Prévoyez l'avenir, mixez les énergies !

Accueil > Conseils en chauffage et climatisation > Conseils d'expert > Prévoyez l'avenir, mixez les énergies !
Si le gaz, comme le fioul, est aujourd’hui, et pour une décennie encore, une énergie abondante, ce ne sera bientôt plus le cas. Les réserves sont en effet limitées : une gestion économe de la ressource s’impose donc, afin d’inscrire la consommation énergétique dans une démarche de développement durable.

Comme pour les autres énergies fossiles, la réduction des consommations de gaz et le passage aux énergies renouvelables incitent à mixer les énergies en faisant jouer au maximum les complémentarités.
Dans ce contexte, le gaz à condensation s’intègre parfaitement dans des systèmes mixant les différentes énergies :
-chaudière gaz condensation + pompe à chaleur,
-chaudière bois + capteur solaire,
-pompe à chaleur + panneau solaire,
-chaudière fioul + pompe à chaleur air/eau ou eau/ eau.
Autant de solutions thermiques intelligentes, économiques et écologiques indispensables pour notre confort et celui de la planète. Les solutions bi-énergies de chauffage sont sécurisantes dans la mixité des énergies et intéressantes sur le plan du fonctionnement et des économies d'énergie : la chaudière fournit de l'eau chaude pendant les jours les plus froids, lorsque les températures extérieures sont négatives. Par conséquent, la pompe à chaleur fonctionne au-delà avec un rendement ou COP maximum et une température plus douce, soit à partir de 50°C.
La pompe à chaleur conduit à un bilan d’exploitation encore plus économique si la construction est très bien isolée. En effet, les corps de chauffe, ou radiateurs, demandant
une eau à température modérée, la PAC peut satisfaire les besoins de chauffage quasiment tout l’année et ne faire appel que poonctuellement à l’énergie fossile.Par ailleurs, de plus en plus de fabricants proposent des systèmes en kit combinant une chaudière à condensation et un chauffe-eau solaire. Ce sont en effet des équipements parfaitement compatibles et assurant un bilan énergétique optimal. Le gaz naturel est le complément idéal de l’énergie solaire, plus sporadique et donc plus difficile à gérer. Le gaz naturel a l’avantage de ménager l’environnement : combustion peu polluante, sans résidus, bilan le plus favorable en termes de CO de toutes les énergies fossiles.

Des combinaisons intelligentes

Un système complet comporte des capteurs solaires, une chaudière et un ballon d’eau chaude. Le principe : utiliser la chaleur produite par les panneaux solaires pour chauffer l’eau chaude sanitaire stockée dans le ballon. Pour faire face aux périodes hivernales sans ensoleillement, un système de raccordement entre le ballon et la chaudière permet d’assurer la production d’eau chaude sanitaire. Le régulateur permet alors d’optimiser l’utilisation de l’énergie solaire et détermine précisément le complément d’énergie que la chaudière gaz doit fournir.
Certaines chaudières mixtes gaz à condensation, équipées d’un ballon à échangeur de chaleur solaire, comportent un système de charge pour la production d'eau chaude avec dispositif d'interdiction en cas de disponibilité d'énergie solaire.
Selon sa configuration, l’installation de chaleur solaire peut aussi contribuer au chauffage des locaux. La part solaire à la fourniture totale de chaleur peut atteindre en fonction des dimensions de l’accumulateur jusqu’à 40%. 1 m2 de capteur fournit généralement 300 à 700 kWh/an. (Schéma 2)

La chaudière à gaz réchauffe l’accumulateur

Dans la configuration la plus fréquente combinant l’énergie solaire et le chauffage au gaz, l’eau chaude provenant de la chaudière gaz alimente l'accumulateur solaire. Il couvre donc la différence entre l'énergie solaire récupérée et l'énergie nécessaire. La préparation d’ECS est réalisée, à partir de l’accumulateur, dans un générateur séparé. Celui-ci, dans certains cas, est intégré à l’accumulateur (Schéma 1 et 3). Pour le choix de la chaudière à gaz, cela signifie que l’accumulateur assure de longues durées de marche du brûleur. La puissance inférieure de la plage de modulation de la chaudière à gaz n’exige plus une attention particulière :
quasiment tous les appareils conviennent. La question de savoir si le choix d’une chaudière à condensation à gaz dans cette configuration est justifiée. L’échangeur de chaleur alimenté par la chaudière à gaz étant disposé dans le haut de l’accumulateur, où règnent les plus hautes températures d’ECS, la température de retour de l’accumulateur vers la chaudière dépassera
très souvent 40°C, voire 50°C : ce qui n’est pas idéal pour une condensation optimale de l'eau des produits de combustion dans la chaudière. Autrement dit, dans cette configuration, la chaudière à condensation, par rapport à une chaudière classique, garantit certes un meilleur
rendement, mais son potentiel est loin d’être utilisé.


La chaudière chauffe le départ

La situation est autre lorsque la chaudière est raccordée sur le départ en aval de l’accumulateur solaire et qu'elle assure le postchauffage. La chaudière ne devant que peu réchauffer pendant les périodes ensoleillées, la modulation du brûleur et surtout une puissance minimale aussi basse que possible sont très importantes. La chaudière peut ainsi apporter la chaleur nécessaire en continu sans pour autant "penduler". Cette solution promet le meilleur rendement total de l’installation comparée à la disposition classique, bien que la condensation ne soit pas optimale au vu des températures de retour relativement élevées.

Tout en un

Aucune inquiétude avec un appareil solaire combiné : accumulateur solaire, brûleur avec échangeur de chaleur et chauffe-eau forment un groupe compact. L’échangeur de chaleur du brûleur est immergé dans l’eau accumulée et un réchauffage a lieu en cas de besoin. Deux systèmes sont commercialisés : l’accumulateur d’eau de chauffage produit aussi l’ECS par le biais d’un échangeur de chaleur. Et le préparateur d’ECS assure le chauffage par
le biais d’un échangeur de chaleur. Les deux systèmes ont en commun que la chaleur solaire ne profite pas à la seule préparation d’ECS mais aussi au chauffage. En plus d’être peu encombrante, cette solution n’exige pas d’équilibrage des débits entre le circuit et le tampon du chauffage, et les frais d'installation ne sont pas élevés.

Dernier avantage, et pas des moindres : chaque technique bénéficie du crédit d'impôt correspondant : la chaudière gaz condensation 25 % ou 40 %, le solaire 50 %*. En combinant les deux systèmes, vous cumulez les crédits d’impôt !


*Les crédits d’impôts ne sont valables que si les équipements font l’objet d’une facturation différenciée.
**Source des schémas : Association Suisse de l’Industrie Gazière

EN RESUME

Mixer les énergies est la seule façon d'assurer une transition entre l'utilisation des énergies fossiles, dont les réserves s'épuisent, et celle d'énergies renouvelables. Dans ce cadre, solaire et condensation font très bon ménage.




Octobre 2007
Construction, rénovation, un projet de chauffage ?

En déposant votre projet, un installateur Proactif proche de chez vous, vous contactera. Véritable spécialiste de la marque Viessmann, il dispose des qualifications utiles et se forme régulièrement sur nos produits afin de vous conseiller au mieux.

Sélectionnez les énergies concernant votre projet

FioulGazPompe à chaleurBoisSolaire thermiqueAutres
Passer à l'étape 2

* : champs obligatoires

A lire également