries performantes ne rapproche-t-il pas la rénovation d’un habitat neuf?) Ce texte stipule que la ventilation doit être permanente 24 h/24, 365 jours par an et que l’air neuf entre par les entrées d’air dans les pièces de vie (séjour et chambre) et ressort par les pièces d’eau (cuisine, salle de bains et WC), et ce avec des débits d’air extraits et contrôlés conformes à la réglementation.
Alors quelle sont les solutions : la réponse est simple : « comme pour le neuf ! ».


Solution VMC simple flux

VMC simple Flux microwatt hygro B (si possible, car elle s’adapte en fonction du besoin de renouvellement de l’air qui se réduit lorsque les locaux sont vides, économies d’énergie automatiques !). Cela demande une mise en place de bouches d’extraction dans les locaux humides et des entrées d’air dans les menuiseries ou dans les parois. Celles-ci seront choisies dans une gamme acoustique si ce critère est important.


VMC double flux

Un extracteur et un insufflateur avec entre les deux un échangeur de chaleur sur l’air extrait permettant de récupérer jusqu’à 90% des calories. L’avantage est un meilleur contrôle des débits eu égard aux vents dominants par exemple et un confort acoustique très élevé puisqu’aucune bouche ne se situe en façade. Les architectes apprécieront également !

ventilation double-flux


Autre solution

Par exemple le système Températion® de chez ALDES qui intègre une pompe à chaleur assurant le chauffage et le rafraîchissement, et ce sur récupération sur l’air extrait de la VMC.
Par exemple la VMR, ventilation mécanique répartie, mettant en œuvre des insufflateurs et extracteurs individuels, système sans gaines spécialement adapté à la rénovation lorsque le passage de conduit n’est plus possible.
Ou bien le système de mini groupe double flux encastrable ; ventilation décentralisée avec récupération de chaleur – concept de chez HELIOS.

groupe double-flux encastrable




5°) La nuisance acoustique se déplace

Attention, cela peut constituer une autre conséquence bien décevante. Vous venez de changer vos vitrages, vous devez donc de mettre en œuvre une ventilation mécanique contrôlée, et vous pensez avoir résolu tout problème en profitant d’un nouveau confort acoustique puisque vous étiez en immeuble collectif situé en zone urbaine et bruyante.
Le problème sonore peut se déplacer car vous avez créé un isolement acoustique fort vis çà vis des bruits extérieurs, seulement l’émergence des bruits intérieurs et notamment du voisinage sera plus distinct voire plus incommodant.




Sources et liens utiles
www.aldes.fr
www.helios-fr.com
www.isover.fr
www.ademe.fr
www.xpair.com



Pour en savoir plus, consultez le dossier
" RENOVATION ET MAISON BASSE CONSOMMATION "


Octobre 2010

A lire également