Chauffage basse conso en rénovation

Accueil > Conseils en chauffage et climatisation > Dossiers techniques > Chauffage basse conso en rénovation

L'isolation thermique en premier

Voici les épaisseurs minimales d'isolant en comble pour obtenir la résistance thermique indiquée auparavant et un habitat bien isolé et basse consommation :

TOITURE
exemples d'épaisseur minimum d'isolant thermique

Type d'isolant

lamda de l'isolant (W/m.K)

Epaisseur d'isolant recommandée (cm)

Laine de roche

0,035 - 0,045

24

Laine de verre

0,035 - 0,045

24

PUR (polyuréthane)

0,025 - 0,035

18

XPS (polystyrène extrudé)

0,030 - 0,040

21

PES (polystyrène expansé) TH38

0,030 - 0,038

18 à 23 cm

Verre cellulaire

0,040 - 0,055

30

Liège expansé

0,040 - 0,050

27

Flocons de cellulose

0,035 - 0,045

24

Panneaux de cellulose

0,035 - 0,045

24

Panneaux de bois feutré (mous)

0,040 - 0,045

26

Laine de bois (semi-rigides)

0,038

23

Laine de chanvre

0,039 - 0,045

25

Laine de lin

0.038

23

Laine de mouton

0,035 - 0,045

24

Laine de coton

0.035-0.045

24

Plume de canard

0, 042

25,2

Fibre de coco en 50 mm

0, 043 à 0, 045

26,4

Vermiculite 30 mm en sac de 100l

0, 035

21

Choisissez l'énergie du confort.
Le gaz propane est l'énergie à tout faire par excellence: chauffage, eau chaude sanitaire, cuisson avec hautes performances énergétiques et environnementales

voir plus >>>

Choisir son isolant et l'épaisseur nécessaire

isolation thermique

Isolation par l’extérieur du mur pignon. L’absence de balcon se prêt à cette ITE sur ce pan de mur.
L’autre versant de façade avec balcons sera isolé par l’intérieur (ITI)

Cela dépendra de votre choix personnel, de votre budget et du résultat que vous souhaitez.
En termes d'isolant, il existe trois catégories de produits, les isolant minéraux (laine de verre ou de roche), les isolants écologiques (lin chanvre, fibre de coco…..), les isolants synthétiques (PSE, XPS ou encore polyuréthane…).

Voici les résistances thermiques des parois à respecter en rénovation pour avoir une maison consommant peu d'énergie de niveau BBC :

  • toit : résistance thermique R > ou = 6 m²K/W
  • murs : résistance thermique R > ou = 3 m²K/W

L'isolation du toit, des parois comme du sol permet de réduire considérablement votre consommation de chauffage, jusqu'à – 80% par rapport à une maison non isolée et ce quel que soit l'isolant employé. En fait, il vous suffira de « jouer » sur l'épaisseur de l'isolant choisi pour obtenir la résistance thermique recherchée.

La résistance thermique au niveau de la toiture doit obligatoirement être au minimums de 6 m²K/W, car les déperditions par le toit représente 30% des déperditions d'une maison non isolée et de 3 m²K/W pour les murs, les déperditions par les murs sont de 16%.

Le calcul pratique de l'épaisseur minimale « e » de l'isolant (en mètres)
e(m)= lambda (W/m.K) x R (m².K/W)
où lamda = coefficient de conductivité thermique, valeur fournie par le fabricant. Plus ce coefficient est petit meilleur est l'isolant.

En ce qui concerne les murs, vous ferez le même calcul pour obtenir la résistance thermique voulue en fonction du lamda.
Pour obtenir une bonne isolation et de surcroit un confort d'hiver (et d'été), il est recommandé d'augmenter l'épaisseur d'isolant. Les valeurs ci-dessus sont des minimum. De sorte que même avec un isolant avec un lamda = 0.04, l'épaisseur mini est donc de e = 0,04 x 4 = 0,16, soit 16 cm, il ne faut pas hésiter à poser un isolant de 20 voire 25 cm !

Pour se protéger de la chaleur, on veillera à prendre une densité plus importante au niveau du produit.

Le manteau thermique dont bénéficiera votre maison est à vie !

Isolation intérieure ou extérieure ?
Le coût de l'isolation par l'extérieur reste plus élevé que celle par l'intérieur mais vous avez l'avantage d'éliminer en totalité les ponts thermiques.
L'isolation par l'extérieur devient intéressante en termes de rapport financier au-delà de deux étages car vous avez des déperditions et ponts thermiques au niveau de deux dalles donc plus de déperditions.
Pour un seul étage, le surcoût est trop important pour des déperditions pas suffisamment importantes pour un tel investissement.
Attention ! Une isolation extérieure modifie souvent l'aspect extérieur, vous devez donc obligatoirement faire une déclaration de travaux voire déposer un permis de construire.

En fait l’isolation par l’extérieur s’adapte dans certains cas et pas dans d’autres. Prenons l’exemple d’une maison avec plusieurs balcons et terrasses, l’isolation par extérieur ne pourra éliminer les ponts thermiques en nez de dalles de ces balcons et terrasses ! Elle n’est pas appropriée !


Conseils pratiques pour isoler par l'intérieur
Si vos murs sont suffisamment réguliers, vous pourrez envisager la pose de complexe isolant, isolant + plaque de plâtre.
Préparez votre mortier colle (map), posez votre plaque à plat sur deux tréteaux, disposez des plots de 10 cm sur tout le pourtour, puis tous les 30 cm en quinconce. Puis levez la plaque en prenant la précaution de poser la base du panneau sur deux cales. Redressez-la et appuyez le panneau sur le mur puis à l'aide d'une grande règle métallique, plaquez en donnant des coups sur la diagonale pour écraser les plots de colle, vérifiez l'aplomb avec un niveau à bulle puis maintenez à l'aide d'un étai, jusqu'à prise de la colle. Posez le deuxième panneau, bord à bord, et vérifiez toujours l'aplomb. Une fois l'opération terminée, vous ferez la jointure grâce à des bandes spécifiques.
Si vos murs sont irréguliers, vous devrez alors envisager la pose d'une ossature métallique ou bois. Pour une ossature métallique, vous fixerez un profilé métallique au sol, puis un deuxième au plafond. Vous agraferez des entretoises verticales tous les 60 cm. Vous fixerez un rail horizontal à la moitié de la hauteur sur le mur. Vous déroulerez des lés de laine (celle de votre choix) derrière les entretoises avec le pare-vapeur en direction de la pièce (plus chaude que le mur). Vous effectuerez des jointures à l'aide d'un ruban adhésif de manière à éviter les ponts thermiques, puis vous visserez une plaque de plâtre sur l'ossature ou une plaque de bois en juxtaposant les panneaux. Faites attention à juxtaposer les panneaux de manière à avoir une bonne continuité de l'espace.

Conseils pratiques pour isoler la toiture
Si vous êtes dans le cas de combles habitables, vous pourrez envisager l'isolation de votre toiture par l'extérieur grâce au produit type Rockciel (laine de roche) ou Fibratec (polystyrène). Ceci n'est possible que si vous refaites votre charpente ou la couverture.
Si de tels travaux ne sont pas envisagés, vous isolerez la charpente à partir des combles sur toute la sous-face de la toiture. L'épaisseur sera fonction de la résistance thermique souhaitée.

Sachez qu'il y a tout de même quelques règles à respecter telles que la présence d'une lame d'air de 4 cm entre l'isolant et la toiture afin d'éviter la surchauffe l'été, l'isolation doit être faite en continu afin d'éviter les ponts thermiques, les isolants à base de laine minérale doivent toujours avoir un pare-vapeur, les isolants en polystyrène doivent toujours être recouverts d'un panneau coupe-feu.
Vous essaierez de poser en deux couches croisées de manière à limiter les ponts thermiques. Vous pourrez choisir deux produits de densités différentes afin de limiter la surchauffe l'été.

Si vous êtes dans le cas de combles perdues, isolez de préférence le plancher car la barrière thermique isolera mieux les pièces de vie.
En cas de solives apparentes, placez l'isolant entre les solives puis une couche au-dessus en croisé et un parquet ou des panneaux de bois.
Si la hauteur est réduite et d'accès difficile, vous déverserez un isolant en vrac entre les solives et l'aplanirez à l'aide d'un râteau ou ferez souffler un isolant à l'aide d'un appareillage approprié.

Si vous disposez d'un plancher et que vos combles vous permettent de travailler dans des conditions acceptables, vous poserez deux couches d'isolant, dont la première disposera d'un pare-vapeur ce dernier étant placé contre le plancher. Si vous faites le choix de panneaux synthétiques, séparez-les du logement par un parement coupe-feu et disposez-les en joints très serrés.

Isolation thermique du sol
Si vous avez la possibilité d'isoler le sol, faites-le, vous gagnerez en confort et éviterez l'effet dalle froide. Si vous disposez d'un sous-sol, vous pourrez envisager la pose d'isolant rigide ou semi-rigide sur le plafond du sous-sol en sous-face de dalle. L'isolation par le dessus est également possible. Elle sera plus mince et occasionnera des différences de niveaux à gérer au niveau des seuils de portes notamment. Essayez au minimum de poser 5 cm d’isolant type polyuréthane avant revêtement de sol !

Huisseries, portes et fenêtres
En matière de surface vitrée comme d'orientation, il est important de respecter un certain nombre de règles pour obtenir le maximum d'efficacité.
Il faudrait que la surface vitrée représente environ 17% de la surface au sol de la pièce, de manière à pouvoir avoir un éclairage naturel suffisant, il faut voir si cela est possible dans le cadre de la rénovation. Il faudra surtout privilégier les « ouvertures » existantes ou à créer, avec une exposition sud, de façon à récupérer le solaire passif en hiver !!
D'autre part, on veillera à profiter au maximum des rayons du soleil aux intersaisons et en hiver mais pas en été. Les rayons solaires d'été sont plus verticaux que ceux des intersaisons ou encore d'hiver, le débord de toiture pourra vous protéger l'été, de rayons chauffant les pièces alors que vous préférez rafraîchir.

La surface vitrée représente 70% de la surface totale de la fenêtre. La performance du verre est devenue primordiale au cours de ces dernières années, dans la mesure où il doit allier de nombreuses qualités telles qu'une grande luminosité et un haut pouvoir d'isolation thermique, phonique, anti-projectiles, antichoc.

Si le double-vitrage n'est plus suffisant, il est nécessaire d'y adjoindre un gaz inerte, plus léger que l'air tel que l'argon voir le krypton.

Le pouvoir isolant d'une fenêtre s'exprime par deux valeurs Ug et Uw.; appelé encore isolation thermique, Ug est la valeur de votre vitrage et Uw celle de votre fenêtre huisserie plus vitrage. Il est important d'avoir une isolation thermique fenêtre Uw la plus basse possible. Les plus performantes atteignent Uw = 0,8 W/m².K. Il s'agit de fenêtre en PVC ou bois capoté aluminium avec triple vitrage. Valeur donnée pour une fenêtre de taille standard. En rénovation, il faut voir si en mettant des fenêtres performantes avec des triples vitrages, cela ne génèrera pas des ponts thermiques supplémentaires.

On pourra aussi vous proposer des vitrages peu émissifs, appelés encore vitrage ITR (isolation thermique renforcée) ou parfois VIR (vitrage à isolation renforcée). Ces vitrages sont recouverts sur la face intérieure du double vitrage, par un oxyde métallique permettant de réduire les déperditions thermiques par rayonnement de 60 à 70%.

Il est évident que si vous passez sur des baies vitrées de grande taille, le PVC voire le bois ne seront plus adaptés et il faudra passer sur des huisseries aluminium. Sur ce type d'huisserie, vérifiez que celles-ci bénéficient du classement Acotherm thermique. Les valeurs dépendent bien évidemment de la taille de l'huisserie.

Pose des huisseries : il est habituel que l'espace entre l'huisserie et le mur laisse passer de l'air puisque nous sommes en rénovation et que les murs ne sont pas forcément totalement droits. Cet espace même minime de l'ordre de 2 mm peut laisser passer autant d'air qu'une petite fenêtre simple vitrage. On veillera donc à calfeutrer ces orifices par de la mousse polyuréthane en bombe, dont l'efficacité n'est plus à prouver, après la pose de la nouvelle huisserie.

La pose de volets, quel que soit le type choisi, est intéressante car ils participent à l'isolation tant en hiver qu'en été.

Faites la chasse aux infiltrations d'air
Une fois les fenêtres remplacées, faites la chasse aux courants d'air au niveau des portes, de manière à empêcher la chaleur intérieure de s'échapper en hiver et la chaleur extérieure de pénétrer l'été.
Vous pouvez installer des plinthes de calfeutrement (joint de boudin, plinthe balais, plinthe basculante...) sur les portes en contact avec l'extérieur. Vous fixerez la partie fixe sur le bas de la porte après avoir au préalable calculé la hauteur de pose, puis vous glisserez la partie articulée comportant le joint bavette qui épousera par la suite le sol puis mettrez en place le levier de manœuvre.
Isolez les coffrets de volets roulant en doublant les faces internes des coffres avec des feutres isolants voir du polystyrène ou polyuréthane si vous disposez de plus de place. Veillez à ne pas gêner le fonctionnement du volet.
Obstruez les conduits de fumées inutiles, qui causent près de 20% de déperditions.

Faites par contre extrêmement attention à ne pas boucher les entrées d'air neuf réglementaires nécessaires à la bonne ventilation de votre logement.


A lire également