Les règles de sécurité pour le chauffage au bois

Accueil > Conseils en chauffage et climatisation > Comment faire > Les règles de sécurité pour le chauffage au bois
L’utilisation du bois comme mode de chauffage n’est pas anodine. Deux risques majeurs existent : les risques d’incendie et l’émission de substances polluantes, inhérente à la combustion. En suivant quelques règles simples, il vous sera possible d’utiliser votre chauffage au bois en toute sécurité. Outre une installation réalisée par un professionnel qualifié, vous devrez vous assurer d’un bon entretien de votre système.

Un bon conduit de fumée

Les appareils indépendants (inserts, foyers fermés, poêles) nécessitent quelques opérations légères, mais régulières : décendrage, nettoyage de la vitre, de l’intérieur de la hotte, des grilles d’air chaud, vérification périodique de l’appareil.

En outre, la qualité du tirage (mouvement ascensionnel des gaz chauds dans un conduit de fumée) est primordiale pour le bon fonctionnement d’un appareil de chauffage au bois.
Elle dépend :

  • du raccordement de l’appareil au conduit de fumée. Il faut éviter les coudes à 90° et les portions horizontales supérieures à un mètre. Il faut prévoir une isolation et un démontage facile pour les nettoyages ;
  • des caractéristiques du conduit :
    • une bonne isolation thermique ;
    • une hauteur suffisante et un débouché correct au-dessus du toit (dépassement du faîtage d’au moins 40 cm) ;
    • une section convenant à l’appareil raccordé ;
    • un profil régulier sans changement brutal de section ni de direction ;
    • une bonne étanchéité ;
    • une trappe de ramonage accessible.

Le conduit de fumée peut être en terre cuite, en briques, en béton ou métallique. Il peut avoir une double paroi avec un isolant intercalé. Il ne doit être raccordé qu’à un seul appareil.


source ADEME

La pose d’un insert contraint au respect des règles essentielles de sécurité :

  • enlever tous les matériaux combustibles ou dégradables ;
  • fermer l’ancien avaloir par une partie maçonnée pour éviter l’accumulation de suie [A] ;
  • protéger et isoler les parois recevant l’appareil [B].


source ADEME

L’encrassement d'un conduit ou d'un appareil de chauffage du fait du dépôt de goudrons sur les parois peut se produire si le conduit de fumée ne permet pas une évacuation rapide des gaz de combustion. Pour éviter leur dépôt de bistre et de goudron, il faut limiter le refroidissement excessif des fumées :

  • en isolant soigneusement le conduit [C] ;
  • en brûlant du bois bien sec.

Faites ramoner vos cheminées et vos chaudières

Les conduits de fumées doivent être ramonés au moins deux fois par an.
C’est primordial pour votre sécurité, et c’est obligatoire ! Et à chaque fois, demandez un certificat de ramonage.
Attention! Un ramonage chimique ne remplace pas un ramonage mécanique.

Concernant les chaudières, des dispositifs de sécurité évitent les risques de surchauffe, dus à une montée trop forte en température de l’eau.
Ils permettent de dissiper la chaleur et préservent des effets de la surpression dans le circuit (vase d’expansion ouvert ou fermé).
Un système de recyclage est nécessaire pour protéger la chaudière du retour d’une eau de chauffage trop froide.
Un circulateur de recyclage ou une vanne thermostatique peuvent jouer ce rôle.

Les chaudières exigent les précautions suivantes :

  • les nettoyer complètement et vider le magasin en fin de saison de chauffe ;
  • sans ballon-tampon, ne pas les utiliser pour produire de l’eau chaude sanitaire en été ;
  • laisser leur porte ouverte pendant l’été.

Des fumées polluantes

Si la combustion du bois de chauffage génère moins de polluants que celle des énergies fossiles (gaz, fioul, charbon), elle n’en est pas pour autant inoffensive.

Comme toutes les pollutions, celle du bois génère du dioxyde de carbone (CO2), connu pour son effet de serre.
Toutefois, la quantité de CO2 rejetée dans l’atmosphère est identique à celle captée par l’arbre lors sa croissance.
Dans ce cas le bilan de rejet de carbone est donc neutre pour l'environnement.

Autre émission : le dioxyde de soufre, responsable en partie des pluies acides) est moins importante que pour le fioul ou le charbon, mais plus importantes que pour la combustion du gaz. Les poussières demeurent les émissions les plus significatives.

Ces microparticules peuvent être à l’origine de maladies respiratoires. Certaines contiennent même des éléments cancérigènes (métaux ou hydrocarbures aromatiques). Pour limiter ces émissions, il convient d’utiliser du bois bien sec. L’humidité diminuant la température de combustion, elle empêche du même coup la dégradation de toutes les particules du bois.

Des foyers, inserts et chaudières au rendement élevé (70 % minimum), utilisés à leur puissance nominale, garantissent la dégradation d’un maximum de particules.

Des solutions existent pour pallier ce problème. Les foyers (foyer fermé ou poêle) à catalyse permettent de brûler les fumées avant qu’elles ne s’échappent de l’appareil. Un inconvénient toutefois : le rendement de ces appareils a tendance à diminuer dans le temps. On doit donc les remplacer régulièrement, tous les cinq ans en moyenne.

Par ailleurs, des électrofiltres, technique issue des installations industrielles, équipent depuis peu certains systèmes de chauffage au bois domestiques. Le principe ? Une électrode produit une tension qui déclenche une réaction d’ionisation. Les ions gazeux produits transmettent leur charge électrique aux particules contenues dans les fumées : elles s’agglomèrent sur les parois du conduit et sont évacuées lors du ramonage.

Un seul fabricant propose pour le moment ce principe, qui, selon lui, permet de faire passer les émissions d’une chaudière à granulés de 19,5 à 2,7 mg/m3. Une affaire à suivre…

Pour en savoir plus : dossier "CHAUFFAGE AU BOIS "




Janvier 2008
Construction, rénovation, un projet de chauffage ?

En déposant votre projet, un installateur Proactif proche de chez vous, vous contactera. Véritable spécialiste de la marque Viessmann, il dispose des qualifications utiles et se forme régulièrement sur nos produits afin de vous conseiller au mieux.

Sélectionnez les énergies concernant votre projet

FioulGazPompe à chaleurBoisSolaire thermiqueAutres
Passer à l'étape 2

* : champs obligatoires

A lire également