Remplacer sa chaudière fioul, un casse-tête !

Accueil > Conseils en chauffage et climatisation > Chronique technique > Remplacer sa chaudière fioul, un casse-tête !
L’annonce du premier Ministre fin 2018, sur la fin des chaudières fioul dans 10 ans, pousse à la réflexion quant au fait de remplacer sa chaudière fioul, et surtout par quel autre système de chauffage. A ce jour, est-il raisonnable de la remplacer par un modèle plus perfectionné ou est-il préférable de changer d’énergie ?

Chaudière fioul Viessmann
Chaudière fioul à haut rendement - Source Viessmann


Construction, rénovation, un projet de chauffage ? Viessmann
Viessmann

En déposant votre projet, un installateur Proactif proche de chez vous, vous contactera. Véritable spécialiste de la marque Viessmann, il dispose des qualifications utiles et se forme régulièrement sur nos produits afin de vous conseiller au mieux.

Sélectionnez les énergies concernant votre projet

GazPompe à chaleurSolaire thermiqueBoisFioulAutres
Passer à l'étape 2

* : champs obligatoires

Le remplacement par une chaudière fioul nouvelle génération

Si la fin des chaudières fioul est programmée dans 10 ans, mais avec une date qui peut encore varier selon les évolutions des énergies et les éventuels ajustements politiques, certaines chaudières fioul restent encore performantes. Et si une nouvelle chaudière fioul peut avoir une durée de vie de 15 ans, alors le choix d’une nouvelle chaudière fioul à hautes performances énergétiques remplaçant une vieille chaudière énergivore fioul, est donc encore une solution à mettre sur la table.

Dans ce cas et si aucune autre solution n’est techniquement ou économiquement possible, le remplacement d’une chaudière fioul par une autre chaudière fioul plus performante est envisageable.
Il y les chaudières fioul haut rendement dans un premier temps. Plutôt accessibles en prix, et avec des performances dopées par des régulations électroniques et connectées à distance aujourd’hui.

C’est le cas de la chaudière fioul à condensation dont l’efficacité permet des consommations bien moindres. Son rendement qui approche les 100 % là où une chaudière fioul classique ne proposait que 80 % et une chaudière basse consommation autour de 95 % permet des économies de l’ordre de 20 à 30 %. Le seul inconvénient de la chaudière fioul condensation est qu’elle demeure relativement chère encore (comparativement à un chaudière fioul haut rendement ou à une chaudière gaz condensation).

C’est pourquoi le chauffage fioul n’est pas encore totalement fini, en particulier dans des zones où le gaz naturel n’est pas encore distribué et lorsque l’électricité n’est pas la meilleure solution, surtout dans un cadre de rénovation avec une maison qui n’apportera pas les garanties d’une construction neuve.

Note : Pour précision, une maison de plus de 100 m² requiert généralement plus de 15 kW (dépend de son niveau d’isolation thermique), hors production d’eau chaude sanitaire, et de 23 à 35 kW avec la production d’eau chaude sanitaire.

Le remplacement d’une chaudière fioul par une chaudière gaz

Chaudière connectée Viessmann
Chaudière gaz condensation connectée - Source Viessmann

La chaudière gaz est le choix de nombreux ménages qui délaissent alors le fioul. Le coût d’une chaudière gaz à condensation, installée, vous reviendra même moins cher qu’une chaudière fioul à condensation, du fait des aides qui peuvent l'accompagner. Elle sera donc plus facilement amortie.

Mais c’est surtout en termes de consommation d’énergie que vous sentirez la différence. En partant sur une maison consommant autour de 1 300 € par an, en fioul, la consommation en gaz tournera autour de 1 000 € seulement.

Au final, amortissement et consommation compris , ce système vous reviendra à un tarif avoisinant les 1 200 € par an, contre 1 700 € dans le cas d’une chaudière fioul à condensation. Des prix qui ne prennent pas en compte l’installation des radiateurs ou du chauffage au sol, puisqu’il est question de remplacement, et non d’installation complète.

A noter aussi que le gaz ne nécessite aucun stockage et vous évite l’encombrante (et odorante, surtout lors de son remplissage) cuve, tout comme il vous évite de payer l’énergie qui est stockée.

Il existe aussi des chaudières à cogénération , mais dont le prix est beaucoup plus élevé et qui s’adressent plutôt à des bâtiments à fort besoin, comme les copropriétés ou les grands bureaux.

Si le gaz naturel est intéressant, il n’en est pas de même du gaz propane en citerne qui, par contre, revient plus cher. Fioul comme gaz sont alors des énergies fossiles, mais le gaz s’ouvre cependant à de nouvelles techniques, comme la méthanisation, qui permet de le faire entrer doucement dans le cadre des énergies renouvelables. De plus rappelons que le fioul contient plus de soufre et émet plus de particules fines dans l’atmosphère que le gaz naturel ou en bouteille (propane ou butane)

Enfin, il faut noter que, en termes de chauffage, le gaz produit une chaleur aussi douce et confortable que le fioul et que le rejet de CO2 est moins important que pour le fioul.

Choisissez l'énergie du confort
Le gaz propane est l'énergie à tout faire par excellence: chauffage, eau chaude sanitaire, cuisson avec hautes performances énergétiques et environnementales
BUTAGAZ
voir plus >>>

Le remplacement d’une chaudière fioul par un chauffage bois

Les solutions sont assez comparables dans leur principe de stockage. Les deux solutions fonctionnent sans réseau publique et puisent leur énergie dans une citerne avec une énergie stockable.

Le chauffage bois est donc une autre solution qui se développe et qui prend une autre dimension avec le principe des granulés. La raison en est simple : les granulés - ou pellets , selon le terme anglais - assurent des automatismes de chargement qui permettent de se rapprocher de l’idée des autres énergies et évitent de devoir intervenir manuellement.

Mieux, les nouveaux systèmes permettent même des interventions à distance, tout comme pour les autres modes de chauffage et vous assurent un réglage ou même un allumage de votre chaudière en absence, depuis un smartphone, par exemple.

En termes de consommation d’énergie, le bois, en dehors du solaire ou de la pompe à chaleur, est celui qui coûte le moins cher en consommation puisque, en restant sur le comparatif précédent, il faut tabler sur un prix similaire au gaz naturel, soit autour de 1 000 € à l’année.

L’un de ses rares inconvénients est de nécessiter également un espace de stockage.

En rejet de CO2, il faut savoir que le gaz carbonique rejeté par le bois en combustion est équilibré avec celui absorbé par sa replantation.

Le remplacement d’un chauffage fioul, pensez pompe à chaleur !

A l’heure de remplacer votre chaudière, suite à une panne ou lors d’une rénovation, il est aussi intéressant de se pencher sur les énergies nouvelles.
Mais c’est aussi l’occasion de penser autre énergie que le fioul et d’envisager par exemple un chauffage électrique. Celui-ci, bien que très onéreux en consommation, l’est beaucoup moins en installation. Il revient donc 2 fois plus cher que le gaz ou le bois, en consommation, mais s'intégrera parfaitement dans une habitation à condition qu’elle soit très bien isolée, en RT 2012 (bientôt RE 2020) ou, mieux, dans une maison passive ou BEPOS (à énergie positive).

Dans ces derniers cas, le chauffage électrique sera associé à des panneaux photovoltaïques ou, mieux, aérovoltaïques . Ces derniers, encore plus efficaces, permettent aussi une réversibilité pour l’aération en été.

Enfin, dans le cadre des énergies renouvelables, le chauffage électrique passe par la pompe à chaleur. L’ aérothermie et la géothermie sont des solutions qui se basent sur la chaleur contenue dans l’air ou celle provenant du sol et, notamment dans l’eau. Autant dire que la consommation annuelle, qui n’est que celle de la pompe, se limite à un tarif de 3 à 4 € le m².

C’est donc le plus économique, tout en sachant que le tarif, en fourniture et pose, dépend du système le plus adapté, et peut aller de 5 000 € (aérothemie air-air) à près de 20 000 € (aérothemrie air-eau), aides non déduites.

Par exemple, de 5 000 à 10 000 € pour une pompe à chaleur air - air, de 5 000 à 14 000 € pour une pompe à chaleur air - eau, de 10 000 à 20 000 € pour une pompe à chaleur hydrothermique, et de 12 000 à 16 000 € pour une pompe à chaleur géothermique.

Un système qui peut aussi bien se coupler avec une installation de plancher chauffant que de radiateurs et offre aussi un véritable confort.

Enfin, un avantage supplémentaire d’un chauffage électrique par pompe à chaleur réside dans sa réversibilité, c'est-à-dire que le système peur également apporter du rafraîchissement ou de la climatisation en été. Les périodes de canicules vécues cet été 2019, poussent à acquérir de plus de plus de pompe à chaleur réversibles !

Lectures recommandées

Les chaudières gaz murales les plus compactes
Chaudière gaz à condensation, connectée !

Sources et liens utiles

www.butagaz.fr www.daikin.fr

Pour en savoir plus

Le dossier CHOISIR SON ENERGIE DE CHAUFFAGE


A lire également