Pour bien installer un poêle à granulés

Accueil > Conseils en chauffage et climatisation > Comment faire > Pour bien installer un poêle à granulés
Le bois est un combustible à la fois économique et écologique. Conditionné en pellets, il permet d’alimenter le poêle à granulés et de fournir une excellente solution de chauffage d’appoint. Divisez par deux votre facture énergétique avec cet équipement abordable et simple à installer.

feu granulés
Des granulés (ou pellets) pour le chauffage bois : c’est une sécurité pour la qualité du combustible bois

Le poêle à granulés : présentation

Autrement appelé poêle à pellets, le poêle à granulés se décline en diverses puissances. Equipement de nouvelle génération, il est en mesure de s’adapter à vos besoins de chauffe. Pour ce faire, l’appareil gère la combustion de manière autonome. En effet, il n’est pas nécessaire de le relier à votre chauffage central.
Pour son alimentation en combustible, à savoir les pellets, les modèles les plus automatisés sont même capables de gérer leur distribution en granulés via un système de vis sans fin. Après réglage, votre seule intervention consiste alors en un rechargement en combustible.
En règle générale, les appareils requièrent un raccordement électrique. Toutefois, leur consommation annuelle s’avère très faible.
En termes de rendement, le poêle à granulés est extrêmement efficace puisqu’il permet une combustion quasi complète.

Trouver un installateur Pro!
Trouver un installateur ou un SAV près de chez vous et obtenez gratuitement 3 devis d'installateurs qualifiés pour votre installation de chauffage ou d'eau chaude sanitaire

voir plus >>>

Les différents types de poêles

 granulés chauffage bois
Des granulés (ou pellets) pour le chauffage bois : c’est une sécurité pour la qualité du combustible bois

Types de poêle

Caractéristiques

ventilés ou convection forcée

  1. puissance de ventilation généralement réglable : de 1 à 5
  2. le ventilateur pulse la chaleur loin du poêle
  3. peut générer une légère nuisance sonore
  4. installation dans le coin de la pièce
  5. à placer face à l’espace ouvert
  6. offre une chaleur plus homogène

convection naturelle

  1. version silencieuse
  2. adaptée à une maison compacte
  3. implantation centrale

canalisables

  1. version adaptée aux espaces cloisonnés
  2. les gaines ventilées permettent d'acheminer l'air chaud vers différentes pièces
  3. appareil émettant quelques nuisances sonores de par le ou les ventilateurs présents

Différents types de poêles existent. Ils offrent diverses caractéristiques que nous détaillons dans le tableau ci-dessous.

Les précautions à prendre

Les travaux d’installation
Tout d’abord, un des éléments incontournables à prévoir sera l’évacuation des fumées. En effet, lors de sa combustion, le bois émet des fumées qu’il est nécessaire d’évacuer selon des normes de sécurité bien particulières. Les normes de sécurité imposent ainsi que le conduit soit tubé ou maçonné.

En termes de ventilation, il faudra prévoir un système réellement adapté à votre poêle et, plus particulièrement, à son mode de convection comme vu dans le tableau de présentation des différents types de poêles.

Enfin, c’est votre installateur qui saura sélectionner le type, la puissance et l’emplacement les plus pertinents pour votre appareil, notamment en fonction du volume à chauffer et de la configuration des lieux. Ce professionnel sera d’ailleurs idéalement certifié Qualibois ou RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).

La qualité des combustibles
Les granulés de bois, ou pellets, sont des combustibles fabriqués à partir des déchets qui proviennent de l’industrie du bois. Ce sont en effet les copeaux et la sciure de bois qui permettent de les confectionner.
Le résultat est un combustible écologique qui, lors de sa combustion, offre un rendement maximal puisque, comme précisé dans un précédent paragraphe, la combustion est presque totale. Afin de bien sélectionner vos consommables, orientez-vous plutôt vers des granulés assortis de la certification NF. Cette norme garantit à la fois la pérennité de ce mode de chauffage mais aussi le renouvellement du parc forestier. En outre, la NF est la garantie d’un produit sans adjuvants nocifs et d’un bois sec.

L’entretien
A l’instar des cheminée et des inserts, le poêle à granulés nécessite un entretien bien spécifique. Cet entretien sera de deux ordres, le premier régulier et le second annuel.

Concernant l’entretien régulier, il s’agit simplement d’alimenter l’appareil en granulés d’une part (à moins que vous ne possédiez un modèle à rechargement autonome) et, d’autre part, nettoyer le bac à cendres. Cette action est à répéter tous les 3 ou 4 jours. Par ailleurs, il faudra aussi veiller à ce que la vitre et le brasero soient propres pour une meilleure rentabilité de fonctionnement. Il est, pour cette opération, conseillé de s’équiper d’un aspirateur à bidon.

 Ramonage cheminée
Ramonage d’un conduit de cheminée : sécurité de votre cheminée et conformité de votre assurance habitation

Pour ce qui est de l’entretien annuel, celui-ci est obligatoire. Il s’agit cette fois de procéder au ramonage du conduit d’évacuation. Le premier ramonage sera à faire avant le début de saison de chauffe, soit vers le début de l’automne. Le deuxième sera effectué pendant la période de chauffe. En outre, vous devrez prévoir une visite d’entretien durant laquelle un contrôle minutieux de l’appareil va être réalisé : démontage des façades, nettoyage des sondes, aspiration de la réserve en vu de faciliter l’écoulement des granulés, le nettoyage des échangeurs, le remplacement des joints (tous les 1 à 2 ans), le contrôle de l’extracteur et de ses ailettes, le nettoyage des déflecteurs.

Comment choisir son poêle à granulés ?

Entre puissance et réglages, l’apport d’un professionnel sera toujours idéal au moment de choisir votre poêle. Toutefois, vous pouvez déjà vous appuyer sur les quelques informations suivantes.

Puissance

Informations

Puissance maximale

Cette puissance est fonction de :

  1. le niveau d'isolation
  2. le tirage
  3. la surface à chauffer
  4. la température de consigne demandée
  5. la situation géographique

Si chaque situation offre ses particularités, il reste possible de prendre les bases suivantes :

  1. maison rénovée ou disposant de la RT 2005 : 100 W pour 1 m² (pour une maison de 100 m², prévoir un poêle de 10 kW)
  2. maison disposant de la RT 2012 : environ 60 W par m² (pour une maison de 100 m², prévoir un poêle de 6 kW)

Cette puissance est définie par l’installateur qui prendra en compte le besoin de chauffe, y compris lors des journées les plus froides de l’année.

Puissance minimale
ou
Ralenti

En termes de ralenti, pour obtenir une régulation optimale, il faudra prévoir la plus large amplitude de puissance possible.
Ainsi, le poêle, selon la température de consignes qui lui est indiquée, est en capacité de réguler sa puissance jusqu’à atteindre son ralenti.
Pour exemple, si vous optez pour un ralenti élevé (soit autour de 5 ou 6 kW), vous pourriez vous créer un certain inconfort puisque le poêle pourrait continuer de chauffer au lieu de simplement maintenir la bonne température. Avec un ralenti bas (soit autour de 2 kW), le poêle peut alors maintenir, sans à-coups, la température. Par ailleurs le ralenti bas permet de limiter les allumages et extinctions de l’appareil et réduit la vitesse d’usure de la bougie d’allumage.

Lectures recommandées

Poêles bois et cheminées : un bon entretien est synonyme de performance énergétique
Installation d’un poêle à granulés

Sources et liens utiles

www.viessmann.fr www.vaillant.fr

Pour en savoir plus

Le dossier CHAUFFAGE AU BOIS

Construction, rénovation, un projet de chauffage ?

En déposant votre projet, un installateur Proactif proche de chez vous, vous contactera. Véritable spécialiste de la marque Viessmann, il dispose des qualifications utiles et se forme régulièrement sur nos produits afin de vous conseiller au mieux.

Sélectionnez les énergies concernant votre projet

FioulGazPompe à chaleurBoisSolaire thermiqueAutres
Passer à l'étape 2

* : champs obligatoires

A lire également