Je rénove mon habitat. Comment choisir un bon installateur

Accueil > Conseils en chauffage et climatisation > Chronique technique > Je rénove mon habitat. Comment choisir un bon installateur

Rénover ma maison ou mon appartement nécessite un long périple intellectuel parmi les choix innombrables de solutions techniques : énergie électrique, gaz, intégration d’une énergie renouvelable, domotique, etc, …. Ensuite vient une étape des plus décisives : qui fera les travaux sélectionnés ? Quel installateur aura la capacité de réaliser votre installation dans les règles de l’art et répondre à vos objectifs ? Economies d’énergie et fiabilité à la clef ! Avec de plus un délai répondant à vos attentes.



Rénover et améliorer la performance énergétique de son habitat, c’est s’orienter vers des concepts économes parfois complexes comme la biénergie, la domotique, … La solution unique « chauffage central » est bien isolée. Aujourd’hui les solutions techniques sont multiples et mettent en jeu plusieurs techniques (isolation thermique, chaudière couplée à des panneaux solaires thermiques, panneaux solaires photovoltaïques avec revente à EDF, ventilation double-flux, gestion technique des stores en fonction de l’ensoleillement, etc, …
Les aides ouvrant droit au crédit d’impôts sont disponibles, les taux de crédit atteignent 0% comme pour l’éco-prêt PTZ, les régions et conseils généraux apportent des aides complémentaires. Nous sommes devant un problème simple : améliorer la performance énergétique de la maison, avec une pléiade de solutions techniques et économiques.


Après le choix de la solution, une étape importante : choisir l’installateur

L’installateur est l’élément clef de la solution car il devra faire preuve de compétence et d’expertise par rapport à des techniques qu’il a lui-même du mal à suivre. La complexité du concept global de performance énergétique s’applique également à lui, avec de surcroît toute l’expertise de la mise en œuvre qu’il doit nécessairement maîtriser pour réaliser une installation qui fonctionne et génère les économies d’énergie attendues. Ce pour quoi l’investissement a été dégagé, voire emprunté avec des mensualités qui courent.


La responsabilité de l’installateur s’étend de la technique aux résultats espérés !

N’importe quel installateur ne peut répondre. Seul un professionnel formé à la « performance énergétique » pourra prendre en charge une installation génératrice d’économies. Rappelons que la responsabilité de l’installateur a tendance à s’étendre non seulement à l’installation technique proprement dite, mais également aux performances attendues. Qu’adviendrait-il si la pompe à chaleur installée ne fonctionnait pas correctement ? Si la résistance d’appoint était appelée intempestivement ? Si les panneaux solaires ne délivraient pas l’eau chaude en priorité, si la programmation horaire était mal réglée ? Evidemment un mauvais bilan énergétique réduisant tout espoir de rentabilité rapide, mais également une recherche probable en responsabilité de l’installateur !

Zoom sur un exemple significatif : remplacement des fenêtres + nouvelle chaudière gaz avec panneaux solaires

Cet exemple peut très bien être le résultat d’un bouquet de travaux d’un éco-prêt à taux zéro et avoir fait l’objet d’un investissement important, admettons 25 000 euros.
Deux installateurs sont nécessaires, l’un pour les menuiseries extérieures, l’autre dit chauffagiste. Après m’être assuré de leurs compétences, les devis qui me sont communiqués sont :

Le menuisier : 6000 euros + le chauffagiste : 19000 euros = 25000 euros !
Parfait me direz-vous, sauf qu’il reste à appréhender les contraintes suivantes :

  1. La menuiserie neuve est performante cependant elle rendra étanche mon habitat qui ne respirera plus. Mon ancienne ventilation naturelle est inopérante. Il est donc nécessaire d’installer une ventilation mécanique contrôlée (VMC). Un coût probable de 3000 euros est à attendre. Il n’est pas budgété. Sauf désordres et inconfort olfactif, cette ventilation permanente est une obligation coûte que coûte !

  2. Le chauffagiste se propose naturellement d’effectuer un devis supplémentaire pour répondre à cette installation de VMC. Autres imprévus : il faudra effectuer des encoffrements pour passer les gaines, installer des trappes de visites pour l’extracteur, etc, …, bref des suppléments avec des corps de métiers tels que plaquiste, peintre, …, que le particulier devra gérer.


Commentaire:
ce cas nous montre que l’intervention des installateurs demande de leur part un niveau de compétence étendu au niveau du conseil. Ils doivent être suffisamment formés à la « performance énergétique globale » pour conseiller le particulier. Que cela soit le menuisier ou le chauffagiste ; tous deux doivent alerter le particulier sur un fonctionnement global qui sort de leur propre devis.




Quels installateurs de qualité choisir ? Quels sont les réseaux formés et qualifiés ?

Heureusement, la profession, consciente du caractère globale de la performance énergétique, s’organise et présente de plus en plus des réseaux d’installateurs professionnels formés à leur technique mais également aux techniques dites voisines. Un chauffagiste ne peut être ainsi indifférent au niveau d’isolation thermique, au type de VMC simple-flux ou double-flux avec récupérateur, … L’électricien qui remet en conformité votre installation électrique, ne peut se limiter à l’installation de prises et interrupteurs. Il doit pouvoir proposer une gestion technique de la programmation des appareils de chauffage, une prise en compte de l’ouverture des stores, etc, ...



Un réseau national formé
Energies Renouvelables


Un réseau de 300 installateurs




Les réseaux d’installateurs recommandés

Les experts EnR : ce réseau organisé et formé par un des plus grand distributeur de matériel de chauffage (BROSSETTE) propose une élite d’installateurs à même d’aborder tous les aspects de chauffage et des énergies renouvelables telles que le solaire, la géothermie, le bois-énergie, la VMC sous toute ses formes, … Ils propose systématiquement un pré-bilan de type audit mettant en évidence les techniques possibles, leur investissement, et les économies d’énergie à attendre.

www.expertenr.fr/



Le réseau GESEC : ce réseau indépendant est animé par des professionnels désireux de se différentier par la qualité de leur installateurs capables d’intervenir dans toute les techniques dite de la performance énergétique :

www.gesec.fr



Les réseaux des fabricants : ces réseaux d’installateurs sont formés et sélectionnés par les fabricants comme De Dietrich Thermique, Viessmann, Buderus, Atlantic, Daikin, … soucieux de confier la mise en œuvre de leurs équipements chaudière, pompe à chaleur, capteurs solaires, … à des professionnels responsables et porteurs de la qualité liée à leur image de marque.

www.atlantic.fr

www.viessmann.fr

www.buderus.fr

www.daikin.fr

www.dedietrich-thermique.fr/


Les réseaux « qualité » tels que Qualit’EnR : ces réseaux adhèrent à un organisme qui gère les appellations qualité pour les énergies renouvelables (EnR) : Qualisol, label qualité d’installateurs de chauffage solaire. QualiPV, label qualité d’installateurs de panneaux photovoltaïques. Qualibois : installateurs de chauffage bois,…Les installateurs répondent à des engagements de qualité (charte de qualité signée) tant au niveau de la formation, de la relation client, des conseils à promulguer, des délais à respecter, des services tels entretien et maintenance à proposer automatiquement, etc,…

www.qualit-enr.org



Les éco-artisans : ce réseau national mise en place en 2009 par la CAPEB représente les entreprises artisans du bâtiment habilitées à répondre à l’efficacité énergétique du bâtiment.
C’est une marque et un label qui propose trois critères de qualité :
- Evaluation thermique globale.
- Conseil global en matière d’efficacité énergétique.
- Réalisation des travaux et contrôle de qualité

www.capeb.fr



Sources et liens utiles
www.expertenr.fr
www.atlantic.fr
www.gesec.fr
www.qualit-enr.org
www.capeb.fr
www.viessmann.fr
www.buderus.fr
www.daikin.fr
www.dedietrich-thermique.fr/
www.xpair.com


Pour en savoir plus, consultez le dossier
"RENOVATION ET MAISON BASSE CONSOMMATION"



Octobre 2009

A lire également