Chauffage au bois, chauffage bas carbone

Accueil > Conseils en chauffage et climatisation > Conseils d'expert > Chauffage au bois, chauffage bas carbone
Le bilan carbone du bois est controversé. Ce guide permet de remettre certaines vérités en perspectives et de comparer des situations dans leur globalité. Alors, bois, fioul, gaz naturel ou électricité pour votre chauffage ? En dehors de l’aspect financier, voici quelques autres éléments de comparaison.

granulés
De la bûche aux granulés, le bois offre différentes formes de combustible écologique

Le bilan carbone du chauffage bois

La controverse a été lancée par Airparif et portait plus particulièrement sur les feux de cheminée. Le chauffage bois représentait 25% des émissions de PM10, 35% des émissions de PM2.5 et 45% des émissions de PM1. Elles représentent, chacune, le diamètre des microparticules émises.
Une étude démontrait qu’une demi-journée de chauffage au bois équivalait à la pollution d’un véhicule diesel sur une distance de 3.500 km ou d’une voiture essence sur 10.500 km.

Mais s’en prendre au chauffage bois, c’est oublier un certain nombre d’autres éléments et, notamment, le bilan carbone du bois tenant compte de sa replantation, nuance présentée dans le tableau suivant :

Energie chauffage

Emission de Co2

Fioul domestique

300

Electricité selon le calcul des contenus saisonniers*

180

Electricité selon le calcul du contenu marginal*

500 à 600

Gaz naturel

234

Gaz propane

274

Bois non replanté**

355

Bois avec replantation**

13

* le bilan carbone de l’électricité sur le calcul des contenus saisonniers n’est pas remis au goût du jour et ne prend pas en compte certaines données comme le fait que les éoliennes, par exemple, ne tournent pas 24h sur 24 et 7j sur 7.

** de la même façon, la prise en compte d’un bois certifié NF, met en avant la replantation du bois de chauffage, en fonction de la consommation, ce qui diminue considérablement l’émission de Co2. Pour le bois, il faut donc prendre aussi en considération son phénomène de photosynthèse puisque les forêts sont gérées de façon durable et réabsorbent le carbone envoyé par la combustion, et réciproquement.

Car le bilan carbone ne se compose pas uniquement du constat de la combustion, mais aussi de tout ce qui précède, c’est-à-dire son extraction, son raffinage et son acheminement depuis ce lieu d’extraction jusque chez vous. Et, sur ces points, le gaz naturel et le fioul domestique présentent aussi, en tant qu’énergies fossiles, une empreinte carbone également plus élevée, qui augmente du fait de l’éloignement des différents gisements et de la part prise, de plus, par leur transport.


Trouver un installateur Pro!
Trouver un installateur ou un SAV près de chez vous et obtenez gratuitement 3 devis d'installateurs qualifiés pour votre installation de chauffage ou d'eau chaude sanitaire

voir plus >>>

Les nuances entre les différents types de chauffage bois

Mais l’impact écologique n’est pas, non plus, le même selon tous les types de chauffage bois. Entre émission de particules et monoxyde de carbone, il peut recouvrir différents principes.

cheminée
L’impact écologique et esthétique de la cheminée à foyer ouvert

  • En effet, entre un foyer ouvert ou un foyer fermé, l’incidence des émissions de particules n’a rien à voir et ce sont les cheminées à foyer ouvert (celles dont le rendement est moins bon et qui sont en grande partie pour du confort plus que pour du chauffage) qui émettent le plus. Sur un foyer ouvert, l’émission de PM10 se situe à 800 g/GJ, que le modèle soit récent ou plus ancien, alors que, sur un insert, il sera d'environ 600 sur un ancien modèle et de 200 sur un modèle de ces dernières années. Mieux, il sera plutôt de 100 sur un modèle encore plus performant alors que le rendement, au lieu de 10%, se situe plutôt autour de 80%.
  • Si la question est posée en termes de matériel, il est tout aussi évident que plus les chaudières ou les poêles sont de fabrication récente et encore plus basse sera cette émission de particules fines en PM10. Par exemple, sur un modèle de chaudière de 20 ans, l’émission sera autour de 200 g/GJ, passera bien en dessous de 100 pour un modèle de moins de 20 ans et se limitera autour de 20 sur un modèle encore plus récent. Et il serait possible de faire le même constat pour les poêles.

Le tableau ci-dessous présente la norme Flamme verte qui reconnaît la qualité des matériels et présente le rendement maximum des appareils et le maximum toléré en émission de monoxyde de carbone, que ce soit en pourcentage ou en mg/Nm3.

Principe de chauffage au bois

classe énergétique

rendement

émission de monoxyde de carbone

poêle à bûches

6*

75%

0,15%

7*

75%

0,12%

poêle à granulés

6*

86%

0,03%

7*

87%

0,02%

chaudière à chargement automatique

6*

87%

600 mg/Nm3

7*

87%

500 mg/Nm3

chaudière à chargement manuel

6*

87%

450 mg/Nm3

7*

87%

300 mg/Nm3

* Pour information, depuis 2018, les appareils classés 5*, que ce soit des poêles ou des chaudières, ont été retirés du catalogue.

C’est pourquoi le niveau d’équipement joue un rôle essentiel et qu’un accroissement du chauffage bois serait très loin de la crise prédite. Au contraire, sur le seul impact carbone, on a vu qu’il était nul pour le bois, au contraire des énergies fossiles.


Le chauffage préconisé pour les maisons bas carbone

Co2
Le confort durable dans une maison bas carbone

Le meilleur exemple qui pourrait être donné est celui de la maison bas carbone. Pour faire face au développement de Co2, le secteur de la construction, pour une part importante dans les mauvais résultats, avant même les transports, a décidé de se pencher sur ce problème, sachant que chaque mètre carré de construit en neuf correspond à 1 tonne de Co2.

Pour y remédier, certains matériaux sont bannis, tels que le PVC ou le béton, dont l’impact carbone est fort. Mais, ce qui est intéressant, c’est de constater que, pour offrir les meilleures solutions, au-delà d’une exposition bien pensée et d’une isolation bien réalisée, c’est le chauffage au bois qui est préconisé. En effet, se tourner vers des énergies renouvelables et faiblement carbonées élimine les solutions bois et gaz. Tout au plus, est-il possible, pour une maison passive, d’étudier, sinon, de penser panneaux solaires, tout en sachant que ces derniers présentent, eux aussi, une empreinte carbone non négligeable.

Sachant que l’avenir de la construction porte, effectivement, sur le calcul de l’empreinte carbone - que la RT 2020 devrait mieux prendre en compte - et sur la maison passive, il faut commencer à réfléchir sérieusement à la place du bois, demain, dans le chauffage.

Lectures recommandées

Chauffage au bois et particules fines
Chauffage collectif au bois, c’est rentable

Sources et liens utiles

www.viessmann.fr www.vaillant.fr

Pour en savoir plus

Le dossier CHAUFFAGE AU BOIS

Construction, rénovation, un projet de chauffage ?

En déposant votre projet, un installateur Proactif proche de chez vous, vous contactera. Véritable spécialiste de la marque Viessmann, il dispose des qualifications utiles et se forme régulièrement sur nos produits afin de vous conseiller au mieux.

Sélectionnez les énergies concernant votre projet

FioulGazPompe à chaleurBoisSolaire thermiqueAutres
Passer à l'étape 2

* : champs obligatoires

A lire également