Bien sélectionner sa pompe à chaleur

Accueil > Conseils en chauffage et climatisation > Conseils d'expert > Bien sélectionner sa pompe à chaleur
Chauffage, eau chaude sanitaire, le dimensionnement d’une pompe à chaleur ne s’improvise pas. Les dernières générations de pompe à chaleur chauffent jusqu’à 65°C et peuvent assurer la production de l’eau chaude sanitaire avec un rendement (COP annuel) des plus intéressants !

La sélection d’une PAC destinée au chauffage de l’habitation.

Un installateur compétent ne proposera jamais un produit avec, comme unique critère, la surface à chauffer.
Seul un bilan thermique peut définir la puissance à installer même si certains prétendent pouvoir appliquer un ratio de 80 à 100 W au mètre carré, voire de 50 W.
En matière de pompe à chaleur, cette sélection est beaucoup plus délicate qu’avec une chaudière par exemple. En effet, la particularité d’une pompe à chaleur, qui est également son avantage, c’est le COP (coefficient de performance).
Contrairement aux autres appareils de chauffage, une pompe à chaleur dispense plus d’énergie qu’elle n’en consomme. Ce COP peut atteindre et même être supérieur à trois, mais pas dans n’importe quelles conditions.
Les constructeurs de machine indiquent ce coefficient dans leurs documents techniques.

Majoritairement, les fabricants mentionnent un COP pour une température extérieure de +7°C et une température d’eau donnée. Cela revient à dire que si le bilan thermique détermine une puissance nécessaire de 10 kW pour une habitation de 110 m² par exemple, la puissance absorbée par la machine ne sera que de 3,3 kW pour une température extérieure de +7°C.
C’est là que peut se tenir le piège. En effet, le COP baisse avec des températures extérieures plus basses et peut atteindre des coefficients proches de 1 à –2 ou – 3°C.
Comme la puissance absorbée ne varie pas, la puissance dissipée sera alors ramenée à guère plus de 3,3 kW, soit un manque de puissance des deux tiers pour le chauffage de l’habitation.

L’idéal est donc d’exiger la puissance disponible pour une température extérieure de –7°C.
De nombreux constructeurs indiquent ce coefficient pour –7°C.

La performance des machines s’améliore sans cesse et certaines d’entre elles offrent des coefficients acceptables avec des températures négatives.
Cet aspect est moins important lorsque la pompe à chaleur est installée en relève de chaudière. En effet, lorsque la température extérieure est négative, la chaudière traditionnelle prend le relais, mais les avantages liés à la PAC, tant en notion d’économies énergétiques que d’émissions CO2, sont perdus.
Certains professionnels peuvent aussi proposer un appoint électrique pour compenser la perte de puissance des pompes à chaleur par température extérieure négative.
Cette solution peut être acceptable dans l’extrême sud de la France où les températures négatives ne sont que rarement atteintes.
Ailleurs, cet artifice est absolument à éviter si l’on ne veut pas voir exploser sa facture d’électricité.

L’eau chaude sanitaire, une fonction supplémentaire et la nouvelle génération des pompes à chaleur.

Depuis peu, quelques constructeurs fabriquent des pompes à chaleur haute température, autrement dit des machines qui sont capables de chauffer de l’eau à une température de 65°C.
Il n’était guère possible jusqu’alors de dépasser les 50°C et donc de chauffer l’eau chaude sanitaire sans appoint électrique pour des raisons d’hygiène.
En effet, au-dessous de 60°C des risques de contamination bactériologique sont possibles, notamment avec legionella, la bactérie responsable de la légionellose.
Ces nouvelles pompes à chaleur bénéficient des dernières technologies mises au point dans les laboratoires des plus grands constructeurs.
Cela se traduit aussi par des COP beaucoup plus performants et certaines machines sont même commercialisées avec des COP garantis pour des températures extérieures de –15°C.

Bien entendu, ces nouvelles PAC peuvent être utilisées à fortiori pour des installations de chauffage, pour des installation combinées chauffage / eau chaude sanitaire et surtout installées en remplacement de chaudières fioul ou gaz raccordées sur des circuits de radiateurs traditionnels anciens qui n’avaient pas été conçus pour la basse température.

pompe à chaleur haute température
Pompe à chaleur haute température

Dossier sur la pompe à chaleur


Avril 2007

A lire également