Climatisation contre absentéisme

Accueil > Conseils en chauffage et climatisation > Conseils d'expert > Climatisation contre absentéisme
La notion de perception du chaud et du froid est totalement personnelle. un paramètre à prendre en compte pour éviter la guerre entre collègues!


La température ambiante source de conflits

La solution consiste à mettre à disposition pour chaque personne d’un bureau fermé disposant d’une régulation individuelle de la température.
Ce n’est malheureusement pas toujours le cas et c’est bien souvent là que débutent les petits litiges.
La première précaution à prendre et de permettre une possibilité d’intervention du personnel dans une plage de –2°C à +2°C par rapport au point de consigne initial qui, lui, doit être réglé de 5 à 7°C de moins que la température extérieure.

Ensuite, il est préférable d’utiliser des sondes ou thermostats d’ambiances sans affichage de la température mais avec de simples index de 1 à 5 ou comme dit précédemment ou avec une plage de réglage de +2 à –2°C. Le fait que la température soit affichée crée des différences, des comparaisons et discussions interminables sur la température de confort. Le confort est bien plus compliqué que d’obtenir 20°C toute l’année. Cela peut être insuffisant en plein hiver comme hyper glacial en été ! Cependant, nous pouvons néanmoins dire que dans l’activité de bureaux, 20°C en hiver et 24°C en été sont des consignes de réglage standard.

Le confort dépend certes de la température, de l’humidité, des odeurs, des courants d’air, du bruit, mais également de paramètres personnels comme l’habillement, l’activité, la nourriture, l’âge, la saison, …

C’est pourquoi même dans de bonnes conditions, les statistiques feront que vous aurez peut-être 5 à 10% de gens insatisfaits qui auront trop froid, trop chaud, ..., ou ne se sentiront pas bien.

 

climatisation open-space

 

Le confort : première action contre l’absentéisme

La sensation de confort est directement liée à la sensation de bien-être dans son environnement de travail. Une personne, dans de très bonnes conditions, aura la meilleure performance et la meilleure productivité. La technique a certes ses limites et ne pourra pas se substituer à un bon management, à un bon esprit d’équipe et de motivation et à une bonne harmonie dans le lieu de travail. Ce volet humain étant essentiel pour favoriser la productivité et le bien être du personnel au travail.

Cependant, l’apport de « la technique » est aujourd’hui indispensable. Si l’installation de climatisation est de qualité et donne la bonne température, avec des possibilités de réglages, de l’air neuf évitant les odeurs et les maladies type allergies, avec des équipements sans bruit, apportera le complément indispensable, appelons le "mécanique", pour que l’individu se sente bien en tous cas sur le plan physiologique.

Rappelons que lorsque nous sommes clients, nous sommes dans des environnements mécaniquement confortables, quand nous sommes dans notre voiture, nous sommes climatisés, alors, quand nous devons donner le meilleur de nous même au travail, nous voulons consciemment voire inconsciemment être plongé dans un environnement des plus confortables. Côté employeur, le confort voire la qualité de confort ainsi apportés sont synonymes de productivité et de premier élément contre l’absentéisme.

L’exemple de la Caisse d’Allocations Familliales de Lyon

  • Réduction de l’absentéisme + économies d’énergie.

La Caisse d’Allocations Familiales de Lyon emploie 760 salariés. En 1998, elle a quitté ses anciens locaux pour s’installer dans un bâtiment neuf de plus de 16000 m² climatisé et équipé de thermofrigopompes*, c’est à dire de pompes à chaleur eau/eau. Cette installation de référence fait l’objet d’un suivi énergétique par le service Recherche et Développement d’EDF.

  • Absentéisme en nette régression !

Dès la première année d’exploitation, la direction de la CAF de Lyon constatait une réduction de 15% du taux d’absentéisme ce en liaison directe avec l’amélioration du confort en été et sans altérer le budget (cf paragraphe suivant).
Outre le confort apporté qui s’est traduit par une baisse de l’absentéisme, la qualité de l’installation en terme d’économies d’énergie est remarquable puisque le concept de climatisation et de chauffage a permis de réduire de 70% les émissions de CO2.

  • Les rejets de CO2 ont été réduits de 70% !

Quelques chiffres et performances de l’installation de climatisation sur un bilan de 8 années 1998/2006 :?

les pompes à chaleur eau/eau climatisent en hiver et récupère toute l’énergie chaude pour chauffer toutes les autres parties de bâtiment.

  • le coefficient de performance (COP) de l’installation est de 3,83.
  • la consommation énergétique annuelle totale des pompes à chaleur et pompes de puits (chauffage et climatisation) atteint seulement 39 kW/h au m².
  • consommation PAC et pompes de puits a été de 39 kWh/m²/an pour une production de 66 kWh/m² en chauffage et de 81 kWh/m² en climatisation.
  • consommation moyenne du bâtiment tout usage confondu 154 kWh/m².
  • Coût de 3,93 € HT au m²/an pour le chauffage et la climatisation. Ces constats ont été effectués par le service R&D d’EDF.
  • Le surcoût de cette installation a été amorti en seulement trois années.
  • les rejets de CO2 ont été réduits de 70%.

* Pompes à chaleur sur nappe phréatique produisant en même temps de l’eau chaude pour le chauffage et de l’eau glacée pour la climatisation.

 

Pour en savoir plus consultez le dossier "climatiser un bureau, un commerce "



Juin 2007

A lire également