Une solution gaz et solaire : un choix intelligent

Accueil > Conseils en chauffage et climatisation > Chronique technique > Une solution gaz et solaire : un choix intelligent
Associer une énergie renouvelable comme le solaire à une énergie à préserver comme le gaz est un compromis technique, économique et écologique intéressant à long terme.

Consommer du solaire ne coûte rien, comparé à ….


Solaire passif

L'utilisation de l'énergie solaire n'en est qu'à ses débuts. Consommer moins de 50 kWh/m² et construire du BBC ou réhabiliter des bâtiments ou maisons basse consommation, demande de passer par une énergie renouvelable. Le solaire est une EnR à privilégier car il peut s'accumuler dans toutes les régions de France et ainsi subvenir aux besoins d'eau chaude sanitaire en priorité et assurer un soutien au chauffage par la même occasion.

Qu'est ce qui nous en empêche ?

  • Le prix ou la rentabilité ?

Est-ce que nous nous posons la même question pour la construction d'une piscine ? pour l'achat d'un meuble de rangement, d'un beau poste de TV à écran plat ? pour une consommation de cigarette annuelle atteignant dans bien des cas plus de 1000 euros/an, soit sur 10 ans, 10000 euros + de probables ennuis de santé ? Non bien évidemment ! Nous sommes plus sévères et exigeants sur certaines dépenses et sur d'autres, nous ne faisons aucun calcul. Oui, le calcul budget cigarettes est étonnant, mais il est vérifiable avec un rythme d'un paquet par jour à 6 euros, sur 365 jours, nous atteignons 2190 euros (Oups !)

Avec nos dépenses d'énergie, nous devons être moins laxistes et nous dire que le choix de notre système de chauffage est durable sur une période de 21 ans. Et si nous payons 5 à 8000 euros plus cher notre installation de chauffage avec énergie solaire, c'est une dépense qui dépasse la notion de simple rentabilité; en effet, si nous appliquons le calcul de temps de retour (que nous allons trouver autour de 7 ans, donc un peu dissuasif), alors appliquons la rentabilité « temps de retour » à chacune de nos dépenses !
Par conséquent, le frein essentiel, ce n'est pas le prix ou le surcoût d'une énergie renouvelable comme le solaire, surtout que celui-ci bénéficie du crédit d'impôt et d'autres avantages (PTZ+, ANAH, prêts bonifiés, …). Le frein c'est nous-mêmes, c'est le changement de culture ou la résistance au changement, si vous voulez.

  • La qualification des installateurs ?

Elle est un inconvénient si l'on se hasarde à confier son installation solaire à n'importe qui. Or, il existe désormais pléthore d'installateurs formés, qualifiés qui maîtrisent l'installation et l'entretien d'une installation solaire. Ce qui était un frein hier, ne l'est plus aujourd'hui.

Les réseaux sont là et sont désormais organisés.




Le solaire nécessite toujours une énergie d'appoint. Le gaz est avantageux

Après ce plaidoyer pour le solaire, il reste à fournir dans tous les cas un complément d'énergie. C'est l'énergie d'appoint qui permet en cas de manque d'ensoleillement, d'assurer les pointes de demandes tant pour l'énergie nécessaire à l'eau chaude sanitaire que pour le chauffage. Pour ces pointes ou ces compléments temporels, l'énergie gaz bénéficie d'une flexibilité d'usage bien appropriée à une combinaison avec le solaire.

La chaudière gaz associée à des panneaux solaires thermiques fonctionnera ainsi :

  • Le solaire est utilisé en priorité et remplira le ballon tampon d'eau chaude. Ainsi sera programmée la régulation,
  • En cas d'insuffisance d'ensoleillement , la chaudière gaz assurera les pointes et compléments de demandes de chauffe.


Chaudière solaire


La combinaison système « chaudière + solaire » est simple et efficace dans toutes les régions de France. Elle conduira à des économies de l'ordre de 50% en moyenne (cela dépendra de la couverture solaire, de la substitution des usages ECS et chauffage, …).

L'appoint énergie gaz est également avantageux en termes de bilan énergétique d'énergie primaire ; c'est l'énergie primaire qui est la référence pour tout document réglementaire, comme le DPE, soit le Diagnostic de Performance Energétique, la réglementation RT 2112, les labels Effinergie®, les labels BBC, ….

L'avantage de l'énergie gaz, sans parti pris, est qu'elle bénéficie d'un coefficient de conversion de 1, comparativement par exemple à l'électricité qui présente un coefficient de 2,58. L'énergie primaire par rapport à l'énergie consommée représente ainsi l'énergie à l'origine, ou l'énergie à la source. On considère ainsi que pour produire 1 kWh en électricité chez vous dans votre maison, il faut prévoir 2,58 kWh à l'origine à la source.

Or, l'énergie gaz possède un coefficient de conversion de 1. Le cas pratique est de lier cette notion à l'obtention par exemple du label BBC.
Si je dois respecter 50 kWh(ep)/m².an – ep = énergie primaire pour mon logement BBC, en énergie consommée ou énergie finale, le seuil sera de 50/2,58 = 19 kWh(ef) en électricité et de 50/1 = 50 kWh(ef) avec l'énergie gaz. Par conséquent, osons le dire, un coefficient de conversion avantage le gaz et tous les effets dérivés associés : obtention des aides, primes, conformité réglementaires, DPE, ….




Sources et liens utiles

www.elmleblanc.fr
www.chaffoteaux.fr
www.viessmann.fr
Le guide chaudière à condensation
Chronique chaudière à condensation


Pour en savoir plus : dossier
« CHAUFFAGE GAZ A CONDENSATION »


Septembre 2011

A lire également