La chaudière gaz condensation murale

Accueil > Conseils en chauffage et climatisation > Conseils d'expert > La chaudière gaz condensation murale
Les chaudières gaz condensation, avec la disparition programmée des chaudières fioul et l’obligation de rendement des méthodes de chauffage vont certainement devenir le principe de chauffage le plus couramment utilisé par les Français. Différents modèles parmi lesquels la chaudière gaz condensation murale est parfois préférée. En voici les raisons.

Chaudière gaz murale à condensation
Chaudière gaz murale à condensation s’installe contre un mur en cuisine, en buanderie ou une pièce de service

Le choix d’une chaudière gaz condensation

Un principe de chauffage moins polluant
Depuis que le Gouvernement a annoncé la fin des chaudières fonctionnant au fioul pour dans 10 ans, les Français ont obligatoirement un œil sur les chaudières gaz, les réseaux de gaz naturel n’ayant cessé de se propager jusque dans les petites communes. Certes, le gaz reste une énergie fossile et, donc, non renouvelable, mais moins polluante que le fioul. Lorsqu’une chaudière fioul rejette 300 g/kWh en CO2, une chaudière gaz ne rejette que de l’ordre de 230 g/kWh dans le cas général. Et elle est d’autant moins polluante que le principe de fonctionnement à condensation ne rejette des fumées qu’à 50° C au lieu des 200° C habituels, encore moins nocives, ainsi.

Un fonctionnement propice aux économies d’énergie
En outre, il a été décidé de laisser place à des rendements améliorés et la chaudière gaz à condensation entre parfaitement dans cette catégorie puisque son rendement affiche 105 %, au-delà des 86 % préconisés pour les chaudières à haut rendement.

En fait, la chaudière gaz à condensation est aujourd’hui le système de chauffage pour un chaudière gaz, le plus intéressant. L’économie d’énergie est de 30 % en regard d’une chaudière classique et de 10 % par rapport à la chaudière basse température.

Sans entrer dans le fonctionnement complet de ce modèle de chaudière, détaillé par ailleurs, la chaudière gaz à condensation tient ses performances de l’énergie supplémentaire récupérée dans la condensation des fumées émises qui produisent de la vapeur d’eau.

S’il reste deux façons d’alimenter ce type de chaudière, le gaz propane ou le gaz naturel, il est évident que c’est en présence de ce dernier que tout l’intérêt se porte, puisque le coût du gaz propane sera, environ, deux fois plus élevé que le gaz naturel, nécessitera aussi un emplacement pour les cuves permettant de stocker le combustible et, donc, le règlement de ce combustible à l’avance, et non une fois consommé.

La puissance nécessaire chaudière
La puissance de votre chaudière demande un calcul bien précis dit de déperditions thermiques. D’une manière plus simplifiée, disons qu’il dépendra de différents éléments tels que le coefficient de consommation d’énergie, l’indice de température extérieure, les déperditions d’énergie, la température souhaitée et le volume du logement.
- Le coefficient d’énergie varie par exemple de 1,6 (pour un logement parfaitement isolé) à 2 pour mal isolé :
- L’indice de température extérieure peut aussi varier avec 7 dans le sud de la France, 9 au centre, 12 au nord, 15 en altitude ;
- Les déperditions d’énergie estimées à 1,3.

Ainsi, pour un logement bien isolé (indice de 1,6) placé dans le sud de la France (ITE de 7), d’une surface de 100 m² avec plafonds à 2 m 50 (soit un volume de 250 m³), et pour une température souhaitée de 19° C, le calcul sera le suivant :
[1,6 x (19+7) x 250] x 1,3 = 13.520 watts, soit une puissance nécessaire de chaudière de 13,5 kW

Ce calcul ne prend pas en compte la production d’eau chaude sanitaire pour laquelle il vous faudra ajouter autour de 5 kW par personne dans le foyer. A noter que dans les logements bien isolés, c’est l’eau chaude sanitaire qui donne le niveau de dimensionnement de la chaudière. Par exemple, les besoins calculés (déperditions) peuvent atteindre 6 kW quand les besoins en ECS sont de 25 kW !

Construction, rénovation, un projet de chauffage ?

En déposant votre projet, un installateur Proactif proche de chez vous, vous contactera. Véritable spécialiste de la marque Viessmann, il dispose des qualifications utiles et se forme régulièrement sur nos produits afin de vous conseiller au mieux.

Sélectionnez les énergies concernant votre projet

FioulGazPompe à chaleurBoisSolaire thermiqueAutres
Passer à l'étape 2

* : champs obligatoires

Le choix d’une chaudière murale

Le condenseur : le point sensible des chaudières à condensation
Le condenseur : le point sensible des chaudières à condensation

Mais pourquoi décider d’installer une chaudière gaz condensation murale plutôt qu’une chaudière au sol ? Certainement parce que tout le monde ne possède pas une pièce dédiée, que ce soit une cave, une buanderie, un sous-sol ou un garage. Parfois, ce garage n’est pas attenant au logement et, même en isolant parfaitement la distribution, la perte d’énergie serait certaine, ce qui serait encore plus vrai en présence d’une distribution d’eau chaude, pour laquelle votre consommation d’eau s’en ressentirait, surtout en hiver, le temps que toute l’eau déjà présente dans vos tuyaux s’évacue.

C’est pourquoi la version de la chaudière murale est souvent utilisée dans des logements de plus petite taille ou en rénovation, parfois. D’une dimension d’environ 75 cm de haut, 40 cm de large (ce qui est très compact !) et 35 cm de profondeur, elle est alors plus facile à placer dans une cuisine, une salle de bains parfois ou un placard d’entrée.

D’un poids allant de 25 à 35 kg environ, elle pourra être fixée au mur, avec ou sans renfort, selon qu’il s’agira d’un mur porteur ou d’une simple cloison. Et la gamme s’étend de modèle de seulement 6 kW à d’autres, bien plus puissants, de 39 kW, avec ou sans production d’eau chaude.


Le prix d’une chaudière gaz condensation murale

Avec des marques aussi réputées que Viessmann, De Dietrich, ELM Leblanc, Frisquet, Saunier Duval ou Vaillant, vous trouverez des constructeurs qui vous assureront des durées de vie très intéressantes allant parfois au-delà des 20 ans, selon l’utilisation que vous en ferez (en évitant, par exemple, d’opter pour un modèle dont la puissance serait trop sous-estimée, voire surestimée également).

A l’achat, vous trouverez certains de ces modèles autour de 2.000 € et d’autres jusqu’à 5.000 € et plus, dont les différences se situeront sur la présence ou non d’une eau chaude sanitaire et la capacité du ballon, sur la puissance, voire sur la marque. Prix auquel il vous faut ajouter de 800 à 1.500 € pour l’installation et autour de 40 € le mètre linéaire pour le raccordement au gaz naturel ou à votre citerne propane extérieure.

Chaudière à condensation : attention au conduit de fumées.
Il faut ainsi savoir que le nombre de chaudière à condensation grandissant en France comme en Europe, l’écart de prix entre une chaudière à condensation et une chaudière standard tend à se réduire de plus en plus jusqu’à devenir quasiment nul sous peu. Le vrai écart de prix dans l’installation et notamment en cas de renouvellement d’une ancienne chaudière sera de veiller à la compatibilité du conduit de fumées. La chaudière à condensation étant faire pour évacuer des fumées froides, le risque de condensation des fumées oblige à tuber le conduit de fumées.

On peut aussi ramener le prix d’une chaudière gaz condensation murale en fonction du nombre de m² de votre construction, autour de 40 € par m², ou le ramener à un prix TTC d’environ 190 € par kW.


Choisissez l'énergie du confort.
Le gaz propane est l'énergie à tout faire par excellence: chauffage, eau chaude sanitaire, cuisson avec hautes performances énergétiques et environnementales

voir plus >>>

Les aides pour l’achat d’une chaudière gaz condensation murale

critères de choix du modèle de chaudière gaz mural
Les critères de choix du modèle de chaudière gaz mural : praticité, marque, prix

Si vous êtes un peu effrayé par le prix d’achat d’une chaudière gaz condensation murale, il faut toutefois se rappeler que des aides sont possibles et que, ainsi, même pour remplacer un ancien modèle moins économique, au fioul, par exemple, il peut être intéressant de le remplacer par une chaudière gaz condensation murale selon une rentabilité à étudier.

Il faut, en effet, tenir compte du Crédit d’Impôt Transition Ecologique auquel est éligible cette chaudière et qui permet de déduire 30% de son coût si la fourniture et pose sont réalisés par un professionnel RGE, mais aussi des aides ANAH sous conditions de ressources, des aides de collectivités territoriales, de celles des fournisseurs d’énergie - primes CEE - et de la TVA réduite à 5,%.

Peut-être une bonne affaire à réaliser pendant que les finances de l’Etat le permettent ?


Lectures recommandées

Chaudière gaz à condensation, connectée !
Les chaudières gaz murales les plus compactes

Sources et liens utiles

www.vaillant.fr www.butagaz.fr www.viessmann.fr

Pour en savoir plus

Le dossier CHAUFFAGE GAZ A CONDENSATION


A lire également