Choisir son énergie de chauffage

Energies fossiles: fioul, gaz ...

ThemaClassic
Chaudière gaz murale

Le gaz naturel
Le gaz naturel est moins émetteur de gaz à effet de serre que le fioul, environ 20 à 25% de moins. Les ressources sont encore importantes sur la planète mais son prix à tendance à croître. Il offre un grand confort et une grande souplesse en termes de régulation. L'évolution des chaudières et en particulier des chaudières condensation a permis d'atteindre des rendements supérieurs à 100%. L’énergie gaz naturel demeure un très bon compromis investissement/coût d'exploitation/confort et s'adapte particulièrement bien en complément d'une énergie renouvelable comme le solaire thermique ou la pompe à chaleur (système de chauffage de pompe à chaleur et relève de chaudière

Le propane
Cette énergie gaz, appelée également GPL (gaz de pétrole liquide), offre l'avantage d'être stockable en citerne aérienne ou enterrée. Elle permet une combustion relativement propre comme le gaz naturel. Le propane donne lieu comme le gaz naturel à des rendements importants quand on utilise des chaudières à condensation. De même, le propane est une énergie souple très pratique pour être le complément idéal d'une énergie renouvelable solaire, pompe à chaleur, bois, .... Le propane n'est pas concurrent de l'énergie gaz naturel car il se justifie pleinement quand il y a une incompatibilité ou une absence de gaz en voirie, il est plus concurrent de l’énergie fioul puisqu’il est stockable. Le concept de gaz propane en réseau permet même d'alimenter un groupe de logements et d'ensembles à partir d'une citerne propane centralisée, la plupart du temps enterrée pour des questions d'esthétique.

Choisissez l'énergie du confort
Le gaz propane est l'énergie à tout faire par excellence: chauffage, eau chaude sanitaire, cuisson avec hautes performances énergétiques et environnementales

voir plus >>>

L'énergie fioul
L'énergie fioul est plutôt décriée car elle est considérée comme responsable en partie du réchauffement climatique comme les autres énergies fossiles. Le fioul a eu un prix économique et plutôt stable par le passé et les chaudières fioul ont fait d'énormes progrès au cours des quarante dernières années, tant au niveau des brûleurs que des chaudières elles-mêmes avec l'avènement des chaudières modulantes, des chaudières à haut rendement et des chaudières à condensation. Dans les années 1965, on estime que les rendements étaient d'un peu plus de 50%, ils sont de plus de 90% aujourd'hui, de 104% pour une chaudière fioul condensation. Ce qui signifie que la consommation de fioul pour chauffer une maison a diminué de 40% et les émissions de gaz à effet de serre aussi. De plus, la qualité des carburant Fioul Domestique utilisés pour les chaudières a été nettement améliorée notamment avec un taux de soufre de plus en plus bas.
Le chauffage central au fioul permet la diffusion d'une chaleur homogène sans assécher l'air ambiant. Il est souple d'utilisation en termes de stockage, de régulation et de production d'eau chaude sanitaire. Il peut et doit de plus en plus se coupler à des énergies renouvelables, comme le solaire ou la pompe à chaleur, en relève de chaudière, et c'est là que se situe son avenir. Rappelons que la durée de vie d'une chaudière fioul est de 20 à 30 ans.
Inconvénient : on en consomme plus que l'on ne découvre de gisement donc son prix a tendance à augmenter car la demande énergétique est de plus en plus importante au niveau français, européen et mondial.

L'électricité
L'énergie électrique est considérée comme l'énergie phare de notre pays, du fait du choix politique qui a été fait de produire notre électricité grâce au nucléaire. La part de l'électricité d'origine nucléaire est passée de 76,8% en 2000 à 78,4% en 2006. Il faut savoir que l'électricité d'origine nucléaire ne suffit pas à assurer la demande en électricité en hiver, on doit avoir recours à de l'électricité d'origine thermique, essentiellement charbon, donc pourvoyeuse de gaz à effet de serre.

L'énergie d'origine nucléaire devrait connaître un nouveau souffle dans les décennies à venir avec la construction des EPR (réacteur à eau pressurisée), le premier à Flammanville. L'électricité a donc un avenir certain en France. Les chaudières électriques basse température devraient connaître un essor, elles sont peu chères à l'achat, on peut les coupler à un plancher chauffant hydraulique avant d'envisager une pompe à chaleur plus coûteuse.

Le gros potentiel demeure dans l'utilisation de pompes à chaleur fonctionnant à l'électricité avec des rendements COP de 3 voire plus. Soit des concepts de géothermie ou d'aérothermie utilisant des énergies renouvelables : la chaleur du sol, de l'air, des nappes phréatiques. La France peut ainsi passer du "tout électrique direct" à la "pompe à chaleur" avec un bilan d'autant plus efficace que les besoins sont en diminution du fait des nouvelles normes BBC (Bâtiment Basse Consommation et RT 2012) limitant la demande de consommation à l'année et par m² (en moyenne 50 kWh/m²/an pour le neuf et 80 kWh/m²/an pour la construction existante transformée en BBC).

Tableau comparatif électricité, fioul, gaz

Electricité Fioul Gaz
Investissement de départ
Coût de l’énergie
Coût d’entretien
Durée de vie
Installation
Utilisation
Possibilités de programmation
Possibilités en déco
Adaptation avec les EnR
Possibilités de climatisation
Bilan écologique
Pérennité de l’énergie
Faible à moyen
Elevé
Faible
Elevée
Facile
Facile
Oui
Large
Oui
Oui
Relativ.favorable
100 ans
Plus élevé
Moyen
Moyen
Selon entretien
Délicate
Facile
Oui
Large
Oui
Non
Défavorable
40 ans
Plus élevé
Moyen
Moyen
Selon entretien
Délicate
Délicate
Oui
Large
Oui
Non
Défavorable
60 ans

A lire également