Choisir son énergie de chauffage

Gaz condensation et solaire

Deux énergies gaz non concurrentes
Le gaz naturel et le gaz propane (GPL) livrés en citerne, sont deux énergies très proches, peu concurrentes dans le choix de l'utilisateur car on choisira par exemple une citerne propane lorsque le réseau gaz naturel n'est pas existant en voirie.

Comparatif des pouvoirs calorifiques inférieurs et de l' émission de CO2 par rapport au PCI

Gaz naturel PCI =10,42 kWh/m³ Emission de CO2 : 0,200 en kg/kWh
Propane PCI =12,90 kWh/kg Emission de CO2 : 0,240 en kg/kWh
Fioul domestique PCI = 10,08 kWh/l Emission de CO2 : 0,312 en kg/kWh

Choisissez l'énergie du confort
Le gaz propane est l'énergie à tout faire par excellence: chauffage, eau chaude sanitaire, cuisson avec hautes performances énergétiques et environnementales

voir plus >>>

Gaz condensation et solaire : plutôt recommandé !
Rappelons également le principe essentiel de la chaudière à condensation qui permet, grâce à une température de retour d'eau très basse (moins de 55° C), de refroidir au maximum les produits de combustion et de récupérer ainsi en partie, la chaleur latente de condensation de la vapeur d'eau produite par la combustion. En clair, d'obtenir des rendements supérieurs à 100% (sur PCS).

L'énergie solaire thermique peut être utilisée directement pour chauffer un fluide, qui sert à la production d'eau chaude sanitaire ou à la production combinée d'eau chaude sanitaire et de chauffage des locaux.
Associé au gaz, le solaire thermique est une réponse aux attentes du particulier soucieux de participer au respect de l'environnement.

Les solutions associant le solaire thermique et le gaz qui se développent sont les suivantes :
Les solutions individuelles :
- Le CESI, chauffe-eau solaire individuel ou le CESI Optimisé (CESI plus simple)
- Le SSC, le système solaire combiné

Les solutions collectives :
- L'eau chaude sanitaire solaire collective
- Le CESCI, système solaire collectif

Installation solaire
source ATLANTIC

1. Capteurs solaires
2. Ballon de stockage
3. Station Solaire
4. Résistance stéatite
5. Arrivée d'eau froide
6. Eau chaude sanitaire
7. Mitigeur
8. Solution hydrosolaire avec option résistance stéatite
9. Sonde de température
10. Sonde du ballon

Dans une installation solaire-gaz bien conçue, les deux énergies, solaire et gaz naturel, contribuent à la satisfaction des besoins, le solaire étant puisé et récupéré en priorité et le gaz n'intervenant qu'en cas de manque.

Ainsi, dans les systèmes de production d'eau chaude sanitaire solaire collective, on veillera à ne jamais être en surproduction, c'est-à-dire qu'une journée ensoleillée d'été devra au maximum satisfaire les besoins, et pas plus. Cela revient, en moyenne annuelle, à produire la moitié de l'eau chaude grâce à l'énergie solaire. Le complément est assuré par le gaz naturel ou le gaz propane.

Le solaire thermique peut être utilisé dans toutes les régions françaises, aussi bien celles du Nord que celles du Sud. Pour produire la même quantité d'énergie, une installation solaire qui utilisera une surface de 100 m² de capteurs solaires à Toulouse, en comptera 120 m² à Paris.
Globalement, on récupère en métropole 500 à 700 kWh par an et par m² de capteur solaire.

Gaz condensation et pompe à chaleur : la recherche du rendement !
Rappelons que la pompe à chaleur donne un excellent rendement quand l'environnement est à température clémente. C'est pour cela que les COP de PAC à air sont souvent donnés par du +7° extérieur ! C'est aussi pour cela que le crédit d'impôt fixe un COP de 3 pour les PAC AIR/EAU par 7°C extérieur. Cependant lorsque les températures de l'air extérieur descendent au dessous de zéro, ce qui arrivent plutôt facilement en hiver, les COP chutent et la facilité consiste à utiliser un chauffage électrique direct. Et là le rendement annuel ou le COP annuel n'est plus de 3, il peut descendre en dessous de 2 !

L'idéal est donc d'utiliser la pompe à chaleur au-dessus d'une température par exemple de +5°c et d'utiliser une chaudière gaz pendant les jours les plus froids où la température extérieure est inférieure à +5°C. Les 2 générateurs fonctionnent ainsi à leur meilleur rendement et l'utilisateur bénéficie ainsi d'une bi-énergie : gaz et électricité par la PAC. On parle également de pompe à chaleur en relève de chaudière.

En résumé pour le gaz naturel :

Contexte favorable d'utilisation de l'énergie gaz naturel et gaz propane :
Pensez toujours à bien isoler thermiquement votre maison, c'est son « manteau » ! En premier lieu, le plafond et le toit, les murs et vitrages. Même avec une énergie moins chère que l'électricité, économiser du gaz naturel ou du gaz propane est un acte premier pour dépenser moins et un acte durable pour l'environnement.
Soignez également la ventilation avec une VMC hygroréglable ou une VMC double flux avec récupération d'énergie et soignez la perméabilité de la maison en faisant la chasse aux infiltrations d'air.

- Les pertes thermiques sont au préalable réduites, pensons maintenant équipement de chauffage performant!

Dans la construction neuve :

1. Utilisez une chaudière gaz à condensation avec une bonne régulation et programmation.
2. Utilisez de ce fait un système avec radiateurs basse température, voire un plancher chauffant basse température.
3. Maison individuelle avec jardin : possibilité d'intégrer une citerne gaz propane enterrée avec chaudière condensation et émetteurs basse température comme ci-dessus + panneaux solaires pour l'eau chaude sanitaire voire pour le chauffage de la maison, ou encore pour la piscine.
4. Maison individuelle avec jardin : raccordement gaz naturel ou citerne propane avec chaudière gaz condensation + pompe à chaleur géothermie ou aérothermie, soit PAC en relève de chaudière.
5. Maison, ou immeuble de logements avec chaufferie gaz : possibilité d'intégrer une PAC en relève de chaudière(s) collective(s).
6. Pour un appartement ou un immeuble de logements : chaudière murale gaz condensation et eau chaude sanitaire solaire collective si possible et très bonne régulation et programmation.

Dans l'ancien :

1. Chaudière gaz condensation avec bonne régulation/programmation. Emetteurs basse température comme plancher chauffant.
2. Maison existante, ou immeuble de logements avec chaufferie gaz : possibilité d'intégrer une PAC en relève de chaudière gaz.
3. L'eau chaude solaire est également recommandée soit avec un CESI ou un système d'eau chaude sanitaire collective à l'immeuble.
4. Production d'ECS également avec un chauffe-eau thermodynamique.
5. Une très bonne régulation et programmation de chaque usage est nécessaire.

Rappelons que les chaudières gaz à condensation bénéficient de crédit d'impôt de 15%. Des crédits d'impôt sont également possibles pour l'isolation, etc...

Lectures recommandées

Quel chauffage en réno basse consommation ? Chaudière gaz condensation et rendement optimisé


A lire également