Les énergies renouvelables et gratuites : passage obligé

Accueil > Conseils en chauffage et climatisation > Chronique technique > Les énergies renouvelables et gratuites : passage obligé
Pour que les maisons atteignent des niveaux de performance « A » soit une consommation de confort chauffage, eau chaude sanitaire et rafraichissement, inférieure à 50 kWh/m2/an, le passage aux énergies gratuites est une voie prioritaire.

Energies gratuites : une voie prioritaire !

Il s’agit en effet de récupérer l’énergie du soleil stockée dans l’air et la terre, par la géothermie et aérothermie avec pompe à chaleur, via la récupération par puits canadien, ou le rayonnement direct via des panneaux solaires thermique pour l’eau chaude sanitaire et/ou le chauffage, et des panneaux photovoltaïques pour l'électricité.

La maison à basse consommation est caractérisée par 3 principes de base :

source MINERGIE

  1. elle préserve les dépenses d’énergie avec une isolation renforcée et une enveloppe étanche,

  2. elle est équipée d’un système d’aération maîtrisée soit de type hygroréglable B ou de type VMC double flux à récupération d’énergie.

    • Ces deux dispositions permettent de dimensionner et d’optimiser au minimum le système de production de chaleur réduit à sa plus faible puissance.

  3. elle possède une production de chaleur intégrant les énergies renouvelables telles que bois ou pompe à chaleur, et les énergies gratuites telles que le solaire thermique ou photovoltaïque.

    • Le solaire thermique en priorité pour la fourniture de l’eau chaude sanitaire et si possible du chauffage

    • Le solaire photovoltaïque pour la production d’électricité répondant aux besoins tout ou partie de la maison voire plus pour bénéficier de la revente du kWh à EDF. Cette production d’électricité permet à la fois de répondre aux besoins d’électricité de la maison et de s’approcher du bilan énergétique nul, soit une maison à énergie zéro

La géothermie et le solaire : sont-elles des solutions à préférer ?.

Une fois les déperditions réduites au minimum, les systèmes « moteurs » pouvant assurer les besoins de chauffage et de d’eau chaude sanitaire sont la géothermie et le solaire.
Certes, ils ne peuvent répondre à tous les cas de figure, par exemple en réhabilitation, en plein centre ville, une pompe à chaleur ou des panneaux solaires peuvent ne pas être implantés pour des raisons de voisinage, ou d’urbanisme.

Une énergie renouvelable comme le bois offre des avantages d’exploitation qui s’impose par rapport au fioul ou au gaz, voire à la pompe à chaleur en maison individuelle.

Bref, nous l’aurons compris, aucune solution n’est universelle et passe-partout. Néanmoins, et principalement dans la construction neuve, la géothermie et l’exploitation de l’énergie du sol pour faire fonctionner une pompe à chaleur pour le chauffage et l’usage d’un puits canadien, est une solution avantageuse en terme de gain en« kWh ».

D’un autre côté et pour être objectif, si votre maison sur-isolée n’occasionne que très peu de déperditions, est-il encore raisonnable pour 2 ou 3 kW par exemple de besoin de mettre en œuvre toute une installation de géothermie ? Quel est le coût écologique ? Quel le réel bilan carbone de tout ce matériel ?

Dans ce cas là, et si les besoins de chauffage vont en diminuant pour être réduits à quelques kW, les besoins d’eau chaude sanitaire répondent eux à un usage de confort, que l’on peut certes réduire. Cependant, une famille de 5 personnes, même avec des économiseurs d’eau et l'usage de douches plutôt que de bains, consommera toujours une part, qui, si elle n’augmente pas, sera de plus en plus significative dans le bilan énergétique global de la maison.

La réponse ?

Pour la production d’eau chaude sanitaire, la réponse est assez immédiate, c’est le solaire thermique qui peut couvrir entre 50% et 80% des besoins, qui est peu onéreux à l'installation.

Il restera toujours 1 ou 2 KW manquants qu'il faudra bien appporter.

Les quelques 2 kW manquants ne peuvent-ils pas ainsi être apportés en électricité directe via le raccordement au réseau électrique?

Cette solution (décriée par les intégristes) permet d'être contrôlée avec la plus grande souplesse par une régulation (domotique) et assurer une chasse au gaspi des plus efficaces.

Et si ces 2 KW étaient fournis par des panneaux photovoltaïques ? Il en faudrait sans doute entre 14 et 16 m2, ce qui compte tenu du rapport coût/rendement n'est pas très optimal...mais vous assure une totale indépendance énergétique.

source DAIKIN

Sources et liens utiles

www.daikin.fr
www.ciat.fr
www.viessmann.fr

EN RESUME

Les énergies renouvelables et gratuites comme le solaire répondent à nos objectifs d’habitat basse consommation ou d’habitat à énergie zéro, et ce sans altérer notre confort. Si le solaire thermique est directement exploitable pour répondre aux besoins d’eau chaude sanitaire, prenons de plus en plus en considération le photovoltaïque pour répondre aux besoins d’électricité de la maison. La possibilité de revente du kWh est indéniablement intéressante tout autant que le crédit d’impôt de 50%. Pour information, la progression du photovoltaïque en France a été de 200% entre 2006 et 2007.

Pour en savoir plus : dossier " MAISON A ENERGIE ZERO "



Mars 2008

A lire également