Radiateur électrique, les bons conseils

Accueil > Conseils en chauffage et climatisation > Conseils d'expert > Radiateur électrique, les bons conseils
Télécharger la chronique Quand utiliser un radiateur électrique ? Quelle puissance prévoir ? Quel principe de chauffage électrique selon votre logement ? Quel radiateur électrique selon la pièce dans laquelle il prendra place ? Quelle marque de radiateur préférer ? Ce n’est qu’une petite partie des questions auxquelles nous vous répondons avec ce guide sur le radiateur électrique.

Radiateur électrique dans un salon
Radiateur électrique dans un salon

Quelques particularités du chauffage électrique

Pourquoi choisir l’électricité comme chauffage, pourriez-vous penser ? En voici quelques raisons évidentes.

  • L’une des premières particularités d’un chauffage électrique quel qu’il soit est d’être associé à une isolation de haut niveau, maison BBC si possible, voire maison passive.
  • L’énorme avantage des radiateurs électriques est de représenter un investissement de base beaucoup plus restreint. Cependant, cette économie doit être parfaitement calculée pour ne pas devenir une réelle dépense en très peu d’années. D’où la nécessité d’une maison économe en énergie.
  • Un autre intérêt du radiateur électrique est que, même en pose par un professionnel, il est aussi plus économique que la pose de tout un chauffage central.
  • Il ne nécessite pas, non plus, d’entretien et propose une durée de vie très longue.

Mais attention avec l’énergie électrique qui n’a pas toujours ni le même intérêt ou, au contraire, les mêmes nuisances. L’électricité peut tout aussi bien provenir d’un réseau public en lien avec des centrales nucléaires, qu’en lien avec du thermique ou du renouvelable. Dans ce dernier cas, on peut parler d’énergie propre, et encore plus lorsqu’elle provient d’une production individuelle. En France, nous avons une électricité majoritairement décarbonée du fait de notre production nucléaire, et contenant 15% d’énergie renouvelable, principalement hydraulique.

Par contre, le chauffage par l’électricité est très loin de n’avoir que des intérêts et il faut bien en connaître, également, les limites.

  • C’est reconnu par tous, l’énergie électrique est l’énergie la plus chère si elle est utilisée en chauffage électrique direct, au-dessus du gaz naturel, la plus économique en termes de chauffage, mais aussi bien plus chère que le fioul. En revanche, ces énergies fossiles ont l’inconvénient d’être exportées avec des fluctuations politico-économiques incertaines.
  • Le chauffage électrique direct ne bénéficie d’aucune aide financières de l’Etat, contrairement aux chaudières gaz condensation, par exemple.
  • Tout ceci reste valable pour du chauffage électrique direct. A partir du moment où le chauffage électrique est lié à une énergie renouvelable avec la pompe à chaleur par exemple, alors il devient économique à l’usage et bénéficie d’aides financières.

Le fonctionnement du chauffage électrique

Lorsqu’il est question de chauffage électrique, on pense immédiatement radiateurs électriques, ce qui est une erreur puisqu’il existe, en fait, deux principes :

→ Le chauffage électrique direct : c’est le cas du radiateur électrique qui sera chauffé directement par l’électricité (effet Joule). L’installation est simple et pu onéreuse.

→ Le chauffage électrique via une pompe à chaleur : la PAC consomme entre 3 fois à 2 fois moins d’électricité qu’un chauffage électrique direct. L’installation est plus complexe et ressemble, dans le cas d’une pompe à chaleur air-eau à celle d’un chauffage central

Comme nous le verrons par la suite, les modes de fonctionnement évoluent pour mieux suivre la consommation, mieux la contrôler et permettre des économies substantielles. On parle alors de radiateurs “intelligents”.

S’il est présent dans les régions les moins froides, et dans les constructions neuves, il est aussi intéressant dans des rénovations qui, une fois bien isolées, ne permettent pas nécessairement l’installation d’un chauffage central de façon aisée et esthétique.

Par contre, avec le chauffage électrique, une autre notion que celle de l’isolation est tout aussi essentielle : celle de la ventilation.

Le chauffage basse consommation (BBC)

Radiateur électrique rayonnant pour un confort plus accru qu’un convecteur
Radiateur électrique rayonnant pour un confort plus accru qu’un convecteur

Le radiateur électrique peut, parfois, n’être qu’un complément du chauffage existant. Il en est question dans les maisons dites BBC où sont présentes des énergies renouvelables mais où, par exemple, dans une salle de bains, la présence d’un radiateur électrique peut permettre d’avoir une plus grande réactivité et d’être utilisé en dehors des périodes traditionnelles de chauffe.

Les labels chauffage électrique

Pour mieux vous familiariser avec le chauffage électrique, il faut aussi connaître les labels qui régissent ce domaine. En effet, difficile de s’équiper d’appareils qui ne seraient pas reconnus, que ce soit sur la scène européenne ou sur la scène française, sans s’exposer à certains risques, notamment du point de vue des assurances. Il existe donc 4 normes à connaître :

  • Le label CE : qui est la reconnaissance des normes techniques européennes permettant leur mise en commercialisation sur les limites géographiques des pays qui la composent ;
  • Le label NF : qui est son équivalent sur le territoire seul de l’hexagone ;
  • Le label NF électricité performance : qui lui ajoute une part performance et fonctionnement, au-delà de la seule sécurité du précédent label ;
  • Le label Protèle : la conformité et la qualité de l’installation et du matériel sont alors reconnues.

Le principe du radiateur électrique

Radiateur électrique à inertie
Radiateur électrique à inertie

Parler de radiateur électrique est un très vaste sujet puisqu’on peut dénombrer des principes de chauffe très différents dont les avantages et inconvénients intrinsèques de chaque doivent être étudiés avant de savoir vers lequel se diriger.

Le convecteur électrique

Convecteur électrique à sortie d’air frontale
Convecteur électrique à sortie d’air frontale (amélioration du flux d’air et du confort)

C’est le modèle le plus courant dans les logements anciens. Celui que l’on appelait communément grille-pain bénéficiait d’une convection naturelle, l’air froid entrant par le bas et ressortant par le haut, après avoir pris les degrés nécessaires lors de son passage devant la résistance. Le convecteur électrique a cependant des inconvénients et a beaucoup fait pour la mauvaise réputation du chauffage électrique :

  • Une sensation de froid dès que le radiateur cesse de fonctionner parce qu’il est éteint ou que son thermostat le déconnecte quelques minutes lorsque la pièce est à la température souhaitée ou que, lui-même, a atteint une certaine température ;
  • Un sentiment de poussière que l’on remarque encore plus lorsqu’il se remet en fonctionnement après une longue période d’extinction (après une absence ou lors de son allumage en automne) ;
  • Une consommation électrique conséquente surtout dans les constructions peu isolées.

L’un des grands avantages du convecteur électrique est qu’il est très économique, de 30 € à quelque 200 € en fourniture. Il est alors conseillé plus pour des solutions d’appoint que pour un chauffage permanent, tout en indiquant qu’il est peut-être préférable de se diriger vers un modèle légèrement plus coûteux mais moins gourmand en énergie (étiquette énergétique élevée) et plus sain.

Le convecteur à infrarouge

Ce n’est plus une résistance qui entre en fonctionnement mais un rayonnement infrarouge. En fait, la résistance se trouve derrière une plaque qui transmet la chaleur et une grille nid d’abeille qui la laisse passer et apporte un peu de sécurité.

Cette chaleur est donc bien plus douce et plus naturelle. Son problème est qu’il devient vite froid dès qu’il s’éteint et apporte donc très vite une sensation de froid et qu'il faut être, aussi, dans le rayon d’action de ce modèle. Ce qui en fait un modèle qui convient plus particulièrement à des petites pièces et, encore plus précisément, à des salles de bains où le chauffage par rayonnement peut être apprécié.

Un prix de radiateur qui, de 100 à près de 1.000 € selon sa puissance et ses fonctionnalités telle que thermostat électronique.

Le radiateur électrique à accumulation

Pour mieux se rapprocher du principe des radiateurs de chauffage central qui restent chauds de longues minutes après leur extinction et évitent cette sensation de chaud et froid, le chauffage électrique répond par des radiateurs à accumulation.

La chaleur n’est plus diffusée directement mais envoyée sur des briques réfractaires qui l’emmagasinent un certain temps et la restituent petit à petit. Un principe qui a, notamment, été mis en place pour répondre aux abonnements EDF heures creuses. Il est aussi possible, selon le modèle, de le voir équipé d’un ventilateur qui en accélère la diffusion.

Plus confortable et plus économique, ce radiateur électrique est aussi plus lourd et plus cher puisque de 700 à plus de 2.000 €.

Le radiateur électrique à inertie

Radiateur électrique à inertie
Radiateur électrique à inertie, achat possible en ligne chez Castorama

Le radiateur à inertie se décompose, en fait, en deux principes :

  • Le radiateur électrique à inertie fluide
    Le cas le plus connu de ce modèle est le radiateur à bain d’huile, mais ce sont des radiateurs à fluide caloporteur. Ce fluide est réchauffé par la résistance, ce qui permet de conserver la chaleur beaucoup plus longtemps, comme les radiateurs de chauffage central dont l’eau reste chaude pendant un certain temps même lorsque la chaudière s’éteint et en attendant qu’elle se relance. Il est donc question d’une chaleur douce. Le fluide se compose, en fait, d’huile minérale ou d’huile végétale. En cas de fuite, il faut faire intervenir un spécialiste.
  • Le radiateur électrique à inertie sèche
    C’est une variante du procédé à inertie fluide puisque c’est ici un matériau qui permet de stocker la chaleur. Il s’agit parfois de l’aluminium pour les modèles les plus simples, ou de la fonte qui conserve très bien la chaleur pour d’autres plus onéreux. Mais il existe aussi des modèles constitués d’une matière réfractaire telle que la brique, la stéatite, la céramique, le verre ou la lave réfractaire.

Ces radiateurs à inertie coûtent alors de 400 à 1.500 € selon leur puissance et la qualité de l’inertie thermique.

La puissance du radiateur électrique

La question qui se pose également est de savoir quelle puissance est nécessaire en fonction de la pièce dans laquelle vous souhaitez positionner le radiateur électrique.
Il ne faut pas surdimensionner un radiateur car il est inutile de le payer plus cher, mais il ne faut pas le sous-dimensionner non plus, au risque de le voir fonctionner à plein régime tout le temps et de consommer beaucoup plus d’électricité.

En fait, la puissance dépend également de votre niveau d’isolation, tout en sachant que, en absence totale d’isolation, il faut proscrire le chauffage électrique, bien trop cher. La priorité financière dans ce cas-là étant l’isolation thermique.

Type d’isolation thermique

Puissance du radiateur électrique pour 25 m3

Isolation correcte

1.000 W

Isolation des années 2000

800 W

Isolation très récente

600 W

A savoir que 25 m³ correspond à une pièce de 10 m² de 2,5 m de haut.

En savoir plus sur le radiateur électrique et les autres conseils

Le positionnement du radiateur électrique

Radiateur électrique de qualité avec double cœur de chauffe pour un confort plus accru
Radiateur électrique de qualité avec double cœur de chauffe pour un confort plus accru

Tout autant que la puissance, le positionnement du radiateur électrique est important. Voici quelques astuces pour leur implantation :

  • à 10 ou 15 cm au-dessus du sol ;
  • laisser environ 15 cm de chaque côté du radiateur ;
  • un espace de 50 cm au-dessus du radiateur est aussi à respecter ;
  • de préférence sur un mur froid, c’est-à-dire donnant sur l’extérieur ;
  • sous une fenêtre ou à côté de la fenêtre (ou porte-fenêtre) pour réchauffer l’air froid qui pourrait en venir ;
  • ne pas les positionner, cependant, dans un courant d’air pouvant perturber le thermostat ;
  • préférer 2 radiateurs de 1.000 watts à 1 de 2.000 watts pour mieux répartir la chaleur ;
  • dans le cas de 2 radiateurs, penser à bien les répartir, soit face à face, soit en dessous des fenêtres ;
  • loin du lit dans une chambre ;
  • selon les normes de sécurité dans une salle de bains ;
  • dans un couloir, c’est plus une situation pour qu’il ne gêne pas le passage ;
  • enfin, ne pas placer de meuble devant un radiateur qui pourrait perturber la diffusion de la chaleur.

Des radiateurs électriques selon les pièces

Maintenant que vous êtes familiarisé avec les radiateurs électriques, vous aimeriez certainement quel principe de radiateur correspond le mieux pour vos pièces. Voici donc un petit récapitulatif :

Pièce

Radiateur électrique à prévoir

Avantage

entrée

convecteur

chauffage rapide

couloir

convecteur

chauffage rapide

chambre

  1. panneau rayonnant
  2. radiateur à inertie aluminium
  1. pour un chauffage rapide
  2. pour un meilleur rendement

salle de bains

  1. convecteur soufflant
  2. sèche-serviette
  1. chauffage très rapide
  2. chaleur douce qui permet aussi de sécher votre serviette

cuisine

  1. panneau rayonnant
  2. inertie aluminium
  1. pour un bon rayonnement
  2. pour un confort supérieur

séjour / salon

  1. inertie aluminium
  2. inertie fonte
  3. inertie fluide
  4. inertie pierre

bon confort, bon rendement, c’est la qualité de chauffe (fonte) ou l’esthétique (pierre ou fluide) qui décidera du choix


Les marques de radiateur électrique

Vous trouverez de nombreuses marques intéressantes chez Castorama à des prix très variés selon les fonctionnalités que vous choisirez, la puissance et le principe de chauffe.
Parmi ces marques, certaines se classent parmi celles les plus reconnues telles que Acova, Blyss, Concorde, De Longhi ou Noirot et vous assurent un maximum de durée de vie et de rendement.

Les avancées techniques

Régulation électronique d’un radiateur électrique
Régulation électronique d’un radiateur électrique

Pour devenir plus attractif, le chauffage électrique se dote d’avancées techniques afin de réduire la consommation et d’augmenter le confort. On peut ainsi classer en deux parties ces avancées :

La programmation, source d’économies d’énergie

En plus des thermostats de plus en plus précis, les radiateurs électriques s’équipent d’automatisations et de programmations qui améliorent la qualité de vie, tout en réduisant votre facture énergétique. Des modes éco ou confort sont ainsi disponibles sur certains modèles afin de réaliser des réglages selon votre occupation ou non des pièces.

Mais, plus encore, les radiateurs électrique dits “intelligents” apportent une amélioration certaine et évidente. En liaison avec les assistants personnels type Google Home, Amazon Alexa ou Apple Home Pod, vous pourrez les programmer facilement. Mais vous pouvez même les commander à distance, avec ou sans programmation, et décider, quelques minutes avant de rentrer chez vous, de le mettre en fonctionnement ou, après avoir quitté votre domicile, de le couper à partir de votre smartphone. Mieux, certains peuvent détecter des présences pour décider de s’éteindre ou s’allumer.

Ces possibilités vous permettent, bien utilisées, jusqu’à 25 % d’économies d’énergie.

Les alternatives électriques au chauffage par radiateurs électrique

Sans détailler les procédés qui sortent un peu du sujet des radiateurs électriques à purement parler, le chauffage électrique se dote aussi de nouveaux développements, de plus en plus innovants dans la technicité, afin de proposer des logements toujours plus confortables et plus économiques en électricité.

  • C’est ainsi le cas du plancher chauffant qui a l’énorme avantage d’une répartition parfaite de la chaleur et de ne pas prendre de place par rapport à votre mobilier. En contrepartie, ce procédé est très difficile à prévoir en rénovation et ne peut s’accommoder que de certains revêtements de sols. Le budget à prévoir est alors de 60 à 120 € au m² en fourniture et pose.
  • Dans le même état d’esprit, on peut aussi trouver des plafonds rayonnants, qui possèdent à peu près les mêmes avantages, mais plus faciles à utiliser en rénovation. Un coût aussi plus élevé de l’ordre de 80 à 120 € le m² en fourniture et pose.
  • Un principe que l’on peut aussi retrouver dans le mur chauffant, pour un tarif d’environ 100 € le m².
  • Enfin, les plinthes chauffantes peuvent aussi être une solution pour éliminer la présence de radiateurs dans une pièce, pour un prix de 100 à 220 € le ml en résistances et de 200 à 300 € le ml en hydrauliques.

L’installation des radiateurs électriques

La question qui n’a pas encore été abordée est celle de la pose des radiateurs électriques. Bien sûr, certains se chargeront personnellement de cette pose. Toutefois, comme nous l’avons vu, les modèles étant parfois très différents et dotés de technologies peuvent être plus ou moins faciles à installer par soi-même.

Ainsi, un convecteur ou un radiant peut encore être assez facile à mettre en place. Ce qui est moins vrai sur un radiateur à accumulation ou à chaleur douce, que ce soit par son poids ou par sa technologie. De plus, si vous voulez organiser des zones, prévoir des programmations, etc., il est préférable de faire appel à un professionnel.

Selon la difficulté de pose, il faut prévoir un tarif d’installation pour un radiateur électrique qui va de 50 à 200 € environ pour un radiateur.

Lectures recommandées

Les radiateurs électriques connectés !
Chauffage électrique et solaire photovoltaïque

Sources et liens utiles

www.castorama.fr

Pour en savoir plus

Le dossier CHAUFFAGE ELECTRIQUE EN RENOVATION


A lire également