La maison passive est une maison sans chauffage

Accueil > Conseils en chauffage et climatisation > Chronique technique > La maison passive est une maison sans chauffage
Télécharger la chronique Une maison passive n’a pas de chauffage ou presque ! Vérité ou mensonge ? La maison passive est bien une réalité depuis longtemps labellisée sous le sésame Passiv House.

Une maison sans chauffage, est-ce possible ?

maison passive

Soyons moins provocateurs et plus rigoureux, la définition d’une maison passive se définit comme une maison à très basse consommation ou 70% des besoins de chauffage sont couverts gratuitement par les apports solaires et les apports internes. Ceci est la définition au sens du Passiv Haus Institut. Le label Passiv House est depuis très longtemps utilisé par nos voisins allemands dont les besoins de chauffage ne sont pas à démontrer. Il faut savoir également que ce label fait référence en Europe pour le bâtiment passif et qu’en France il est représenté par l’association Maison Passive France.

Pour atteindre une telle performance énergétique,
- Les déperditions thermiques doivent être réduites au maximum,
- Les apports solaires via les vitrages, ce que l’on appelle également le solaire passif, doivent être privilégiés au maximum
- Les apports internes avec notamment la chaleur dégagée par l’activité des occupants, doivent être optimisés également.

Ainsi, la partie énergie nécessaire pour le chauffage est réduite au minimum. Et la finalité peut se résumer : réduire au maximum les consommations énergétiques pour apporter un confort hiver comme été.

Sur le plan pratique, six points forts sont à respecter pour une maison passive :
1. une isolation thermique très renforcée des parois et les menuiseries (tant en isolation thermique qu’en capacité à faire rentrer la chaleur pour celles-ci),
2. la suppression de tous les ponts thermiques avec bien évidemment l’isolation thermique extérieure recommandée,
3. une étanchéité et une perméabilité à l’air très faible, soit une maison très calfeutrée,
4. une efficacité énergétique élevée de la ventilation avec notamment l’usage de VMC double flux avec récupération,
5. une optimisation des menuiseries vitrées avec une orientation principale sud,
6. une prise en compte du confort d’été avec notamment l’usage de la ventilation naturelle, de protections solaires externes, de capacité d’inertie thermique de la structure interne sol et murs pleins.

maison passive
Exemple de maison passive certifiée

Indications majeures et chiffrées d’une maison passive :
1. Besoins de chauffage ≤ 15 kWh/m²/an ou puissance de chauffage ≤ 10 W/m²
2. Besoins de rafraîchissement ≤ 15 kWh/m²/an
3. Consommations en énergie primaire ≤ 120 kWh/m²/an
4. Étanchéité à l’air ≤ 0,6 vol/h
5. Surchauffe (≤ 25°C) ≤ 10% du temps

Une production de chaleur à minima pour l’eau chaude sanitaire

Chauffe-eau thermodynamique
Chauffe-eau thermodynamique

Pour atteindre de telles performances, l’usage des énergies renouvelables est quasiment obligatoire.

L’énergie solaire thermique sera utilisée principalement pour la production d’eau chaude sanitaire. L’usage d’un appoint par électricité directe réseau sera à éviter en comparaison avec des solutions telles que :

  1. appoint par chaudière gaz ou fioul à condensation,
  2. appoint par pompe à chaleur eau-eau ou air-eau,
  3. appoint par résistance électrique alimentée par des panneaux photovoltaïques.

Les générateurs cités ci-avant pourront bien entendu apporter leurs contributions minimes au chauffage.
À noter que le chauffage à l’électricité peut s’envisager à deux conditions :

  1. Que de minimes résistances électriques apportent le complément de chauffage pièce par pièce via le vecteur air apporté par la ventilation double flux. Celle-ci devant être une VMC DF avec récupérateur d’énergie supérieure à 80% !
  2. Que ces résistances électriques soient alimentées préférentiellement par des panneaux solaires photovoltaïques.

Différences entre les différents labels basse énergie

La maison passive est une maison haut-de-gamme et référente qui va bien plus loin qu’une construction qui respecte la réglementation thermique RT 2012. Le fait de disposer d’une « maison passive » augmente l’économie immobilière et la valeur patrimoniale de la maison.

Néanmoins il existe d’autres labels et référentiels thermiques qui dépassent la RT 2012. Nous vous proposons de les comparer ci-dessous.

 


Certificateur

Cerqual
Céquami
Certivéa
Prestaterre

Minergie
Prestaterre  pour la France

PHI (Passivhaus Institut)
La maison passive pour la France

Logiciel de calcul / outils

Moteurs CSTB TH-BCE

Justificatif Minergie-P

PHPP (Passive House Planning Package)

Température de consigne

19°C

20°C

20°C

Niveau de performance (neuf)

40 kWhep/m²/an (pondéré selon zone géographique)

Chauffage : 15 kWhu/m²/an
Ensemble des postes : 30 kWhep/m²/an

Chauffage : 15 kWhu/m²/an
Ensemble des postes : 120 kWhep/m²/an

Postes énergétiques pris en compte

Chauffage
Eau chaude sanitaire
Auxiliaires
Éclairage
Refroidissement

Chauffage
Eau chaude sanitaire
Auxiliaires

Chauffage
Eau chaude sanitaire
Auxiliaires
Éclairage
Refroidissement
Électroménagers

Surface

SHON RT

Surface de référence énergétique

surface habitable

Spécificités Energie primaire

Électricité : 2,58
Majoration 30% pour le bois

Électricité : 2
Bois : 0,5

Électricité : 2,7
Bois : 0,2

Étanchéité à l’air

0,6 m3/h/m² sous 4 Pa

0,6 vol/h sous 50 Pa

0,6 vol/h sous 50 Pa

Compléments

Dans le cadre du label Bepos :
le bâtiment doit en complément faire l’objet d’une évaluation de l’énergie grise et du potentiel d’éco-mobilité.
De plus, sa consommation de référence en énergie primaire non renouvelable doit être inférieure à un maximum (écart autorisé).

 

 


Une maison passive, cela coûte cher ?

maison passive
Maison RT 2012 et passive

Oui, la construction d’une maison passive coûte plus chère, mais la question à poser est plutôt « la maison passive est-elle un bon investissement ? ». En effet, est-il plus intéressant de payer plus cher au départ, et faire plus d’économies et de bénéfices ensuite ?  C’est bien le cas avec la maison passive.

Car effectivement construire passif aujourd’hui coûte pour une maison entre 15 et 25% de plus qu’une construction standard (RT 2012). Mais cette dépense supplémentaire au départ offrira les bénéfices suivants :
A. Un meilleur confort pour l’individu hiver comme été sur le plan thermique, acoustique et sur celui de la qualité d’air intérieur,
B. Un niveau de très basse consommation pendant toute la durée de vie de la maison,
C. Une valorisation du patrimoine immobilier qui incontestablement se revendra plus cher dans les années à venir, soit par la comparaison avec l’immobilier voisin, soit par sa valeur locative de moindre coût et de fidélisation locataire.

Lectures recommandées

La maison non énergie
Le chauffe-eau thermodynamique

Sources et liens utiles

www.viessmann.fr www.daikin.fr www.atlantic.fr

Pour en savoir plus

Dossier MAISON NEUVE BASSE CONSOMMATION


A lire également