Climatisation douce, climatisez citoyen

Accueil > Conseils en chauffage et climatisation > Tendances > Climatisation douce, climatisez citoyen
La climatisation douce, économe en énergie, à basse consommation requiert des dispositions bien particulières. En voici les aspects conceptuels.


Les consommations de climatisation ou de rafraîchissement rentrent désormais dans le calcul réglementaire de la RT2005, réglementation thermique applicable à l’habitation, aux bureaux, …, à tous les bâtiments, y compris aux opérations de rénovation lorsque celles-ci sont conséquentes. Signalons également que le logement ou la maison lors de sa revente ou de sa location sera qualifié par le DPE, Diagnostic de Performance Energétique, par un index ou classe : A (économe), à G (énergivore) comme les appareils ménagers, climatiseurs, voitures, …

Ceci étant, les systèmes de climatisation sont consommateurs d’électricité avec des différences selon :

  • Leur EER, Coefficient d’Efficacité Frigorifique, semblable au COP des pompes à chaleur. L’EER, étant le rapport entre l’énergie frigorifique restituée sur l’énergie électrique absorbée.
  • Leur qualité de régulation. Un climatiseur type Inverter assurant une meilleure stabilité de la température sans « pompage » permet des économies jusqu’à 30% par rapport à des climatiseurs non Inverter.
  • Leur programmation, soit l’utilisation de réduit de nuit, d’arrêt pendant l’inoccupation, …


Pour climatiser citoyen, ou mettre en œuvre une climatisation dite douce, voici quelques dispositions qui vous permettront un choix conceptuel pour votre maison ou votre bureau.

Baisser les puissances de climatisation

Les logements ayant tendance à être de plus en plus isolés thermiquement et protégés par des stores et écrans, les niveaux de climatisation peuvent être baissés. Rien ne sert de climatiser avec un appareil surdimensionné alors que les besoins peuvent diminuer avec de simples dispositions.

Exemple, un séjour de 20 m2, orienté plein sud ou une salle d’attente du médecin également bien ensoleillée, pourrait nécessiter une climatisation de 3000 Watts.

Première action : éviter l’ensoleillement direct avec des stores ou écrans naturels tel le bon vieux platane qui apporte l’ombre en été et des gains solaires en hiver. L’écran extérieur ou le store extérieur ayant une efficacité contre l’ensoleillement très supérieur aux stores intérieurs.

Deuxième action : calculez au plus juste ! Si vos besoins sont de 1600 Watts, choisissez un climatiseur de 1500 W, voire 1250 W. Que risquez-vous dans le dernier cas ? Durant quelques jours, peut-être 4 ou 5, la température sera un peu plus élevée ! Rappelons-nous que nous aurions pu installer pour la même pièce le double, soit 3000 W.




Climatisation sans mouvement d’air

source GIACOMINI


Bon nombre de climatisation par split, gainable, console, cassette, .., transmettent la puissance frigorifique dans la pièce via un ventilateur qui pulse l’air ambiant au travers d'une batterie froide du dit climatiseur. La pièce est ainsi rafraîchie car sa température est abaissée de l’ordre de 6°C.
L’air est brassé dans la pièce ce qui provoque, mouvements d’air (courants d’air si la climatisation est mal conçue) et toutes les conséquences autres telles que déplacement de poussières (plus ou moins préjudiciable selon que la filtration du climatiseur est sommaire ou poussée).
Cela concerne la majorité des installations de climatisation pour l’habitat comme pour le tertiaire.

Or, comme pour le chauffage, la sensation de fraîcheur peut être transmise par rayonnement de parois froides. C’est le cas du plancher rafraîchissant. Le plus souvent mixte ou réversible c'est-à-dire du plancher chauffant et rafraîchissant.

Aucun climatiseur visible, aucun mouvement d’air, puisque c’est le sol qui transmet sa fraicheur et permet ainsi d’abaisser la température de l’ordre de 3 ou 4°C. Et ce, en prenant toute précaution pour ne pas atteindre le « point de rosée », c'est-à-dire l’apparition de condensation due à l’effet paroi froide avec humidité importante de la pièce.

Le plancher rafraîchissant, ou plancher chauffant-rafraîchissant, est un procédé des plus confortables sur le plan du confort thermique, du confort visuel (pas d’appareil visible), du confort hygiénique (pas de mouvement d’air de poussières).
De plus, il est dans la plupart des cas associé à une pompe à chaleur réversible appropriée à la basse température du plancher chauffant et à la réversibilité pour produire du froid en saison estivale.

Néanmoins, l’installation, le confort, la qualité sont à un prix nettement supérieur au simple split système. De plus, si le plancher chauffant rafraîchissant est approprié pour l’habitat qualitatif et les grands volumes, il est limité par sa capacité frigorifique, qui pourrait être insuffisante pour des locaux à fortes occupation, ou à fortes charges.

En tout état de cause, il est largement recommandé pour l’habitat basse consommation, pour un rafraichissement modéré où les charges d’ensoleillement ont été bien réduites et maîtrisées (écrans et stores, très bonne isolation thermique, éclairage basse consommation, veilles éteintes, …)



Climatisation sans compresseur, climatisation naturelle : le puits provençal.


source ALDES


Si l’architecture bioclimatique est d’un apport premier dans le concept d’une maison ou d’un immeuble (orientation par rapport aux vents, expositions des logements, inertie des parois, …), il est possible grâce au puits canadien ou puits provençal, de récupérer la fraicheur naturelle du sol pour l’introduire dans la maison.

Comment cela fonctionne ?
Le puits canadien ou le puits provençal fonctionnent sur le même procédé : l ’air extérieur est amené dans une série de tubes enterrés qui échangent avec le sol et récupèrent la chaleur du sol en hiver (dénomination puits canadien) pour l’introduire dans la maison pour ses besoins de ventilation.

En été, ce système (dénomination puits provençal) récupère la fraîcheur du sol et l’air est ainsi amené dans la maison avec 8 à 10°C de moins, soit un air frais qui peut avoisiner les 21 °C quand il fait +31°C à l’extérieur !
Le puits provençal est simple à partir du moment où l’on dispose d’un terrain où les tubes échangeurs peuvent être déployés dans le sol. Son installation est de plus facilitée lors de la construction de la maison et des travaux de gros-œuvre et terrassement.
L’air ainsi refroidi est introduit dans la maison par un simple ventilateur de 100 W ne consommant pas plus qu’une ampoule. Ce système géothermal utilise une énergie gratuite, celle du sol. Il trouve toute son efficacité quand il est relié à la ventilation VMC du logement, et bien entendu quand il « bascule » en puits canadien en hiver.

Le puits canadien ou provençal, associé à une ventilation double flux à récupération, est un concept référent sur le plan de la performance énergétique, pour les bâtiments basse consommation (BBC) ou les maisons basse consommation.



EN RESUME

Climatiser citoyen commence par réduire et ne pas maximaliser ses besoins en confort. Cela consiste au préalable à concevoir un habitat isolé thermiquement et protégé de l’ensoleillement par des stores ou des écrans extérieurs.
Bien conçu, l’habitat nécessitera peu de rafraîchissement et des concepts « réversibles » comme les planchers chauffants et rafraichissants, comme le puits provençal, trouveront leur justification dans le temps. Pour des budgets restreints, le simple climatiseur classique pourra être sélectionné.
Pensez néanmoins à le choisir dans la classe énergétique « A » !



Sources et liens utiles

www.giacomini.fr

www.helios.fr

www.aldes.fr



Pour en savoir plus : dossier " CLIMATISER MA MAISON "



Mai 2008

A lire également