/// CHRONIQUE TECHNIQUE

accueil > conseils en chauffage et climatisation > Chronique technique > clim réversible: economiser l'énergie, pas le confort !
/home/web/climamaison.com/ftp/www/pdf/conseil-13.pdf
Des idées pour la vie

Solutions de chauffage et climatisation

Chauffage et climatisation

Confort, économies, écologie

Les solutions high-tech de la clim

Performances et confort pour tous

Clim réversible: Economiser l'énergie, pas le confort !

Climatiser son appartement ou simplement une pièce est encore considéré comme un luxe par certains. Pourtant la climatisation peut contribuer à réaliser des économies d’énergie substantielles. En effet, si une installation de ce type permet de rafraîchir un logement en période estivale, elle peut, à condition d’être réversible, chauffer ces mêmes locaux pour un budget trois à cinq fois inférieur à celui du chauffage électrique traditionnel le plus performant.

Les matériels actuels offrent des coefficients de performance (COP) moyens de 4 pour une température extérieure de 7°C. En clair, cela signifie que pour une consommation d’énergie de 1 kW/h, l’appareil restitue une puissance de 4 kW de chauffage. Le meilleur radiateur électrique restitue au maximum 1 kW dans les mêmes conditions. Le COP est variable selon les marques de matériel et varie également en fonction de la température extérieure. Ainsi, un COP de 4 pour 7°C baissera-t-il à 2 ou 3 pour une ambiance extérieure à 0°C. Outre une économie sensible d’énergie, une installation de chauffage par climatisation réversible permet de réduire d’au moins 50% (par rapport à un logement chauffé électriquement) la puissance souscrite auprès du fournisseur d’électricité.

Le Principe

Dépenser plus que ce que l’on gagne relève de l’utopie mais ce pourrait être l’image de la climatisation réversible qui restitue plus d’énergie que ce qu’elle consomme. Pourtant il n’y a là ni magie, ni tromperie. Le principe est simple : même par des températures très basses des calories sont disponibles dans l’ambiance extérieure. Un système de climatisation réversible (anciennement appelé Pompe à Chaleur) consiste à capter ces calories et à les transférer à l’intérieur du logement. La consommation énergétique sert principalement à véhiculer ces calories et non pas à chauffer directement les locaux. Evidemment, plus il fait froid, plus il est difficile de bénéficier de cette énergie gratuite, c’est pourquoi les performances de ces appareils baissent avec la température extérieure, mais elles restent néanmoins bien supérieures à celles des radiateurs électriques classiques même avec des températures négatives.

Les critères de choix

La plupart des constructeurs annoncent un COP pour une température extérieure de 7°C, ce qui correspond aux températures moyennes hivernales françaises. Certains les indiquent pour –10°C. Dans les régions les plus froides (montagne, Est de la France…), l’installateur devra d’ailleurs en tenir compte dans le calcul de la puissance de son installation. En effet, si le chauffage du logement nécessite par exemple une puissance de 10 kW il faudra prévoir une installation avec une machine d’une puissance de 2,5 KW pour une température extérieure moyenne de 7°C ( 10 kW : 4 (COP) = 2,5 kW) et une machine de 4 kW pour une température de 0°C ( 10kW : 2,5 (COP) = 4kW). Ces COP ne sont donnés qu’à titre indicatifs puisqu’ils varient d’une marque à une autre.
Deux solutions s’offrent à l’utilisateur : soit demander à l’installateur de dimensionner l’installation pour des températures plus rigoureuses, soit, si ces conditions sont exceptionnelles (pas plus de quelques jours dans l’année), prévoir un appoint électrique qui peut être intégré au système.

Attention aux économies de bouts de chandelles

La plupart des grandes marques annoncent des performances vérifiées et certifiées par des laboratoires et sont commercialisées par des installateurs compétents. Des précautions sont à prendre avant de s’engager dans un tel investissement. Par exemple, il est préférable de choisir un installateur certifié (Qualiclima, Qualifelec ou Qualibat) qui s’est engagé à respecter les règles de l’art tant dans la sélection du matériel qu’il propose que dans sa prestation. Ces organismes de certification auditent régulièrement leurs adhérents pour s’assurer du respect de leur engagement. Ces professionnels seront à même d’assurer la maintenance des installations, leur suivi et les dépannages éventuels.
A l’inverse, attention aux offres alléchantes qui apparaissent chaque printemps sur divers prospectus. La climatisation est une technologie évoluée qui ne doit être confiée qu’à de vrais professionnels. Un bilan thermique ne s’improvise pas. Le calcul d’une puissance ne se limite pas à la surface ou au volume du local à traiter ! Il faut entre autres tenir compte des différents apports ou pertes (isolation, occupation, baies vitrées, orientation…). Frigoriste ou climaticien sont des métiers nécessitant une formation solide ! Prendre le risque d’installer soi-même une climatisation (même dite prête à poser) c’est s’assurer des déboires probables. Au mieux la puissance ne sera pas adaptée, au pire l’installation ne fonctionnera pas, sans compter sur les risques d’accident au moment de la pose.