Chauffage et ventilation maison basse consommation

Accueil > Conseils en chauffage et climatisation > Tendances > Chauffage et ventilation maison basse consommation

Une maison basse consommation est très bien isolée, aussi, elle ne nécessite que très peu de chauffage. Seule, la ventilation peut assurer le peu de déperditions. De nouveaux systèmes apparaissent associant hygiène et performance énergétique.



La maison basse consommation

Rappelons que la maison ou le bâtiment basse consommation BBC constitue désormais un label qui permet de consommer peu et qui donne droit à des avantages : exonération de taxe foncière, crédit d’impôt sur les intérêts d’emprunt, prêt à taux zéro améliorés par rapport à des logements classiques.

Rappelons également que la maison basse consommation possède la meilleure note dans la classification énergétique (niveau « A » actuel de l’étiquette énergétique) avec un niveau de consommation de 50 kWhep/m²/an pour le neuf et de 80 kWhep/m²/an pour la rénovation.

Rappelons enfin que la prochaine réglementation thermique RT2012 (qui remplacera l’actuelle RT2005) demandera le respect de ces niveaux de performance. Il est donc temps de prévoir sa construction ou sa rénovation intégrant la donne réglementaire mais surtout dans une optique de moindre consommation dans le temps. La durée de vie d’une maison n’est-elle pas longue ? 50 à 100 ans sans doute !



Une maison sur-isolée a besoin de très peu de chauffage

Prenons la référence suivante : une maison employant des matériaux d’isolation murs et planchers avec un coefficient Uw inférieur à 0,10 W/m² K, la sélection de fenêtres et portes dont le Ug soit au plus égal à 0,7 W/m² K, l’usage de vitrages performants tels triple vitrage dans des châssis super isolants, une conception architecturale bien orientée vers la récupération des apports solaires.
Cet habitat permettra d’obtenir un très faible besoin de chauffage sans doute inférieurs à 15 kWhep/m² et par an.
Ce niveau d’objectif fait référence à un habitat très performant dit « passivhaus ». Je vous invite à lire l’excellente chronique de Jacques ORTOLAS du mois d’avril 2009 :

MAISON PASSIVE

Rappelons que ce chiffre s’intègre dans les niveaux basse consommation cités, à savoir 50 kWhep/m²/an pour le neuf et de 80 kWhep/m²/an pour la rénovation, et que ces derniers intègrent certes le chauffage, mais également le rafraîchissement éventuel d’été, l’eau chaude sanitaire, les auxiliaires, la ventilation, et l’éclairage.



La ventilation peut-elle alors répondre aux besoins très faibles de chauffage ?

Si l’on prend une pièce telle salon ou chambre d’une maison très bien isolée tel que décrite ci-dessus, cette pièce ne nécessitera que quelques centaines de watts de puissance de chauffage seul. Peut-être 200 Watts seulement !
Une installation de chauffage ne s’impose alors pas nécessairement surtout si le renouvellement d’air est traité à part. Les 200 Watts nécessaires peuvent alors être apportés simplement par de l’air neuf traité via une VMC double-flux par exemple. Et si cette ventilation double-flux est de plus dotée d’une pompe à chaleur récupérant les calories de l’air extrait, alors la puissance de chauffage de l’air neuf sera optimisée.


HABITAT INDIVIDUEL


1. centrale, ou l'échangeur double flux thermodynamique
2. modules de chauffage
3. régulation du système
4. bouches de soufflage
5. réseau de gaine
6. prise d'air neuf aérauliques
7. sortie de toiture aéraulique
8. caissons de ventilationmicro-watt


HABITAT COLLECTIF

Ce type de concept traitant l’air neuf, besoin incompressible car correspondant à la qualité d’air nécessaire dans l’habitat, avec un concept de ventilation double-flux associé à une pompe à chaleur en récupération, est plutôt adapté à un habitat basse consommation. Même si l’appoint de chauffage pièce par pièce s’effectue par un complément à électricité directe, ces compléments sont faibles.

C’est le concept Températion® par exemple d’Aldes qui utilise le principe de ventiler, chauffer, voire rafraîchir car la pompe à chaleur, si l’on inverse son cycle, apporte en été un rafraîchissement améliorant le confort de la maison.

En hiver, le système exploite les calories de l'air extrait pour chauffer l'air neuf avant de le diffuser dans les pièces de vie. En été, grâce à la réversibilité de la pompe à chaleur, le systèmes rafraîchit et déshumidifie l'air soufflé. Dès que la température extérieure est plus fraîche, le système sur-ventile automatiquement le logement et limite ainsi le fonctionnement de la pompe à chaleur et sa consommation d'énergie.
Les modules de chauffage apportent le complément de puissance nécessaire sur l'air lors des périodes hivernales les plus froides et assurent la répartition du débit d'air neuf sur chaque bouche de soufflage.

D’autres évolutions prenant en compte globalement les besoins énergétiques de la maison arrivent sur le marché. Notamment le poste eau chaude sanitaire qui est assez incompressible en tant que besoin sanitaire. La dernière génération du concept Températion® intègre, en plus du mixte ventilation + chauffage, la production d’eau chaude sanitaire via la même pompe à chaleur.

Citons également d’autres systèmes comme le concept EQUINOXE de la société France Air qui utilise également une pompe à chaleur et un échangeur caloduc pour traiter l’air neuf ainsi réchauffé à usage de chauffage. Ce concept est différent car il travaille sur une technique de soufflage par induction et nécessite un complément de chauffage pièce par pièce. Il s’adapte à l’habitat collectif.

Video : la ventilation avec une pompe à chaleur assure le chauffage



En résumé


La maison basse consommation très bien isolée ne nécessite que peu de besoin de chauffage. Elle est par définition bien calfeutrée, donc très étanche ce qui conduit à l’utilisation d’une ventilation mécanique bien conçue qui répartit l’air neuf dans chaque pièce. Que cet air chauffe chaque pièce avec le minimum de consommation est un défi que les constructeurs proposent déjà avec des concepts qui ventilent, chauffent, rafraîchissent également en été, et vont même jusqu’à produire l’eau chaude sanitaire. L’objectif basse consommation avec des concepts économiques devrait se développer de plus en plus rapidement eu égard aux enjeux réglementaires en cours et économiques de chacun.



Sources et liens utiles
www.aldes.fr
www.france-air.com
www.xpair.com

Pour en savoir plus, consultez le dossier
PUITS CANADIEN ET VMC DOUBLE FLUX



Décembre 2009

A lire également