Chauffage solaire et eau chaude solaire

Accueil > Conseils en chauffage et climatisation > Dossiers techniques > Chauffage solaire et eau chaude solaire

Solaire pour l'ECS et le chauffage

En matière de chauffage, on privilégie par quasi obligation réglementaire dans le neuf (RT 2012) les énergies renouvelables. Trois énergies renouvelables semblent particulièrement bien adaptées à la maison individuelle : la géothermie ou l'aérothermie, le bois-énergie et le chauffage solaire.

En ce qui concerne le choix, tout dépend encore une fois de l'endroit de France où se situe votre maison. Dans la partie sud de la France comme sur les côtes, les hivers sont peu rigoureux, ce sont les zones H3 définies sur la carte des zones climatiques qui correspondent à la réglementation thermique RT 2012.

Trouver un installateur Pro!
Trouver un installateur ou un SAV près de chez vous et obtenez gratuitement 3 devis d'installateurs qualifiés pour votre installation de chauffage ou d'eau chaude sanitaire

voir plus >>>

Zones climatiques RT 2012

Carte de France, zones climatiques

Dans les zones H1, plus froides, il faudra être plus attentif au choix car les hivers sont plus rigoureux voire très rigoureux dans certaines parties de l'est de la France.

LE SOLAIRE, COMMENT CA MARCHE ?

En matière d'énergie solaire, plusieurs systèmes techniques peuvent vous être proposés pour participer au chauffage de l'habitation, comme pour produire l'eau chaude sanitaire.
Tout système de chauffage solaire consiste à récupérer la chaleur du soleil; pour cela on fait circuler de l'eau froide additionnée d'antigel dans un circuit fermé que l'on fait passer par un capteur solaire placé sur votre toit, de préférence orienté plein sud, pour récupérer le maximum de chaleur. Votre capteur solaire (ou panneau solaire) est constitué d'une plaque et d'un tuyau en serpentin. Ils constituent l'absorbeur, le tout est enfermé dans un réceptacle rigide thermiquement isolé. Sa partie supérieure est équipée d'une vitre résistant aux intempéries (glace, grêlon…) laissant pénétrer les rayons du soleil et retenant la chaleur comme une sorte de serre.

Ensuite, un circuit primaire étanche et calorifugé contenant de l'eau additionnée d'antigel s'échauffe en passant dans les tubes du capteur et se dirige vers le ballon de stockage où il restitue ses calories solaires à un échangeur thermique placé dans le ballon d'eau. Et ainsi de suite, le liquide primaire repart vers le capteur où il est à nouveau chauffé tant que l'ensoleillement est efficace. Le fait de mettre de l’antigel dans le circuit solaire se comprend car l’installation est remplie même en hiver où les risques de gel existent. Notons néanmoins que des installations solaires dite « auto-vidangeables » existent et peuvent éviter l’eau glycolée.

Le ballon d'eau chaude sanitaire est une cuve métallique bien isolée qui constitue la réserve en eau chaude sanitaire. L'eau chaude soutirée est remplacée immédiatement par la même quantité d'eau froide du réseau qui est à nouveau réchauffée.
Ces systèmes de chauffe-eau solaire sont aujourd'hui extrêmement performants même si l'on peut regretter que le rendement maximum soit en été quand on en a le moins besoin.

Le solaire doit en premier lieu satisfaire les besoins d'eau chaude sanitaire. La solution solaire s’appelle le CESI, chauffe-eau solaire individuel. Selon votre localisation géographique, ce chauffe-eau solaire génère en moyenne 60 % d’économies d’énergie sur le poste eau chaude sanitaire. La généralisation du chauffe-eau solaire entraîne des conceptions modernes et optimisées : c’est le cas du CESI optimisé. C’est un chauffe-eau solaire simple à installer, avec une cuve solaire de 150 litre reliée à un simple panneau solaire de 2 m².

Lire Le CESI optimisé par Ortolas




Cette énergie solaire, gratuite, non-polluante et inépuisable, peut aussi couvrir une partie des besoins en chauffage de votre habitation, on parle de systèmes solaires combinés ou SSC. Celui-ci peut couvrir de 25 à 60% de vos besoins annuels en matière de chauffage. C'est ainsi qu'une installation couvrant 52% des besoins à Marseille (9300 kWh) économisera 4830 kWh alors que la même installation placée dans la même maison à Strasbourg couvrira 30% des besoins sur une consommation de 16 300 kWh.

Le principe du SSC (système solaire combiné) est relativement simple, le fluide caloporteur est chauffé dans des capteurs solaires thermiques comme pour l'eau chaude sanitaire, puis circule dans le circuit de tuyaux d'un plancher chauffant ou d'un circuit de chauffage central. Dans la partie sud de notre pays, et compte-tenu de la relative douceur du climat, ce système peut s'avérer suffisant même en hiver. Vous pouvez lui associer soit un poêle à granulés bois, soit une cheminée, voire un complément électrique ou mieux au gaz naturel, ou avec une pompe à chaleur dans la partie nord de notre pays, zone H1.

Voici 2 exemples de possibilité de chauffage solaire pour chauffer la maison, dit en PSD (plancher Solaire Direct) - le terme de "Direct" correspond à la technique qui consiste à injecter la chaleur solaire sous forme d'eau chaude directement dans la dalle, de sorte de s'en servir de stockage et d'accumulateur thermique.

2 exemples de possibilité de chauffage solaire
Source ADEME


A lire également