Une ventilation de qualité

La qualité de l'air intérieur nous intéresse au plus haut point autant que les économies d’énergie que pourrait produite le meilleur système de ventilation. A l’extrême une absence de ventilation ne consommant aucune énergie de chauffage serait des plus préjudiciables pour notre santé et pour la préservation du bâti. Les économies d’énergie oui, mais pas au détriment de notre santé.

Un citadin passe environ 22h/24 dans un environnement fermé, à la maison, au bureau, dans sa voiture ou les transports en commun. Ses poumons offrent une surface d’échange d’environ 90 m² et traitent 15 000 à 20 000 litres d’air chaque jour. La qualité de l’air intérieur est donc prépondérante pour sa santé.

Polluants
Taille des particules
Acariens 200 à 500
Cheveux 50 à 100
Pollen 5 à 500
Brouillard 5 à 30
Suie 2 à 20
Bactérie 0,1 à 15
Virus < 0,1



La maison : source de pollution intense


Une maison n’est pas parfaitement étanche, la pollution extérieure pénètre à l’intérieur. Il s’agit principalement de gaz et de particules provenant de la circulation routière et de l’activité industrielle. À cela s’ajoute la pollution produite dans le logement. La fumée de tabac est un excellent exemple, les appareils à flamme vive aussi (poêle, cheminée, gazinière, …), les poils de nos animaux domestiques, …. L’air intérieur est un cocktail de gaz, comme le dioxyde de soufre, le monoxyde de carbone, l’oxyde d’azote, l’ozone, le radon. Il est complété par des produits chimiques regroupés dans la famille des COV ou composés organiques volatils, tels le benzène, le chlorure de vinyle, les éthers de glycol, le formaldéhyde, … L’air transporte enfin de très nombreuses particules en suspension les PES, plus ou moins grosses, comme les poussières, les bactéries, les moisissures, les allergènes de plantes ou d’animaux, les fibres végétales ou minérales (amiante, …), le plomb, les poussières inertes, etc.

Attention également au phénomène inverse car la maison est un tel foyer d’activité que l’air à l’extérieur peut devenir plus propre qu’à l’intérieur. Ainsi une mauvaise qualité de l‘air intérieur affecte en premier lieu les sujets sensibles, comme les allergiques asthmatique ou autres, ceux qui souffrent d’une affection cardio-vasculaire, les jeunes enfants ou les personnes âgées. Mais nous sommes tous concernés par des baisses d’attention, des irritations, physiques et nerveuses, de la somnolence. Plus grave, certains composés favorisent le cancer ou des maladies invalidantes (amiante, plomb, …).


Comment atteindre qualité d’air et performance énergétique ?
Pour réduire la concentration en polluants et améliorer la QAI - Qualité d'Air Intérieur - vous devez avoir à l’esprit les 3 axes suivants:

1 . En premier lieu, orientez votre projet neuf ou de rénovation pour une ne maison et un chauffage à haute performance énergétique

Limiter les émissions avec un système de chauffage performant et régulièrement contrôlé qui émet peu de composés toxiques. Les émetteurs radiants ou le plancher chauffant sont ainsi préconisés au détriment des émetteurs convecteurs.
Bien évidemment, plus la maison est isolée, et plus réduit sera son système de chauffage.


2 . Une ventilation performante filtre l’air et récupère les calories

La ventilation doit être générale et permanente comme le décret du 24 mars 1982 le demande. Les systèmes de VMC simple flux mettent en dépression la maison, aspirent les polluants extérieurs, créent des ponts phoniques dans les menuiseries souvent en double vitrages, etc, … Pour allier performance énergétique et qualité d’air, optez pour une installation de VMC double flux. Une VMC double flux évite de faire remonter des gaz extérieurs comme le radon présent naturellement dans le sol et qui peut s’infiltrer dans la maison.
Les caissons de VMC double flux sont désormais proposés avec des échangeurs de récupération d’énergie de sorte que l’air introduit est réchauffé par l’air extrait via un échangeur.

Les puits canadiens également évoluent. La nouvelle génération de puits canadiens à eau glycolée est pour cela très sécurisante car les réseaux de gaines enterrés et qui pouvaient provoquer un risque vis-à-vis du radon, sont alors remplacés par un réseau serpentin de tubes enfouis dans lesquels circule une eau glycolée. Ce fluide caloporteur récupère l’énergie de la terre et la restitue au réseau de ventilation double-flux de la maison.

Puits canadien avec capteurs d'eau glycolée


LEGENDE:

1 - Batterie d'échange en caisson double peau isolé avec raccord d'écoulement de condensats. Raccordements aérauliques avec double joints à lèvres. Sens de l'air réversible par inversion du filtre (G3).

2 - Pompe à circulation montée dans une coque d'isolation en mousse expansion. Avec vase d'expansion et groupe de sécurité.

3 - Régulation en fonction de la température ext., avec boitier de commande pour fonctionnement manuel.

4 - Conduit d'eau glycolée en PE (32 x 2,9 mm). Longueur 100 m avec raccords et bidon de 20 litres de glycol éthylène.


3 . Optez pour une aspiration centralisée surtout si vous devez faire construire ou vous lancer dans une réhabilitation lourde.

C’est un concept beaucoup plus efficace que votre aspirateur dit traineau qui rejette sans que vous vous en rendiez compte les petites poussières, les plus contraignantes pour les personnes sensibles aux allergies par exemple. Si votre maison est équipée d’une aspiration centralisée, cela permettra d’enlever les poussières sans les remettre en suspension dans l’air. Ce concept est désormais largement diffusé en France.






EN RESUME

La ventilation doit au préalable être au service de l’individu pour lui apporter une qualité d’air propre à sa santé et à son confort. Ensuite, elle doit répondre à des critères de performance énergétique. Les systèmes double flux avec récupération d’énergie sont les mieux placés eu égard à ces objectifs. N’oublions pas d’être exigeant également dans l’isolation thermique du bâti qui, ainsi, ne nécessitera que peu de besoins de chauffage. Enfin, soyons vigilants sur nos comportements à l’intérieur de la maison qui nécessite sa propre hygiène afin de ne pas être insupporté par les polluants.




Sources et liens utiles

www.aldes.fr
www.air-intérieur.org
www.helios-fr.com
www.atlantic-ventilation.com

www.xpair.com








Pour en savoir plus : dossier
VENTILATION ET PUITS CANADIEN

Réponses sur : « ventilation et qualité d’air »

A savoir : « ventilation, santé et confort »



Décembre 2008

A lire également