Choisir le revêtement de sol adapté à votre plancher chauffant

Accueil > Conseils en chauffage et climatisation > Conseils d'expert > Choisir le revêtement de sol adapté à votre plancher chauffant

La nature du revêtement de sol influe sur la puissance thermique émise par le plancher. D’où le rôle déterminant dans le choix de ce revêtement. Si, a priori, il n’existe aucune véritable contre-indication concernant les revêtements de sol pour l’installation d’un plancher chauffant, certaines précautions sont tout de même à prendre. Et quelques débats demeurent entre les professionnels…

« Il est recommandé d’installer un plancher chauffant avec un revêtement de sol conducteur, indique Michel Gay, directeur technique de Giacomini France, qui a présidé un groupe de travail sur la mise en place du DTU 65.8, relatif à l’installation de ce type de planchers, et qui a participé à l’élaboration de la norme européenne EN 1264 concernant les applications de planchers chauffants/rafraichissants. Ainsi, un carrelage, par exemple, ou de la pierre, seront préférables à une moquette, car ils auront moins de résistance thermique. » En revanche, un débat persiste en ce qui concerne les parquets. Si le Cahier des Prescriptions Techniques du CSTB (« CPT Raf », Cahier du CSTB n° 3164) traitant des planchers chauffants et rafraichissants, recommande de ne pas installer de parquet au-dessus d’un plancher chauffant, certains professionnels considèrent que le risque est minime et affirment qu’hormis les parquets flottants (en raison de la sous-couche nécessaire qui est contraire au principe même de chauffage par le sol), tous les revêtements de sol se prêtent à l’installation d’un plancher chauffant. Toutefois, tout le monde s’accorde à dire que quelques précautions doivent être prises pour ce qui concerne la pose de parquets collés, notamment dans le type de colle utilisé. Dans certains cas, et sous certaines contraintes techniques, l’utilisation d’un plancher rayonnant électrique intégré dans la colle à carrelage peut s’avérer judicieux : cette technique peut, en effet, en cas d’incident, faciliter l’accès aux éléments défectueux.

Attention au mode rafraîchissement

Concernant les revêtements de sol stratifiés, il est tout à fait possible d’en installer sur un plancher chauffant à eau chaude, à condition que les travaux soient effectués en bonne et due forme. Le revêtement de sol stratifié affiche une résistance thermique favorable et permet ainsi une opération particulièrement économique du chauffage au sol à l'eau chaude. La couche isolante doit toutefois être adaptée à ce type de chauffage et la résistance thermique ne doit en aucun cas être trop élevée.
Dans le cas de chauffage électrique au sol il faudra s’assurer au préalable que le revêtement de sols stratifiés choisi est bien adapté à ce système. La température de surface maximale du revêtement stratifié posé ne doit pas dépasser 26 degrés, sinon le risque est grand de voir apparaître gonflements ou bombements des joints peu esthétiques. Une règle d’or à retenir : la pose des stratifiés sur le chauffage au sol électrique doit faire l'objet d'une mise au point préalable par rapport aux schémas électriques.
Ainsi, le plancher chauffant peut convenir à toutes les pièces de la maison, comme le séjour, la cuisine ou la salle de bain. Cependant, attention si vous optez pour un modèle réversible : en mode rafraichissement, quand le plancher se met en absorption et vient pomper les calories présentes à l’intérieur de la pièce, le bois et la moquette sont déconseillés.

Choisir le bon enrobage

Les différentes réglementations indiquent que la résistance thermique des revêtements de sol, y compris leur éventuelle couche de désolidarisation associée (sous couche acoustique par exemple), ne doit pas, dans tous les cas, dépasser 0,15 m² K/W.
Certains industriels ont développé des enrobages de revêtements de sol spécialement conçus pour l’installation de planchers chauffants/rafraichissants. Car la chape d’enrobage joue un rôle majeur dans la performance de ces planchers. Elle sert non seulement de support au revêtement de sol, mais permet aussi d’intégrer et de protéger les générateurs (tuyaux), ainsi que de capter, transmettre et diffuser les flux (chaud/froid) entre les tuyaux et toute la surface du sol. Une conductivité thermique élevée, une faible épaisseur et un bon enrobage garantissent une transmission rapide et homogène du flux de chaleur pour plus de confort et d’économie. Ainsi, une chape liquide ou anhydrite, mélange liquide livré par une entreprise spécialisée, se pose à la place de la dalle béton.

Source : La Chape Liquide, Lafarge.

Dans le système présenté ci-dessus, la conductivité thermique est 2,5 W/m°K, soit deux fois plus élevée qu'une chape classique. En outre, l’épaisseur est réduite, l'enrobage étant de 3 cm au-dessus des tuyaux, contre 4 cm pour les chapes classiques.
Si l’intégration d’un plancher chauffant peut se réaliser sans problème au moment de la construction d’une maison ou d’un bâtiment, cela devient un peu plus complexe en rénovation. Ainsi, si vous souhaitez conserver la dalle existante, l’installateur devra s’assurer que la hauteur du plancher chauffant ne gênera pas l’ouverture des portes. Un système de faible épaisseur comme une chape liquide permet donc d’intégrer facilement cette technologie en rénovation.


EN RESUME

La qualité du revêtement du sol est importante pour le chauffage au sol, car c'est d'elle dont dépend une grande partie des performances de ce système.




Décembre 2007
Construction, rénovation, un projet de chauffage ?

En déposant votre projet, un installateur Proactif proche de chez vous, vous contactera. Véritable spécialiste de la marque Viessmann, il dispose des qualifications utiles et se forme régulièrement sur nos produits afin de vous conseiller au mieux.

Sélectionnez les énergies concernant votre projet

FioulGazPompe à chaleurBoisSolaire thermiqueAutres
Passer à l'étape 2

* : champs obligatoires

A lire également