Rénovation d'une maison zéro énergie, c'est possible!

Accueil > Conseils en chauffage et climatisation > Chronique technique > Rénovation d'une maison zéro énergie, c'est possible!
Rénover une maison pour un objectif « énergie zéro » est possible si l'on applique les mêmes règles que pour le neuf.

La réglementation sur l'existant a un temps de retard sur le neuf puisqu'elle date de 2007, alors que pour le neuf nous sommes confrontés à la RT 2012. Cela peut paraître paradoxal sachant que le patrimoine immobilier existant est largement supérieur au patrimoine neuf et qu'en termes d'efficacité énergétique, il est plus que défaillant et déperditif.
Néanmoins, nombre de biens sont acquis dans le patrimoine existant pour des raisons liées à l'architecture, au caractère de l'immeuble, ou à l'ancienneté de la maison. La construction ancienne « ou l'existant » est de plus acquis pour être rénové. Elle mérite ainsi une attention plus grande que la construction neuve et un objectif « zéro énergie » autant que pour le neuf. Comment faire ? Quels procédés mettre en œuvre ? … Cette chronique vous donne les pistes !

Une rénovation « énergie zéro » ?

Etude BBC

Obtenir une rénovation « énergie zéro » demande de se donner les mêmes objectifs techniques et énergétiques que pour une maison neuve :

  1. Bio-conception,
  2. Isolation renforcée et étanchéité à l’air,
  3. Systèmes de chauffage et de production d’eau chaude performants,
  4. Régulation et optimisation énergétique avec une automatisation type domotique,
  5. Utilisation d’appareils ménagers de classe A+

La bio-conception s'adapte facilement à la rénovation

Chauffage maison

Ce concept de bio-conception est trop souvent attribué à la construction neuve. Sans pour autant que l’on envisage attentivement les possibilités d’adapter les mêmes principes à une rénovation de maison existante. Planter de la végétation pour qu’elle fasse office d’ombre en été et laisse passer le soleil est tout à fait possible. Utiliser les systèmes d’occultation par volets persiennes sera amplement meilleur sur le plan du confort d’été que de mettre en œuvre des volets roulants. Rappelons-nous que les vieilles bâtisses et constructions existantes étaient déjà construites ainsi par nos aïeuls. A titre d’exemple caricatural, on reconnaît la vraie maison provençale dans le midi au platane qui est planté devant la maison. La fausse maison provençale n’a aucun arbre devant. Au mieux on y trouve parfois un auvent au rez-de-chaussée et des volets roulants sur les fenêtres : complètement inefficaces pour le confort d’été. Au pire un climatiseur car l’ensoleillement direct en été met en inconfortable surchauffe le séjour et la maison.

De même l’inertie des murs et planchers est souvent résidente dans la maison ancienne. Il est inutile de renforcer la masse thermique qui existe déjà.

L'isolation thermique, l'étanchéité à l'air et la ventilation : les postes clefs !

Isolation thermique, ventilation, étanchéité à l'air : voici les 3 postes principaux à prendre en compte dans l’existant qui en fait défaut.

L’isolation thermique est le premier poste délicat à mettre en œuvre en rénovation thermique dans l’existant.
Les épaisseurs d’isolant de 16 cm sur les murs poseront des problèmes de jonctions et de raccordements avec les menuiseries par exemple.  L’isolation plancher bas ne sera pas toujours aisée. Rajouter 10 cm d’isolant demandera de casser des vieilles chapes. Sans doute devra-t-on passer par une double isolation en sous face de dalle en vide sanitaire et sur la dalle…. Ensuite, isoler avec  35 cm d’isolant en combles ne sera pas toujours facile, sauf à utiliser une isolation projetée. Enfin, restera le problème des ponts thermiques au niveau des jonctions de dalles et murs de façade. C’est le point faible de l’isolation thermique par l’intérieur en rénovation que seule l’isolation par l’extérieur peut neutraliser. Or cette dernière n’est pas facile à mettre en œuvre selon les architectures des maisons anciennes. Néanmoins, vous pourrez également mixer les types d’isolations en privilégiant par exemple l’isolation par l’extérieur pour certains murs extérieurs (exemple les murs pignons, les murs au nord qui conserveront ainsi une bonne inertie thermique pour le confort d’été, ..) et mixer avec une isolation intérieure pour les autres murs extérieurs

Par ailleurs, si  l’isolation thermique est renforcée, il faudra veiller à ne pas « casser » l’inertie dont disposait la maison. Pour cela on évitera des doublages isolants avec en parement une simple BA 13. On préfèrera la contre cloison avec une planelle brique de 70 mm. 

Autre défaut à palier dans l’existant : la ventilation et l’étanchéité à l’air et aux infiltrations.
Pour respecter la perméabilité à l’air, il y a lieu de mettre en œuvre les mêmes techniques de calfeutrements que celles employées dans le neuf avec comme objectif de se situer avec une valeur I4 doit inférieure à 0.6 en maison individuelle – (I4 exprimé en m³/h/m² d’enveloppe extérieure (hors plancher bas) et sous 4 Pa de différence de pression).!

ventilation

VMC répartie utilisant les conduits shunts d'anciens immeubles - système d'HELIOS

Pour la ventilation mécanique, il faudra soit utiliser les techniques applicables dans le neuf telles que VMC hygro B, VMC double flux avec récupérateur, soit les techniques plus appropriées à l'existant comme la VMC répartie, ou la VMR ; ventilations décentralisées commercialisées par des industriels comme HELIOS, ALDES, ATLANTIC ou VORTICE.

Chauffage et d'eau chaude sanitaire dans l'existant, une adaptation possible

chaudière De Dietrich

L'écogénérateur produit 26 kW d'eau chaude pour 1 kW d'électricité

A partir du moment où le bâti est protégé, isolé et ventilé mécaniquement, la mise en œuvre d'équipements à haute efficacité énergétique demeure un problème équivalent à une conception dans la neuf. Certes, il faudra utiliser les locaux techniques existants, les conduits de fumées existants, la toiture existante si l'on implante des capteurs solaires, etc, … Installer par exemple un éco-générateur en sera pas plus problématique en rénovation qu'en neuf.

Dans bien des cas la rénovation BBC voire « énergie zéro » est une opération lourde qui entraine une conservation de la structure et une remise en œuvre de quasiment tout l'intérieur ; cloisonnement et équipements ; électricité comprise. Dans ce cas les dispositions techniques sont à trouver comme pour une conception neuve. Dans ce sens, tous les fourreautages électriques et liaisonnements par câbles et bus permettent également de mettre en œuvre une installation électrique moderne qui pourra être commandée par une gestion technique de type domotique.

Car n'oublions pas que tous les équipements techniques doivent être optimisés sur le plan des automatismes et scénarios énergétiques. Faute de quoi les dérives et « fuites énergétiques » sont à attendre compromettant l'objectif « zéro énergie »

Sources et liens utiles

www.guide-bepos.com www.banquesolfea.fr www.dedietrich-thermique.fr www.be-garnier.fr

Pour en savoir plus

dossier: CONSTRUIRE LA MAISON A ENERGIE ZERO

Avril2012


A lire également