Conseils pour une VMC basse consommation

Accueil > Conseils en chauffage et climatisation > Chronique technique > Conseils pour une VMC basse consommation
La VMC (Ventilation Mécanique Contrôlée) est indispensable dans le logement. En neuf comme en rénovation, il est alors important de se pencher sur la question des économies d’énergie afin de sélectionner la VMC adaptée. La VMC basse consommation est de plus en plus visée pour de multiples raisons.

Principe de ventilation VMC double-flux
Principe de ventilation VMC double-flux avec récupération d’énergie sur air extrait

Limiter les déperditions d’énergie

La VMC peut vous permettre de limiter vos déperditions d’énergie sous certaines conditions. Tout d’abord, il faudra qu’elle soit correctement installée et réglée selon les besoins de votre logement, du nombre d’occupants, etc. Ensuite, afin de consommer moins d’électricité, il est envisageable de mettre en place une programmation sur les tranches horaires durant lesquelles la maison est occupée. Autre option possible, celle du raccordement à un fonctionnement en deuxième vitesse, soit une vitesse forcée, lors de l’utilisation des pièces d’eau. Dans cette seconde configuration, la VMC passe en vitesse forcée lors de l’allumage de la lumière ou via un interrupteur spécialement dédié.

Le principe de la VMC hygroréglable basse consommation
La VMC est un appareil dont la vocation est de gérer l’humidité présente au sein de la maison, notamment dans les pièces d’eau (salle de bain, salle de douche), la cuisine ou encore la buanderie. Hygroréglable, elle régule automatiquement le débit d'air sortant selon le degré d’humidité détecté à l’intérieur de la pièce. Le renouvellement d’air que cet équipement permet offre, par la même occasion, un air plus sain.

Le calcul de performance pour mieux comparer
Afin de déterminer la performance d’une VMC, il faut s’appuyer sur deux éléments : la consommation énergétique du moteur et l'ajustement du débit d'air extrait. Par exemple, pour répondre à la RT 2012, il faudra respecter les critères suivants :
○ le Besoin Bioclimatique (BBio), calculé en points ;
○ le Coefficient d'Energie Primaire (CEP), calculé en kWhep/m² ;
○ la Température Intérieure Conventionnelle (TIC), calculée en degrés.

La VMC est directement concernée par le calcul du CEP puisqu’elle entre directement dedans en tant que système auxiliaire.

Les consommations de VMC
Quand il est question de s’orienter vers un système basse consommation, il est intéressant alors de se pencher sur les performances des différentes solutions disponibles sur le marché.
Ainsi, il est à noter que, de manière générale, une VMC simple flux sera plus gourmande en énergie qu’une version en double flux. Et ceci est valable que ce soit une VMC hygroréglable ou autoréglable.
Dans la pratique, en rapport des VMC double flux, les modèles simple flux consomment :
○ hygroréglable : 3 Kwhep/m² supplémentaire par an
○ autoréglable : 7 Kwhep/m² supplémentaire par an

Le projet de la maison BBC

VMC simple flux avec moteur basse consommation
VMC simple flux avec moteur basse consommation, seulement 22 watts en petite vitesse

Mais si vous êtes dans une dynamique de maison BBC, c’est alors vers une VMC simple flux hygroréglable basse consommation que vous vous tournerez puisqu’elle répond parfaitement aux attentes et réglementation d’un tel projet.

En effet, pour les maisons construites en zone dite “tempérée”, la VMC simple flux sera l’appareil à sélectionner, dans sa version hygroréglable B. Elle permettra d’optimiser les débits d’air. Le moteur de la VMC devra, par ailleurs, être basse consommation ou microwatt, soit un moteur peu énergivore (12 à 18 Watts).

Au-delà de la VMC simple flux avec entrées d’air dans les pièces de vie et extraction dans les pièces humides, la VMC double-flux permet une récupération d’énergie par l’interposition d’un récupérateur d’énergie sur l’air extrait, de sorte de réchauffer l’air neuf en hiver. Ainsi en hiver l’air neuf récupère les calories de l’air vicié et pénètre pré-chauffé grâce à la présence d’un échangeur thermique. Pour aller encore plus loin dans la récupération d’énergie, il existe le « puits canadiens » qui va puiser les calories du sol lorsqu’il fait très froid (température extérieure négative) pour gagner encore quelques degrés gratuitement – cas du schéma ci-dessus.

Ainsi, la de ventilation double flux est reliée à un réseau de tuyaux enterrés à minimum 1.50 m du sol captant les calories du sol en hiver et sa fraîcheur en été. On dit alors que le puits canadien devient un puits provençal. Le rafraîchissement est alors naturel sans groupe de climatisation.

Les avantages d’une VMC pour BBC

→ Le premier avantage qui ressort de l’utilisation d’une VMC basse consommation est bien entendu, comme son nom l’indique, sa capacité à fonctionner avec moins d’énergie qu’un modèle plus classique. Ce sont, en règle générale, des VMC simple flux hygroréglable B disposant d’un moteur spécialement étudié pour devenir moins énergivores.

Pour exemple, il faudra 45 W pour le fonctionnement d’un extracteur d’air classique tandis qu’une VMC basse consommation n’en demandera plus que 15, voire moins dans la cas d’une version très basse consommation (7 et 5 W). Si cette différence peut sembler assez faible, sur une année entière avec un système qui fonctionne en permanence, l’économie annuelle peut avoisiner les 260 kWh, soit une trentaine d’euros d’économie par an.

→ Autre avantage, et non des moindres, ce type de VMC aide à réduire la consommationdes énergies dites “primaires”. Ainsi, il devient possible de revoir à la baisse les besoins en isolation thermique dans le cadre d’une entrée dans le cadre des différents critères attendus pour un bâtiment BBC.

→ Enfin, les VMC hygroréglables B en simple flux et basse consommation sont moins onéreuses. Il faudra par exemple compter entre 250 à 500 euros pour une version basse consommation et entre 350 à 700 euros pour une version en très basse consommation. A noter, en outre, que ces équipements peuvent faire l’objet d’une aide financière, la prime énergie, capable d’alléger le montant de votre investissement. Pour exemple, la double flux représenterait une dépense bien plus importante qui débute à 1.000 euros en fourniture, sans parler du prix d’un tel modèle dans le cadre d’une rénovation, encore bien plus élevé.

De ce fait, entre les différents avantages qu’elles présentent et leur coût abordable, elles sont les modèles les plus souvent utilisés tant dans la construction neuve que dans le cadre de la rénovation énergétique.

L'entretien pour des économies d’énergie dans le temps

Groupe de ventilation VMC double-flux
Groupe de ventilation VMC double-flux avec possibilité d’entretien et de nettoyage en façade

Un bon entretien est le gage de la pérennité du matériel. Si elle n’est pas obligatoire dans le cadre d’une VMC sanitaire, contrairement à la VMC gaz (pour l’évacuation des gaz de combustion des chaudières), elle est fortement conseillée si vous ne voulez pas que ce matériel ne finisse par fonctionner à plein régime, en compensation, et n’implique une surconsommation énergétique. Dans le cas d’une VMC hygroréglable, cette opération s’avère très simple puisqu’il suffit de nettoyer les entrées d’air.

Afin de s’assurer que tout fonctionne correctement, il est également possible de procéder à des tests.
→ le test de la feuille de papier (essuie-tout ou papier toilette) : placer la feuille de papier devant le bouche de ventilation VMC allumée. La feuille doit alors, sans être aspirée, rester collée à cette bouche. Si la feuille est placée sur une entrée d’air, elle devra alors être repoussée.
→ le test du sèche-cheveux : dans le cas d’une régulation hygroréglable orientez le souffle du sèche-cheveux vers la bouche, ce qui va alors venir assécher l’air. Si l’hygrorégulation est bonne, la bouche devra alors se fermer. Elle se rouvrira lorsque vous cesserez votre test.

Lectures recommandées

Ventilation de sa maison pour la santé des occupants
Et si la ventilation assurait le rafraîchissement

Sources et liens utiles

www.aldes.fr

Pour en savoir plus

Le dossier VENTILER SA MAISON

Construction, rénovation, un projet de chauffage ?

En déposant votre projet, un installateur Proactif proche de chez vous, vous contactera. Véritable spécialiste de la marque Viessmann, il dispose des qualifications utiles et se forme régulièrement sur nos produits afin de vous conseiller au mieux.

Sélectionnez les énergies concernant votre projet

FioulGazPompe à chaleurBoisSolaire thermiqueAutres
Passer à l'étape 2

* : champs obligatoires

A lire également